Test : Peasant Knight sur Nintendo Switch

Peasant Knight

Genre : Action, Plateformes, Die & Retry
Langues : Japonais, Anglais, Français, Allemand, Espagnol, Coréen, Russe, Chinois Sous-titres : Japonais, Anglais, Français, Allemand, Espagnol, Coréen, Russe, Chinois
Développé par 4AM Games
Édité par Ratalaika Games
Sortie France : 22/03/2019
Prix : 2,99€ sur l’eShop
Taille : 47,19Mo
Joueurs : 1 – 4
Age minimum : 3+

Site Web Officiel

Alors que certains développeurs ne prennent même pas la peine de se creuser la tête pour nous offrir un scénario, 4AM Games n’est pas à ranger dans cette catégorie. Dans Peasant Knight, vous incarnez le jeune “Chevalier Paysan” (en effet, ses parents sont d’honorables paysans…), et vous voilà en chemin pour défaire un terrible magicien ayant attiré la colère du roi. Malheureusement, suite à un concours de circonstances, notre héros a perdu son épée… Mais qu’à cela ne tienne, ce n’est pas ça qui va l’arrêter. Bon, des fois, pas de scénario c’est bien aussi…

L’introduction propose un style graphique différent du jeu

Le gameplay est des plus simple. Notre jeune chevalier avance tout seul ; une pression sur A le fait sauter et il est possible de stopper son avance en appuyant sur la flèche de gauche. Cette dernière action profite d’un petit temps de latence assez déstabilisant et qu’il faudra apprivoiser. Le but de chaque niveau est d’aller du point de départ au portail d’arrivée en évitant de mourir et, surtout, dans le temps imparti. En effet, il y a un chronomètre assez serré qui, une fois écoulé, aura pour conséquence de déclencher le foudroiement de notre héros.

A la fin du timer, c’est le coup de foudre !

Les niveaux sont très courts, mais mettront à rude épreuve vos réflexes. En effet, tout y est fait pour vous faire mourir et recommencer depuis le début : colonnes de feu, scies circulaires, enchaînement de plateformes… Un petit tutoriel est tout de même présent pour aider le néophyte.

Le jeu pourrait facilement avoir été créé dans les années 90 et ne brille clairement pas par sa direction artistique. On se concentre sur l’essentiel : ne pas mourir… On aurait aimé un peu plus de détails, notamment du côté des environnements qui se contentent de deux bandes colorées. La partie sonore est un peu plus actuelle avec une musique aux sonorités médiévales et des sons de bonne facture. Petit détail original : d’une vie sur l’autre, notre dépouille reste sur place donnant une indication visuelle sur l’emplacement d’une difficulté.

Vous retrouvez votre corps précédent à terre

L’aventure principale comporte 80 niveaux qui ne vous prendront pas plus d’une paire d’heures pour en venir à bout, un peu plus si vous n’êtes pas à l’aise sur ce type de jeu. Les développeurs ont inclus en plus du solo trois modes multijoueurs : voyage, course et marathon de deux à quatre joueurs en simultané et en écran splitté. L’intention est louable, mais ne devrait pas vous occuper bien longtemps tant la quantité de jeux multijoueurs sur Switch est importante.

Les différents modes multijoueurs

Peasant Knight est donc un Die & Retry sans prétentions, desservi par des graphismes d’un autre temps. Fort heureusement, la maniabilité est parfaite et ne dessert en rien le titre. La présence de plusieurs modes multijoueurs est appréciable, mais ne le sauvera pas de l’oubli. À ne réserver qu’aux aficionados de ce type de jeux et qui auraient déjà fait le tour de ceux proposés sur l’Eshop.

Test réalisé par Patbol1 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire