Test : Pirates All Aboard Nintendo Switch

PIRATES : ALL ABOARD !

Genre : ACTION, ARCADE
Langues : Anglais
Développé par QUBIC GAMES & IVO GAMES
Édité par QUBIC GAMES
Sortie France : 13/04/2018
Prix : 5,99€ sur l’eShop
Taille : 722,47 MB

Site Web Officiel

Allez les pirates, tous à bord ! Embarquez pour des batailles épiques aux commandes de superbes bateaux et……..stop ! Sur le papier, Pirates : All Aboard est un jeu de combat naval durant lequel vous allez devoir couler des navires ennemis à coup de canon ou bien remporter des courses de folie.

Nous allons découvrir si le gameplay et le contenu sont à la hauteur des ambitions d’un titre qui nous propose d’évoluer dans un des univers des plus prisés, dont le thème est repris à toutes les sauces depuis des décennies : la piraterie, avec ses corsaires effrayants, ses bateaux impressionnants, bref, tout un tas de choses finissant par ant(s).

Nous sommes donc dans un jeu d’arène, le navire que vous allez choisir va prendre place dans une zone délimitée par des barrières virtuelles rouges. Les commandes sont simples, accélérer (X), freiner/s’arrêter (B), tirer avec les canons de gauche (Y), avec ceux de droite (A), ces deux derniers boutons pouvant être utilisés indifféremment lorsqu’on est à bord du navire ne possédant qu’un canon. Chaque bateau a ses propres caractéristiques, que vous allez devoir exploiter stratégiquement, afin de liquider les autres navires présents dans l’arène dans le temps imparti. Et oui, un chrono vous met le feu à la poupe. Évidemment, les autres embarcations vont vous attaquer, ce sera eux ou vous, seul contre tous. En fonction de la résistance du navire choisi, vous pourrez voir votre jauge de vie, symbolisée par un cercle vert autour de vous, se réduire très vite à peau de chagrin et vous infliger un game over sans que ayez pu réagir. Comme si ce n’était pas suffisant, les éléments du décor, tels que les îlots, les rochers, vont également faire baisser votre santé. La vie est dure chez les pirates.

Geste sympa, une aide a tout de même été prévue, vous croiserez des débris de bateaux dans lesquels une compétence est à récupérer : de la santé, + de mobilité, tirs plus puissants, sniper etc. Chaque compétence ramassée annulant la précédente, il vaut mieux réfléchir, faire en fonction de la situation et de votre bateau.

Dernier point, vous disposez de munitions illimitées, mais il existe un temps de rechargement (jauges jaunes) dont il vous faudra tenir compte si vous voulez éviter de vous exposer plus que de raison.

On nous propose également un “Endless Mode” qui se présente sous la forme de courses au trésor : vous devez atteindre la ligne d’arrivée le plus rapidement possible, en ramassant les pièces disséminées sur le parcours et sans toucher un seul obstacle ou projectile. Easy. Non en fait pas du tout, pas de jauge de vie, tout contact coule le navire instantanément, il faut donc recommencer la course. Et comme à chaque essai le parcours change, impossible de le mémoriser, seule votre habileté vous mènera à la victoire.

N’y allons pas par 4 chemins : c’est moche. Les couleurs ne sont ni jolies, ni harmonieuses, graphiquement c’est peu détaillé et modélisé à la serpe. L’eau ressemble à tout sauf à la mer avec sa mosaïque anguleuse de bleus et les différents bateaux sont trop simples, voir fades. Cela aurait été bien plus plaisant avec des navires visuellement plus aboutis.

Malgré une bande son réduite au minimum légal, à savoir le bruit des canons et les musiques d’ambiance, c’est fort agréable, ça se laisse écouter avec plaisir. On peut distinguer différents instruments, tels que l’accordéon, la flûte, le tambour,  le tout parfaitement adapté au thème de la piraterie, avec des sonorités dynamiques durant les combats grâce aux percussions.

3 choix nous sont proposés dans le menu :

  • Practice Mode (arène de combat) en solo. Au fil de vos victoires, vous accéderez à de nouveaux décors, en tout 7 environnements différents où naviguer.
  • Endless Mode (course au trésor) en solo également, le but étant de finir sa course en réalisant le meilleur chrono possible, tout en collectant des pièces.
  • Multiplayer, avec soit l’option “Death Match” où nous devrons nous débarrasser des navires de nos adversaires pour remporter la partie, ou bien “Last Man Standing”, tournois durant lequel le premier joueur à remporter 3 points (1 point par combat où nous serons le dernier encore en vie) est déclaré vainqueur.

Grâce au mode Multijoueur, la durée de vie est extensible, ceci dit comptez quelques heures pour exploiter les 2 modes solo. Le manque de variété des modèles de navires, qui ne sont qu’au nombre de 3, ainsi que le peu de décors proposés ne vous motivera pas forcément à prolonger l’expérience.

Pirates : All Aboard ne réussit pas à convaincre. Les graphismes ne sont pas inspirants, le manque cruel de détails est décevant, une liste de mots finissant par ant(s) moins enjouée que dans l’introduction de ce test.

Pas de pirates, pas d’histoire, rien qui met l’imaginaire à flot.

Reste tout de même un côté ludique avec cet aspect bataille navale d’une autre époque, dans un univers à succès qui pourra tout de même plaire à des joueurs de tous horizons et de tous âges, à condition d’avoir un minimum de maîtrise de l’anglais, seule langue disponible dans ce jeu.

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire