Test : Naruto – Ultimate Ninja Storm sur Nintendo Switch

Naruto : Ultimate Ninja Storm

Genre : Action, Combat
Langues : Multilingues Sous-titres : Français
Développé par CyberConnect2
Édité par Bandai Namco Entertainment
Sortie France : 26/04/2018
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 5,75 Go

Site Web Officiel

Il y a longtemps, dans un monde peuplé de ninja, Kyubi le démon-renard à neuf queues fit son apparition semant ainsi terreur et destruction. Si bien qu’une guerre éclata.
Une poignée de ninjas issue du village de Konoha prit les armes pour se défendre de cette menace.
Malheureusement, face à la terrible puissance du démon, aucun d’eux ne réussit à le vaincre.
Certains laisseront leur vie au cours de cette terrible bataille.
Mais c’était sans compter sur le 4ème Hokage, chef du village et valeureux ninja, qui se dressa face à lui dans l’espoir de protéger tous ses habitants. Après un combat acharné face à Kyubi, il réussit à le sceller dans le corps d’un nouveau-né : Naruto Uzumaki.
Douze années passèrent à Konoha et nous retrouvons Naruto devenu ninja.
Sous l’œil du sensei Kakashi, il intégrera l’équipe 7 composée de Sakura Haruno, Sasuke Uchiwa et lui-même.

Et ainsi débuta Naruto : Ultimate Ninja Storm tout comme l’œuvre créée par Masashi Kishimoto.
Le studio en charge du développement a voulu rester le plus fidèle possible à l’anime.
Difficile quand il y a plus de 72 tomes existants et 720 épisodes (fillers compris), on comprendra pourquoi la trame du jeu n’adaptera que le début de l’histoire jusque l’arc menant à l’affrontement se déroulant à la vallée de la fin, l’un des moments les plus emblématiques de la série !

Le jeu propose deux modes : « Mission ultime » et « Combat libre ».
Dans ce test, je me focaliserai davantage sur le premier mode du jeu qui regorge de bonnes idées.
Lorsque l’on parle de mission ultime, il s’agit en réalité du mode histoire.
Vous contrôlez Naruto librement dans le village de Konoha. À l’intérieur de celui-ci, on y trouvera des magasins et des PNJ capables de solliciter votre aide dans l’espoir de vous voir leur amener des ingrédients tandis que d’autres n’hésiteront pas à fournir des informations donnant accès à de nouvelles quêtes.

Afin de progresser dans le jeu, il faudra obligatoirement passer par une liste de missions accessible via le « menu pause ». Il existe au total trois sortes de missions : les mini-jeux (courses, cache-cache, traverser des anneaux, rapporter des objets), des missions d’accumulation (nombre de pas, d’heure, d’objets cassés) ainsi que des combats. Une fois que vous avez terminé l’une d’elles, vous obtiendrez de l’argent pour les boutiques et/ou de l’expérience de mission nécessaire pour avancer dans votre aventure ninja. Par la même occasion, divers éléments du jeu feront leurs apparitions dans le village, servant à concocter des éléments parfois utiles ou agréables tels que des objets de soins/collectibles, des nouvelles techniques de combat, ou encore de quoi augmenter votre barre de chakra pour explorer Konoha en quelques sauts seulement.

Cyberconnect2 a réussi à équilibrer la phase d’exploration avec les phases de combat.
C’est d’ailleurs sur ce second point que l’on va s’attarder maintenant.
Lors de vos affrontements, vous dirigez votre personnage dans un espace restreint mais suffisant à la fois, toutes directions confondues. Les attaques restent simples à exécuter.
Il est possible de lancer des kunai pour immobiliser ou perturber les mouvements ennemis.
Si ce dernier cherche à répliquer avec une avalanche de coups, il faudra se défendre avec la touche L qui, au bon moment, est capable de lancer une technique de substitution vous téléportant ainsi juste derrière son dos. C’est le moment de faire parler les poings !


N’hésitez pas à enchainer des combos en appuyant à répétition tout en changeant la direction de votre stick analogique. Dans le pire des cas, vous pouvez sauter ou rapidement vous éloigner avec la touche de saut pour charger et emmagasiner un peu de chakra tout en demandant de l’aide à vos personnages de soutien. De quoi vous sauver de situations critiques !
Et si ça ne suffit pas à mettre K.O votre adversaire, il restera encore vos techniques de ninjutsu.
La normale se déclenche à l’aide d’une petite quantité de chakra tandis que l’ultime se veut plus gourmande en plus de nécessiter un enchainement de touches pour faire mouche.
Avec ça, je pense que vous avez toutes les clefs nécessaires pour vaincre une invocation si celle-ci venait à apparaître sans crier gare comme, disons… en fin de chapitre.

Ultimate Ninja Storm a été entièrement refait en HD sur Nintendo Switch.
Tout le jeu a été réalisé dans un immense respect de l’environnement provenant de l’œuvre originale. Que ce soit la modélisation du village ou des personnages ainsi que leurs expressions faciales et la reproduction des mouvements de combat.

Se promener dans chaque recoin est magnifique. On y retrouve chaque détail visible dans l’anime (la balançoire près de l’école, les têtes Hokages surplombant la montagne). Même traitement concernant les niveaux lors des combats. Le seul petit détail qui pourrait être soulevé serait la présence d’aliasing autour de Naruto en phase d’exploration. Côté musique, c’est similaire à l’animé ou aux précédents jeux « Ultimate Ninja ».
C’est complètement dans le thème et le sujet. Aucun reproche de ce côté-là.

L’histoire est répartie en différents chapitres représentant des arcs narratifs.
J’ai constaté un manque cruel de cinématiques dans le jeu. Celles-ci ne sont présentes que durant les combats de fin de chapitre. Qu’on se rassure tout de même, les passages les plus marquants de la série sont bien présents grâce aux dioramas disponibles dans l’onglet « collection » du menu.
Cependant, pour y avoir accès, il faut avancer dans l’histoire et débloquer certains bonus que l’on achète en magasin. Voilà pourquoi il est important de ne pas passer à côté de tout ce que le jeu vous offre en termes de contenu, même si cela est facultatif.

Il y a de nombreux éléments à débloquer (musiques, portraits, séquence de technique ultime, objets pour les magasins, les nouilles, etc…).
Avec un total de 100 missions, comptez environ 15h de jeu pour boucler le scénario principal et un peu plus pour viser le 100%. C’est une durée très correcte d’autant plus qu’il est possible de prolonger l’expérience de jeu une fois le mode mission ultime terminé, avec le mode combat libre où vous affronterez une IA ou bien quelqu’un d’autre en donnant une paire de joy-con ou une manette. Il y a de quoi faire ! Surtout quand le roaster s’élève à plus de 25 personnages jouables (DLC inclus). Par contre, ne comptez pas sur un mode en ligne ou local. Ils ne sont tout simplement pas présents.

Je suis forcé d’admettre que l’art de la critique est aisé tandis que celle de l’adaptation reste bien plus délicate. Mais quand un studio est passionné, cela se ressent. C’est exactement l’impression que j’ai ressentie avec Naruto Ultimate Ninja Storm. Quelques défauts liés à une répétitivité et un manque de mise en scène sont présents et pourtant tout cela arrive à être gommé par un contenu honorable, une trame scénaristique respectée et soignée dans les moindres détails. Naruto reste un bon jeu de combat à posséder ou faire grâce à son roaster assez important et quelque chose me dit que les suites prévues sur la Nintendo Switch arriveront à corriger les faiblesses du premier pour en faire quelque chose d’encore plus grandiose.

Test réalisé par Serial_Gameur sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire