Test : Outlast 2 sur Nintendo Switch

OUTLAST 2

Genre : Survival Horreur 
Développé et édité par : RED BARRELS
Sortie France : 27/03/2018
Prix : 29,99€ 
Taille : 10377,76 Mb

Site Web Officiel

Le portage de cette franchise sur switch est, on peut le dire une vraie bénédiction pour les fans et amateurs de jeux d’horreurs. Cette série s’impose comme une des meilleures dans le domaine.

Dans ce second opus d’Outlast vous incarnerez Blake Langermann un journaliste et caméraman qui travaille en équipe avec sa femme Lynn. Tous les deux enquêtent sur l’affaire du meurtre d’une femme enceinte et dont les indices les conduisent vers un homme, Sullivan Knoth et ses adeptes, une communauté d’Arizona qui se serait coupée du monde moderne corrompu pour créer un village perdu dans les étendues sauvages du nom de Temple Gate.

Le jeu débute sur un fond noir avec des cris et des phrases plus que mystérieuses, ce moment laisse place à une sorte de cauchemar du personnage principal qui se déroule dans un établissement scolaire. Cette scène sans réelle explication nous mène sur une histoire secondaire très intrigante qui va nous suivre tout le long du jeu.

Après son réveil s’en suit une cinématique en hélicoptère avec Lynn qui explique à notre protagoniste ce qu’elle sait de cette enquête. Malheureusement l’avion se crash, et Blake se retrouve seul et cherche éperdument à retrouver sa femme et à s’enfuir de cet endroit, avec pour seul objet une caméra qui lui permettra de voir dans l’obscurité et filmer tout ce qui se passe dans cet étrange village.

Pour démarrer le jeu on vous propose un choix de difficulté parmi lequel se trouve le mode histoire, normal, difficile, cauchemar et pour finir psychose.

Personnellement, vu que c’était mon premier jeu d’horreur survival, j’ai opté pour le mode histoire.

La vue du jeu est à la première personne ce qui rend déjà le gameplay immersif, pour les contrôles c’est plutôt banal, il suffit de s’orienter avec le joystick gauche et de déplacer la caméra avec le joystick droit. Les déplacements sont plutôt fluides ce qui est un atout pour ce genre de jeu où l’on doit vite se déplacer.

Le reste des commandes nous permettent de sauter, courir, ramasser des objets tel que des notes, vous pouvez également vous cacher, ouvrir et fermer des portes et interagir avec certains objets, mais tout cela sera indiqué au moment venu.

La caméra est très importante pour ce jeu car avec sa vision nocturne, elle vous permet de voir dans l’obscurité, il faudra également filmer certains endroits importants pour l’histoire. Attention, malgré tout, la batterie de celle-ci se décharge très rapidement, il vous faudra donc l’utiliser intelligemment mais aussi trouver des piles afin de la recharger.

Dans cet opus vous ne pouvez toujours pas vous battre, mais par contre, dorénavant vous pouvez vous soigner, ce qui est un plus, il vous faudra donc trouver des bandages ainsi que des endroits calmes pour les appliquer.

Le but principal du jeu est de s’enfuir et de retrouver votre femme donc ne vous attendez pas a des combats à mort ou des moyens de défenses, mais il y aura tout de même beaucoup de moments de frayeurs et de stress pour réussir à vous enfuir sans encombres. Il vous faudra être subtil et agile pour vous frayer un chemin dans ce village très sombre.

Le jeu dès le début nous en met plein la vue avec ses graphismes en style très réaliste, celui-ci est très détaillé et bien réalisé, malgré le portage, il reste très optimal et très beau visuellement bien que ce soit un jeu d’horreur. Tout y est bien pensé, des ombres aux fenêtres jusqu’aux mouvements des herbes au sol.

Le gros atout est la bande son qui nous immerge directement dans le jeu et réussi à nous transmettre les émotions souhaitées. Les bruits sont très réalistes et nous plongent vraiment dans l’univers. On en entendrait presque les personnages nous chuchoter à l’oreille ce qui peut être très perturbant mais propice au jeu.

Outlast a tous les éléments qu’il faut pour un bon jeu d’horreur et pour nous mettre dans l’ambiance à tel point qu’on penserait y être.

En soit le jeu n’est pas très long, du moins tout dépend si vous avancez vite, mais du début à la fin, il nous tient en haleine et réussi à nous intriguer. Jusqu’à la dernière minute il est difficile de s’en décrocher car on veut tout savoir du fin mot de l’histoire.

Il y a environ 8 heures de jeu maximum pour parvenir à la fin de l’histoire. Ensuite pour les plus joueurs d’entre vous, rien ne vous empêche de le recommencer sous les différentes difficultés proposées.

Outlast possède tout ce qui fait un bon jeu d’horreur, il nous fait palpiter jusqu’à la dernière seconde et nous fait sursauter au bon moment avec quelques screamers bien placés sans oublier sa bande sonore plus que parfaite.

Le souci du détail et la richesse de l’histoire vous marquera encore plus qu’un film d’horreur vu au cinéma. Sans oublier l’ambiance très glauque ainsi que les petits moments très gores qui rendent l’expérience de jeu géniale et inoubliable.

 

Test réalisé par Euphemya sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire