Test: Narcos: Rise of The Cartels sur Nintendo Switch

Test : NARCOS: RISE OF THE CARTELS sur Nintendo Switch

Test : NARCOS: RISE OF THE CARTELS sur Nintendo Switch

Genre : Action, Stratégie
Langues : Français, Allemand, Anglais, Espagnol, Japonais, Coréen, Portugais, Russe, Chinois Sous-titres : Français
Développé par KUJU ENTERTAINMENT
Édité par CURVE DIGITAL
Sortie France : 21/11/2019
Prix : 44,99€ sur l’eShop, 44,90€ version boîte
Taille : 7719 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : A partir de 18 ans

Site Web Officiel

Le cartel

Fin des années 70. Les Etats-Unis et la Colombie tentent de mettre fin au cartel de drogue Narcos dirigé par Pablo « El Patron » Escobar. Steve Murphy, un agent de la Drug Enforcement Administration (DEA), prend part à cette lutte malgré les nombreux dangers qui l’attendent.

Ce jeu inspiré de la série Narcos vous propose d’incarner deux types de scénario, selon votre camp : ainsi, celui des agents de la DEA, disponible dès le début, vous propose de mettre fin au gang en réalisant les missions à travers toute une Colombie gangrenée par le trafic de stupéfiants. Le cartel a également son histoire, avec son point de vue propre, et vous propose de dominer la DEA pour de bon. Scénarios simples, mais tous deux efficaces.

Un gameplay nerveux

Tout d’abord, il faut noter que le concept du jeu est novateur par rapport à un scénario que l’on aurait plus vu sur des titres du type FPS. En effet, Narcos : Rise of the Cartels prend l’aspect de parties au tour par tour, avec des scénettes en vue de face.

Vous contrôlez au départ deux personnages, qui s’étendent à tout un groupe, modifiable par la suite, en fonction du fait que vous soyez dans les rangs de la DEA ou du cartel (le Narcos). Les personnages se déplacent de cases en cases, peuvent tirer, recharger leurs armes, dans tous les cas, leurs déplacements restent limités en matière d’espace, ces actions étant définies par des « points de mouvement ». On ne peut alors faire participer qu’un personnage à la fois.

Une contre-offensive est également possible lorsque l’on se déplace de trop de cases d’un coup et que l’adversaire est proche. Il faut donc bien faire attention à où se diriger et quelles actions donner à vos personnages. C’est alors que le joueur prend conscience de tout l’aspect stratégique du jeu : il faut réfléchir avant d’agir, bien définir ses stratégies: faut-il se cacher derrière des obstacles ou se mettre à la vue de l’ennemi ? Séparer ses personnages peu à peu et attaquer chacun de leur côté ou bien foncer en groupe ? Tout l’intérêt du jeu de stratégie type réside parfaitement dans Narcos: Rise of the Cartels sur Nintendo Switch.

Un jeu qui fait honneur à la série

Dès le début de Narcos: Rise of the Cartels, le joueur est plongé par des cinématiques en prise de vue réelles, extraites de la série. De quoi ravir les fans, d’autant plus qu’outre la scène d’introduction, d’autres cinématiques viennent peu à peu rappeler le lien entre ce soft et la série. Les animations sont fluides, et malgré la vue de dessus, les personnages ne font pas un effet « bouillie de pixels », même en mode portable.

La caméra ne tremble pas, est fluide et l’on peut même voir à l’intérieur des bâtiments, chose visible dès le prologue. Ce point permet de mieux observer les ennemis et de réfléchir aux bonnes stratégies à prendre par la suite.

Les musiques nous plongent plus dans une ambiance de tension et d’opération militaire, donnant lieu à peu de variété dans nos oreilles. En outre, on regrettera l’absence de doublages pendant les missions, alors même que ceux-ci sont présents ailleurs (notamment dans les comptes rendus post-missions) et les bruitages sont de bonne facture, mais sans plus. Ainsi, le joueur restera sur sa faim musicalement parlant à défaut de thèmes notables.

Le joueur doit, en dehors des missions, manager ses troupes. Plus important que les missions, il devra prévoir les dépenses et gérer les soins de ses soldats. Ces derniers ont un coût, l’argent se récolte à l’issue des missions. La stratégie est donc à la fois militaire et financière. C’est l’une des forces principales de ce jeu : pouvoir gérer ses personnages, le problème de l’argent venant pimenter le tout.

Malgré tout, on notera un manque de diversité dans les armes. Au nombre de deux seulement après avoir fait plusieurs missions. Ce manque de diversité est  pallié par une durée de vie plutôt bonne. Point positif, le joueur a également la possibilité d’incarner les membres du Narcos par la suite.

Narcos: Rise of the Cartels sur Nintendo Switch n’est pas qu’un jeu de stratégie. Il faut bien prévoir ses actions avant de plonger sur l’ennemi. Ceci parce qu’on ne sait jamais de quoi il est capable. Le jeu est varié dans son gameplay, relativement beau sans être impeccable non plus sur ses sonorités. Enfin, le titre offre au joueur une expérience alternative des tradtionnels FPS et incite à réfléchir de lui-même sans que cela ne finisse en casse-tête.

 

Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire