Test : Our World Is Ended. sur Nintendo Switch

Our World Is Ended.

Genre : Aventure
Langues : Japonais, Anglais
Développé par Red Entertainment
Édité par Pqube
Sortie France : 18/04/2019
Prix : 49,99€ sur l’eShop, 49,99€ version boîte
Taille : 3018,95 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 16 ans

Site Web Officiel

Our World Is Ended vous place dans la peau de Reiji, qui est employé chez Judgement 7 (J7), un studio de développement de jeux vidéos qui peine à satisfaire ses quelques fans. Alors qu’il est en train de tester le nouveau dispositif de réalité augmentée de J7, notre protagoniste voit le casque AR lui afficher un Asakusa (célèbre quartier de Tokyo) en ruines.

Pensant que cette vision d’horreur est une hallucination dûe à la chaleur estivale, il rentre donc se reposer dans la “base”, où l’attendent les autres membres de Judgement 7. Au cours de la soirée suivante, alors que toute l’équipe travaille sur W.O.R.L.D, un nouveau jeu en réalité augmentée qui pourrait bien sauver la mise à leur studio, le casque AR plante, et les membres de J7 décident donc de mettre fin à la réunion pour se consacrer au problème le lendemain. Cependant, en voulant rentrer chez eux, ils s’aperçoivent qu’ils sont coincés dans ce quartier d’Asakusa, où se trouvent leurs locaux. Ils vont par la même occasion se rendre compte de la présence de leurs créations, monstres ou PNJ, qui apparaissent mystérieusement dans les environs, et à qui ils vont devoir faire face.

C’est ainsi que débute Our World Is Ended. Si l’histoire est un peu lente à se mettre en place, la narration reste agréable à suivre, et les personnages sont assez originaux et variés. Cependant, on se rend très vite compte du plus gros défaut du jeu : l’abus total de fan service. Entre les gros plans récurrents sur les poitrines des personnages féminins, les comparaisons et remarques quasi systématiques sur la taille du bonnet, et l’utilisation bien trop fréquente de la métaphore “armes mammaires”, on en vient vite à être agacé par cet humour qui devient très rapidement lourd.

Visual novel oblige, les interactions sont rares dans Our World Is Ended. Le soft nous permet deux types d’interactions. Les premières sont des choix “classiques”, qui nous proposent 3 options de réponses différentes avec un temps de réflexion illimité. Les secondes, “Selection Of Soul”, sont une spécificité du titre.

Quand Reiji devient anxieux, toutes ses pensées défilent à l’écran, et on doit ici choisir rapidement entre les propositions, sous peine de devoir faire le mauvais choix. Cette fonctionnalité peut vite se révéler frustrante, car il n’est pas évident de lire toutes les phrases qui défilent en même temps, mais ce défaut est compensé par le renforcement de l’immersion au sein de la narration.

Avec ses environnements hauts en couleur et ses personnages en style manga, le titre fait ce qu’on demande à un visual novel au niveau des graphismes. Les scènes sont agréables à regarder, et le chara design est assez varié.

Au delà de ses environnements in game, on peut saluer le soin apporté aux menus du jeu, particulièrement agréables à parcourir. Les transitions entre les chapitres ont un style particulier qui s’accorde bien à l’ambiance du jeu, de même que l’affichage des noms des personnages qui est en parfaite adéquation avec l’univers du soft. Côté musique, rien à redire non plus, la bande-son est variée et agréable.

Comme dans la plupart des visual novel, le titre a un faible potentiel niveau rejouabilité, le gros de l’histoire étant déjà connu. Cependant, pour compenser, le jeu vous proposera environ 40h de contenu, soit de quoi vous occuper pendant un moment. 

Typique des visual novel, plusieurs fins différentes sont disponibles, et vous aurez également droit à une galerie mettant à votre disposition les artworks que vous avez obtenu. 

Faisant partie des rares visual novel de la Nintendo Switch en Europe, Our World Is Ended sait se démarquer en proposant de nombreuses références et allusions au monde du jeu vidéo. Le titre est solide, de par ses graphismes plaisants, et la quantité de contenu qu’il propose. Cependant, tout le côté fan service est malheureusement trop envahissant, dans ce titre qui aurait pu être très bon s’il s’en était passé.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI

Test réalisé par Pauline sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire