Test : « Nightmares from the Deep 2: The Siren`s Call » sur Nintendo Switch

Nightmares from the Deep 2: The Siren`s Call

Genre : Aventure, Casse-tête
Langues : Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Portugais, Russe Sous-titres : Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Portugais, Russe
Développé par Artifex Mundi
Édité par Artifex Mundi
Sortie France : 10/08/2018
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 824 Mo

Site Web Officiel

Dans « Nightmares from the Deep 2: The Siren`s Call », vous incarnez Sarah Black, une conservatrice de musée qui, un soir, reçoit une mystérieuse visite. Un individu vient à votre rencontre avec un paquet que vous seule pouvez ouvrir. Ce dernier contient un ancien artefact mais à peine l’avez-vous en main que vous vous retrouvez attaquée ! L’objet est dérobé et vous suivez alors votre mystérieux livreur jusqu’à Kingsmouth, un vieux village de pêcheurs isolé en mer.

Une fois sur place, vous devrez sauver Calliope, sirène et déité des mers qui est gardée captive par Murray, le maire de la ville. La libérer et lui rendre ses pouvoirs est le seul moyen de stopper la malédiction qui transforme lentement les habitants en créature hybride, mi-homme mi-poisson. La personne à l’origine de tout cela, n’est autre que le diable des mers : Davy Jones, que vous avez déjà tenu en échec une fois…

Le Gameplay se veut dans le style « point and clic ». Vous vous déplacerez de tableau en tableau et aurez des interactions possibles avec le décor. Il vous faudra repérer des objets capables de vous aider dans votre progression et les récupérer ! Ils seront stockés dans votre inventaire jusqu’à ce qu’ils soient utilisables.
Vous rencontrerez de nombreux casse-têtes au cours de votre aventure, plus ou moins dur en fonction de votre logique je suppose. Pour ma part, je les ai trouvé relativement faciles même si certains demandent un petit peu plus de réflexion ! Il s’agit surtout d’énigmes d’interaction et de combinaisons d’objets.
Dans certains cas, vous aurez juste une liste d’item à retrouver sur un tableau afin d’obtenir de quoi poursuivre votre aventure. Pour les moins enthousiastes vous pourrez, lors de ces phases…. Jouer au mah-jong ? Non, non, ce n’est pas une blague. Le jeu propose de faire fonctionner vos cellules grises autrement si vous n’avez pas envie de chercher (même si spammer aléatoirement l’image lorsqu’elle apparait fait déjà un sacré ménage).

Point appréciable, la sauvegarde automatique qui permet d’avancer sans interruption.
Le jeu vous offre également une carte et, point très agréable étant donné le nombre d’endroits que l’on peut visiter, cette dernière permet de se téléporter d’une zone à une autre sans avoir à tout faire à pied (même si les transitions sont très rapides si on fait tout manuellement). On peut profiter du jeu sans passer de longues minutes à traverser la ville pour retourner à un point précis. En moins d’une seconde, vous y êtes et cela donne une bonne dynamique. Vous n’avez pas l’impression de perdre de temps à vous promener. La carte vous donnera aussi des indications comme l’endroit où vous vous trouvez mais également où il vous reste des interactions possibles.

Visuellement très sympathique, j’ai beaucoup apprécié l’ambiance de certaines zones du jeu. Les animations, même si très simples, suffisent amplement. Malgré le côté sombre du scénario, j’ai beaucoup aimé les nombreuses couleurs qui parcouraient les différents tableaux. Je pense avoir eu un petit coup de cœur pour certaines parties de la map d’ailleurs.

Niveau son, c’est plutôt effacé mais ce n’est absolument pas gênant puisque « discrétion » est le mot d’ordre de ce jeu. Une musique trop présente aurait nui à cet aspect. Tout se passe de nuit et dans les rues d’une ville maudite, l’ambiance n’est clairement pas à la fête. Cela convient donc très bien au scénario.

Pour la trame principale, j’en ai eu pour environ 6h de jeu, sans rencontrer de gros problème en cours de route. Vous avez deux modes de difficultés pour cette aventure : un « facile » pour les personnes peu habituées à ce style de jeu (et qui profiteront de quelques astuces) et un « expérimenté » pour les fans du genre (avec un temps de recharge plus important pour les aides).

« Nightmares from the Deep 2: The Siren`s Call » vous offre également un scénario bonus qui ne sera accessible qu’après avoir terminé l’histoire principale. Vous reprendrez juste après la fin du jeu et aurez l’occasion d’en apprendre un peu plus sur Davy Jones. Cette annexe prend une bonne heure, avec des énigmes d’un niveau équivalent aux précédentes.

Malgré sa durée de vie assez courte et un scénario assez rapide (tout se passe en une nuit), « Nightmares from the Deep 2: The Siren`s Call » m’a fait passer un bon moment. Ses casse-têtes étaient agréables et plutôt variés. Cet opus me pousse presque à aller découvrir son prédécesseur et sa fin me donnerait bien une petite envie de connaitre la suite.

Test réalisé par Link Loup sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire