Test : Pandemic sur Nintendo Switch

Pandemic

Genre : Jeu de plateau, Jeu de société, Stratégie
Langues : Français, Anglais, Allemand, Espagnol, Italien, Néerlandais, Portugais, Russe
Développé par Asmodee Digital
Édité par Asmodee Digital
Sortie France : 01/08/2019
Prix : 19,99€ sur l’eShop, pas de version boîte
Taille : 317,72 Mo
Joueurs : 1 à 5
Age minimum : 3 ans

Site Web Officiel

Pandemic est issu d’un jeu de plateau plusieurs fois primé, créé par Matt Leacock et qui dispose déjà d’une bonne réputation auprès des amateurs de stratégie en coop. Désormais adapté en jeu-vidéo par Asmodee Digital, une filiale de l’éditeur bien connue, spécialisée dans ce genre de travail.

Ici, on incarne un membre au choix, issu d’une équipe de choc dont le but n’est autre que de sauver le monde en éradiquant les maladies qui le rongent, tout en évitant la pandémie, comme son nom l’indique ! Les virus qui se propagent dans les grandes villes du monde sont alors matérialisés sous forme de cubes de différentes couleurs. La partie se termine dès lors qu’elles sont toutes guéries, que la pioche de carte est vide, le niveau de propagation est trop élevé ou encore qu’il ne reste plus de cubes maladies pour les nouvelles propagations (dans les trois derniers cas, c’est, bien sûr, une défaite de votre équipe).

Le jeu est au départ un peu difficile à comprendre pour qui n’aurait jamais essayé l’original. Il faut dire que le manuel disponible en version texte est assez long et on n’a pas toujours envie de lire tout ça avant de se jeter dans un jeu-vidéo. À la place, il y a bien un tutoriel qui récapitule le but du jeu et un entraînement, mais cela ne remplace pas vraiment le livret de règles. Il faudra donc en passer par là, ou aller dénicher des vidéos qui expliquent les règles sur internet.

Le premier avantage de ce soft est que, par rapport à sa version plateau, il n’y a rien à gérer : pas de cubes à compter et placer au bon endroit, pas de cartes. Pour un jeu de plateau, il s’agit plutôt d’une sorte de plaisir que l’on prend à préparer sa partie mais, pour les personnes qui n’aiment pas ça, c’est une bonne alternative, plus simple et plus rapide. Les sensations restent les mêmes, et c’est ce qu’on apprécie dans ce portage !

Chaque type de personnage à sa propre fonction : la chercheuse peut échanger des cartes plus facilement avec les autres, le médecin traite tous les cubes d’une ville pour une seule action, le répartiteur peut déplacer les autres joueurs à sa place tandis que la spécialiste de la mise en quarantaine protège les villes autour d’elle de la contamination. À chacun de faire son choix et il y a encore différents types de rôles (sept en tout). Bien sûr, certaines combinaisons fonctionnent mieux que d’autres et le choix devient crucial, surtout lorsqu’on joue en mode de difficulté héroïque.

De manière générale, les graphismes sont assez rudimentaires, mais dans la mesure où il s’agit d’un jeu de plateau orienté sur la stratégie, cela n’est pas vraiment un problème. Les animations des cartes sont fluides et pas trop lentes, ce qui fait que la partie ne se joue pas au ralenti par rapport à la version physique, ce qui est un bon point. En revanche, côté bande-son c’est autre chose : la musique de fond est toujours la même et se veut légèrement stressante pour coller à l’ambiance du titre mais au bout d’un certain temps elle est plus lassante qu’autre chose. Résultat : on en vient vite à la couper, tout comme les effets sonores qui correspondent en majeure partie à des bruitages de moteur de voiture à chaque fois qu’on déplace un personnage entre les villes (l’avion est aussi disponible pour les longues distances)

Chaque partie dure de 30 minutes à une heure, en fonction du nombre de membres de votre équipe ou tout simplement du nombre de joueurs. Attention, il n’y a pas de mode en ligne, ce qui limite les parties multijoueurs au local uniquement. L’esprit d’un jeu de plateau étant de réunir des amis autour d’une même table, il faudra ici le faire sur le même canapé. Le résultat se rapproche donc vraiment d’une partie classique du jeu.

Étant basé sur la stratégie et sur les différentes combinaisons possibles des protagonistes vouées à sauver l’humanité, le jeu bénéficie d’une bonne rejouabilité. Entendons-nous bien : ce n’est pas vraiment un titre où l’on enchaîne les parties pendant des heures : il s’agit plutôt de sessions occasionnelles où l’on teste volontiers différents types de personnages.

Pandemic est un titre destiné à ceux qui aiment la stratégie ou qui connaissent déjà le jeu de plateau mais sans aimer forcément tout le rituel associé : placer et déplacer les cubes, mélanger les cartes, etc. On lui pardonnera volontiers en échange les quelques soucis de maniabilité quand il s’agit de viser une ville précise pour un déplacement. C’est un très bon titre pour peu qu’on sache ce que l’on achète : l’adaptation d’un jeu de société, sans ajout de quelque sorte que ce soit. C’est un excellent moyen de l’emmener partout sans transporter la boîte par exemple et, quoi qu’on en dise, Pandemic demeure un excellent jeu !

 

Test réalisé par Akuma Sennin sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire