Test : Pawarumi sur Nintendo Switch

Pawarumi

Genre : Jeu de tir, Arcade
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Coréen, Portugais, Russe, Chinois
Développé par Manufacture 43
Édité par Manufacture 43
Sortie France : 24/07/2019
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 1418,72 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 7 ans

Site Web Officiel

Issu d’un studio bordelais, Pawarumi vous plonge dans un monde futuriste contrôlé par le Conseil. Vous allez vivre le combat d’Axo dans sa quête de vengeance. Pour se défendre, la pilote se trouve aux commandes du Chukaru, un vaisseau à l’aspect changeant en fonction de son armement. Tout au long de votre bataille, vous allez traverser des environnements en combattant des armées entières, bien déterminée à vous mettre hors d’état de nuire et ainsi stopper votre rebellion.

Pawarumi est un shoot ’em up qui vous propose deux modes de jeu. Entraînement qui sert d’exercice pour traverser les environnements débloqués en jouant au second mode, de quoi se faire la main pour franchir les obstacles que vous oppose le mode arcade. Ce dernier fait office d’histoire où vous enchaînez plusieurs tableaux à la suite, ponctués d’ennemis et d’un boss pour clôturer l’ensemble. 

Pour vous défendre, le Chukaru dispose d’un armement particulier. L’intégralité du jeu repose sur un pierre-papier-ciseau sous la forme de couleur : Rouge, vert ou bleu. À partir de là, trois actions sont possibles. 

En tirant sur un ennemi de la même couleur que votre rayon, vous effectuez un boost qui fait remonter votre jauge de bouclier, autrement dit, votre unique vie. 

Ensuite, pour réaliser un crush, il faut utiliser une couleur efficace contre une autre, cela étant indiqué par l’interface: le rouge est efficace contre le bleu, qui inflige de gros dégâts au vert qui pour finir fait des ravages contre le rouge. Pour des joueurs habitués à des jeux exploitants des éléments, le fait d’inverser les couleurs ayant l’ascendant est une vraie gymnastique mentale et ce n’est pas fini ! 

Le drain recharge la jauge de votre attaque spéciale et cette fois-ci, il faut utiliser les couleurs dans la version “logique” à laquelle on penserait: rouge contre vert, vert contre bleu et bleu contre rouge.

Pour finir le spécial lance une nuée de missiles, de quoi nettoyer l’écran de toute forme de vie.

Et voilà, il ne vous en faut pas plus pour vous plonger dans Pawarumi. Mais ne pensez pas que le voyage sera aisé. Malgré la faible quantité de tableaux, il faudra survivre du début jusqu’à la fin et ce avec une seule vie ! 

Si le niveau facile fera office de mise en bouche avec 4 stages à traverser, les niveaux normaux et difficiles feront grimper à 5 les tableaux à traverser et ce avec une difficulté flagrante. La vitesse des projectiles s’accélère, la quantité augmente, le mode difficile se montre ardu et se vit comme un véritable bullet hell dans lequel vous composerez avec d’un oeil, l’esquive des attaques adverses et de l’autre, la gestion de vos couleurs pour charger votre vie ou votre spécial en fonction de la nécessité du moment. 

D’ailleurs, peu importe le level de difficulté, une collision avec une offensive ennemie vous privera d’une grosse portion de votre bouclier, rendant ce voyage bien éprouvant. L’écran de Game Over ponctuera nombre de vos parties avant de parvenir à achever une run parfaite.

Dans un shoot ’em up les décors sont très importants pour éviter la redondance face à un gameplay qui reste en somme limité. Le Chukaru vole à travers des lieux bien distincts, depuis le plus sombre tunnel à la forge incandescente.

Les angles de vue varient régulièrement lors de votre progression apportant une réelle profondeur, plutôt que de se contenter d’avancer tout droit. En plus de cela, les décors animés donnent de la vie à l’arrière-plan. L’aspect le plus important du titre, à savoir les couleurs de vos tirs et celle des ennemis, est parfaitement affiché, sans souci de lisibilité. Côté sound design, les bruitages et les musiques réalisées s’avèrent efficaces pour un titre à l’orientation clairement arcade.

Le temps de vous familiariser avec les combinaisons de couleurs, vous saurez traverser le mode facile en moins d’une heure. Seulement, les deux autres modes ne se domptent pas aussi rapidement et c’est après moultes essais que vous parviendrez à arriver au bout. Réussir à survivre à l’enfer du mode Difficile vous procurera une énorme satisfaction compte-tenu de la difficulté sans concession. Pour la suite, hormis le côté scoring, le titre ne dispose pas de réelle rejouabilité.

Dans la jungle des shoot’em up, Pawarumi est un titre sympathique qui propose une approche nouvelle au genre. Jongler entre les couleurs pour gérer vos jauges est loin d’être évident et apporte un côté très dynamique au gameplay qui oblige à rester en alerte et force à l’adaptation. Hélas, le titre pêche cruellement en contenu, même si l’existant est de qualité et propose déjà un challenge conséquent. Néanmoins, les amateurs d’arcade et de shoot’em up sauront y trouver leur compte, le temps de voler quelques heures aux côtés d’Axo.

Test réalisé par Nadium sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire