Test : Neverout sur Nintendo Switch

Neverout

Titre de Neverout

Genre : Casse-tête
Langues : Anglais
Développé par Gamedust
Édité par Gamedust
Sortie France : 10/07/2018
Prix : 5,99€ sur l’eShop
Taille : 664,80 Mo

Site Web Officiel

Le principe du jeu a de quoi faire grincer les dents aux claustrophobes. Sans savoir pourquoi ni comment, vous vous retrouvez enfermé dans une pièce sombre et mystérieuse et vous devez trouver le moyen de vous en échapper en vous rendant dans la pièce suivante. Pour cela, il vous faut marcher sur une dalle sur laquelle est inscrit le numéro du prochain niveau. Mais cet objectif n’est pas si facile à atteindre en raison des nombreux obstacles que vous rencontrerez sur votre route.

Écran titre de Neverout

Bien heureusement les contrôles ne présentent aucune difficulté. On avance, on bouge la caméra pour regarder autour de soi… et c’est tout.
Toutefois, la particularité à retenir est que chaque mur peut devenir, à tout instant, le sol sur lequel vous marchez. Pour cela il suffit simplement d’avancer contre le mur en question et la pièce pivotera d’elle-même. Autant dire que ce mécanisme a de fortes chances de vous donner le tournis puisque vous aurez souvent l’occasion de voir l’endroit où vous vous trouvez d’un tout autre point de vue.

Contrôles de Neverout

D’autant qu’il est nécessaire d’utiliser la caméra le plus souvent possible afin d’observer les alentours et de resituer la précieuse dalle qui vous permettra d’avancer. Et la vitesse de rotation n’est pas des plus douces…
Mieux vaut donc prendre son temps et faire des pauses si besoin. Sachant que le jeu sauvegarde automatiquement votre progression à chaque fois que vous franchissez un niveau.

Les graphismes sont corrects, et l’ambiance pesante et inquiétante est bien retranscrite avec ces pièces sombres dont les couleurs, dans les tons ocres au commencement, varient au fur et à mesure de votre avancée. Les pièges sont nombreux et contribuent à cette atmosphère déjà lourde.

Exemple de pièce dans Neverout

Rajoutez à cela la bande-son inexistante et vous avez de quoi frissonner, surtout s’il vous prend l’envie d’y jouer dans le noir, sans personne à vos côtés…

Avec ses 60 niveaux et ses casses-têtes infernaux, le jeu vous propose une durée de vie assez conséquente, surtout qu’il est bien plus facile qu’on le pense de mourir, en raison des différents obstacles qui sont présents. Écrasé par un des lourds blocs qui pivote et bouge en même temps que vous, électrocuté par l’un des champs électriques qu’il faut tenter d’éviter, empalé par des piques… Les morts sont assez violentes et souvent inattendues, mieux vaut avancer à pas de loup pour éviter le pire !

Écran de sélection des niveaux dans Neverout

En accédant au menu, vous avez aussi la possibilité de changer de niveau et donc de revenir en arrière… encore faudrait-il que l’envie vous prenne de reculer d’une case.

Neverout est un jeu peut-être intéressant sur le papier, mais pour ce qui est de son gameplay, mieux vaut avoir le cœur accroché avec cette horrible rapidité qui risque fort de vous rendre malade. Les amateurs de puzzle apprécieront sans doute, mais pour les autres, qui n’ont pas l’habitude, il est possible qu’ils soient aussi déconcertés que je l’ai été.
En espérant que ceux qui ont l’occasion de le tester en réalité virtuelle souffriront moins que moi ou garderont un seau à portée de main, juste au cas où…

Test réalisé par Link Loup sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.

Laisser un commentaire