Test : Musynx sur Nintendo Switch

MUSYNX

Genre : Rythme
Langues : Anglais
Développé par I-Inferno
Édité par PM Studios
Sortie France : Non daté
Prix : 26.99 $ sur l’eShop, 40€ en boite en Import
Taille : 1100 Mo

Site Web Officiel

Il serait difficile de parler de scénario puisqu’il est inexistant. En effet, contrairement à d’autres jeux du même genre comme la série des Frederic, ici on ne s’encombre pas d’une quelconque intrigue ou d’un personnage principal.

On entre directement dans le vif du sujet, c’est-à-dire un jeu de rythme où il faudra suivre correctement le tempo des musiques proposées pour ainsi faire le maximum de points.

Dans la théorie, le gameplay reste simple à comprendre, mais c’est pour la pratique qu’il faudra faire preuve de patience et de doigté (et surtout de patience). Le but est donc d’appuyer sur la bonne touche au bon moment pour suivre au mieux les mélodies. Une tâche pas toujours évidente étant donné la rapidité du tempo, même lorsque la vitesse est réglée au plus bas.

Cependant vous pouvez toujours adopter ma méthode qui consiste à appuyer sur tous les boutons en même temps, surtout dans les niveaux les plus difficiles. Parfois vous aurez un Great ou même un Exact qui, avec un peu de chance, viendront accompagner les nombreux Miss qui s’afficheront sur votre écran chaque fois que vous vous tromperez de touche.

Musynx propose par défaut un mode 4K, dans lequel il faudra appuyer sur quatre boutons. Mais si vous voulez un peu plus de contraintes, il est possible d’opter pour le 6K MODE qui vous rajoutera deux boutons supplémentaires. Une option qu’il ne vaut mieux adopter que lorsqu’on maîtrise déjà pleinement la précédente.

Et ceux qui préfèrent le mode nomade auront la possibilité de jouer sans Joy-Con puisque le jeu offre une fonction tactile. Il suffira simplement d’appuyer sur la touche correspondante au bas de l’écran, en prenant soin bien entendu de ne pas s’emmêler les doigts en jouant. Mais bien que l’écran soit parfaitement réceptif au cours d’une partie, ce n’est pas le cas du menu où le scrolling et la sélection s’avèrent plus compliqués et où il est parfois nécessaire de tapoter plusieurs fois au même endroit pour valider son choix.

Chaque musique a le droit à sa propre illustration, créditée, qui s’affiche dans le menu et en cours de chargement. Les amateurs d’animes seront ravis car c’est ce style qui est à l’honneur, entre jolies filles au doux sourire et décors plutôt science-fiction.
Dans les parties, on oscille tantôt entre un univers “kawaii” avec petit soleil au visage chibi et arc-en-ciel et des fonds teintés de bleu beaucoup plus sobres, voire même futuristes.

Pour la bande-son, la majorité des musiques font appels aux Vocaloid, le célèbre système de synthèse vocal japonais. Néanmoins ce ne sera non pas du japonais qu’on entendra mais du chinois, ce qui est loin d’être surprenant puisque le jeu a été réalisé à Beijing.
Exprimer un avis sur les chansons proposées serait purement subjectif puisque les goûts et les couleurs sont propres à chacun. On regrettera cependant le manque de diversité, car même si plusieurs genres sont présents (electro, pop, musiques en 8-bit), les musiques ont tendance à se ressembler et très peu se démarquent du lot.

Le jeu contient une cinquantaine de chansons qu’il est possible de faire en mode Easy ou Hard. Les perfectionnistes pourront ainsi compléter les deux modes, d’autant plus que chaque musique garde une trace des résultats obtenus et propose un rang selon son taux de réussite. Il est donc possible de battre son propre record autant de fois que possible.

En terme de durée de vie, le jeu n’a pas à rougir au vu de la difficulté des différents niveaux, surtout si on débute dans le genre. La vitesse et le système des touches peuvent se régler pour pimenter le tout et si on souhaite galérer davantage.
Néanmoins, à moins d’être un mordu du style musical, on aura vite l’impression d’avoir fait le tour des musiques du jeu étant donné leur ressemblance. Espérons que le magasin accessible depuis le menu proposera vite du nouveau contenu à débloquer afin de diversifier un peu la bande sonore…

Ce portage de Musynx, paru auparavant sur Android, n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il s’adressera avant tout aux fans de Vocaloid et de jeux du même genre.
Pour les autres, attendez-vous à un jeu difficile, pour lequel il faudra faire preuve de beaucoup d’attention pour parvenir à bout de toutes ces mélodies sans se tromper. Et prévoyez des dolipranes car il se peut que vous ayez la même migraine que moi après quelques parties.

Test réalisé par Link Loup sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire