Test : Pac-Man Championship Edition 2 Plus sur Nintendo Switch

Pac-Man Championship Edition 2 Plus

Genre : Arcade, Action
Langues : Français Sous-titres : Français
Développé par Bandai Namco
Édité par Bandai Namco
Sortie France : 22/02/2018
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 2527,07 Mo

Site Web Officiel

À moins d’être né avant 1980 et de vous être échappé d’une grotte après près de quarante années d’isolement forcé, on imagine que vous devez déjà plutôt avoir une bonne idée des préceptes de Pac-Man. Une petite boulle affamée dévorant des gommes jaunes dans des niveaux labyrinthiques, des fantômes à éviter, quelques fruits apparaissant çà et là, etc.

Ce n’est pas cette Championship Edition 2 Plus qui viendra perturber l’ordre établit ou qui tentera d’apporter un scénario prétexte avec lequel personne n’aurait envie de s’embêter. Nous sommes ici face à un pur jeu d’arcade qui va droit au but.

Par rapport au bon vieux Pac-Man des années 80, les grandes lignes du gameplay restent inchangées. Vous incarnez Pac-Man et vous allez devoir marquer un maximum de points en vidant chaque niveau de son contenu tout en y évitant les fantômes. Heureusement, les choses ont tout de même un peu évolué dans ce cru 2018 !

Chaque pac-gomme mangée fera monter une jauge qui, une fois pleine, fera apparaître un fruit à l’écran, parfois fixe, parfois mobile. En mangeant ce fruit, votre jauge sera vidée et vous serez propulsé vers un nouveau tableau, dans une mise en scène rappelant un peu ce que proposait Pix the Cat en 2014. Plus vous mangez de fruits, plus vous allez gagner en vitesse et plus il faudra être précis lors de vos déplacements. Après quelques dizaines de secondes, les choses vont commencer à aller vite, très vite.

Sur votre parcours, vous croiserez des fantômes endormis qui, une fois éveillés, pourront former jusqu’à quatre chaînes distinctes qu’il faudra sagement éviter. Le jeu est généreux et ne punira pas vos collisions si elles restent légères. Par contre, en cas de contact beaucoup plus franc, le fantôme vous poursuivra quelques secondes pour tenter de vous faire perdre une vie. Chaque vie perdue sera synonyme de vitesse revue à la baisse et donc de points en moins. Pour éviter de percuter bêtement un adversaire, vous avez la possibilité de déclencher des bombes qui vous propulseront vers un endroit sûr. Même si chaque bombe non utilisée vous rapportera des points bonus en fin de niveau, il est généralement plus rentable de ne pas être ralentis par les fantômes.

 

Un petit mot sur les vibrations qui se produisent lorsque vous passez d’un tableau à l’autre ou en cas de vie perdue. Celles-ci sont bien trop brutales pour être agréables.

Heureusement, en bon héros, vous n’allez pas subir l’oppression des fantômes sans jamais pouvoir vous venger. En remplissant votre jauge, vous ferez parfois apparaître une super pac-gomme. Une fois avalée, vous deviendrez le chasseur et les fantômes seront les proies. Ces derniers prendront la fuite en suivant des itinéraires visibles à l’écran. À vous de vous positionner sur leur route pour avaler d’une traite des dizaines de fantômes en file indienne. Se faisant, vous déclencherez une petite animation où votre personnage bondira à l’écran. Si cela a le mérite de dynamiser l’action, l’effet n’est pas particulièrement réussi et n’aide pas à conserver une action parfaitement lisible.

En 2007, le premier Pac-Man Championship Edition avait introduit un style visuel et sonore extrêmement dynamique qui a été entièrement réutilisé dans cette suite.

Chaque tableau est sur un fond sombre, ce qui fait éclater à l’écran cette ambiance sous-acides qui fait la part belle aux néons, dégradés de couleurs fluo et explosions de particules. Autant dire qu’à grande vitesse le jeu peut vite perdre en lisibilité. Après une collision non anticipée, on se retrouve parfois à chercher son personnage à l’écran pendant quelques secondes, ce qui vous pénalise par la perte de milliers de point.

Musicalement, le jeu ne fait pas non plus dans la dentelle avec sa techno hypnotique, empruntant quelques sonorités du côté de la chiptune. Le tout permet de vite se plonger dans l’ambiance proposée par le jeu et de rester concentré durant les quelques minutes de chaque tableau. Des minutes pendant lesquelles vous allez parfois oublier de cligner des yeux, voire de respirer.

Notez qu’il sera possible au début de chaque niveau de personnaliser votre expérience en choisissant la piste musicale, le look des personnages, la couleur du labyrinthe etc. Si cela peut sembler anecdotique, on apprécie que chacun puisse trouver ses réglages lui assurant la meilleure lisibilité possible de l’action.

Après un petit tutoriel optionnel, on se retrouve face à deux modes de jeu. La « chasse aux points » est le mode principal. Comme son nom l’indique, l’idée est de récolter un maximum de points en cinq minutes (parfois dix). Pour maximiser votre score, à vous de trouver le bon équilibre entre le ratissage complet d’un tableau, l’envie de foncer au plus vite au tableau suivant, le risque de collision avec des fantômes qui vous feront perdre de précieuses secondes ou l’utilisation d’une bombe pour rester prudent. De votre score dépendra votre note finale, un bon résultat permettant de débloquer les niveaux suivants.

Le second mode, « Aventure », ne change pas grand-chose au concept, mais laisse beaucoup moins de place à l’erreur. Ici on vous demandera de réaliser un objectif en un minimum de temps. En fonction de votre réussite, vous gagnerez des étoiles qui seront nécessaires pour accéder à un boss où il vous faudra éviter des fantômes encore plus énervés tout en surveillant le chronomètre.

Notez que le petit « Plus » à la fin du titre vient de l’ajout d’un mode multijoueur. Même si l’on sent qu’il a été ajouté au forceps par rapport à l’édition originale du jeu, il reste bienvenu. On y retrouve uniquement la chasse aux points, agrémentée de quelques règles comme la possibilité de réanimer un camarade tombé au combat sans perdre de vie pour peu qu’on intervienne rapidement, la nécessité de devoir prendre en sandwich les chaines de fantôme ou bien les fruits qu’il faudra manger à deux pour passer au tableau suivant. C’est sympathique, mais le manque de diversité se fait vite ressentir. On aurait aimé que le jeu s’essaye à plus de modes, à plus de nouveautés/surprises. Pac-Man Championship Edition 2 Plus n’offre rien d’autre que ce qu’il vous présente au premier lancement.

Les acharnés du joystick ou les habitués du genre feront le tour du propriétaire en quelques heures. Comptez dix à douze heures pour les joueurs rencontrant plus de difficultés. Après ça, il ne vous restera plus qu’à viser la note maximale pour chaque niveau. Pour l’élite qui voudrait aller encore plus loin, un leaderboard en ligne est là pour se comparer à ses amis ou au reste du monde.

En 2007, Pac-Man Championship Edition Deluxe faisait son petit effet. En 2018, il est un peu triste de voir que la formule de cette suite a aussi peu évolué. On aurait voulu un titre bien plus généreux et surprenant et offrant un maximum de possibilités pour des parties à plusieurs.

Heureusement, cette suite se repose sur de bons acquis. Manette en main, on passera quelques heures aussi agréables qu’intenses. Même si la formule est connue, on continue d’en prendre plein les yeux et plein les oreilles.

Test réalisé par Sylvain sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire