Test : Pizza Titan Ultra sur Nintendo Switch

Pizza Titan Ultra

Genre : Action, plate-formes
Langues : Anglais
Développé par Breakfall
Édité par Breakfall
Sortie France : 19/10/2018
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 2212,50 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 7

Site Web Officiel

En 2096, les pizzas sont désormais livrées par des robots géants, pour faire face à l’invasion d’extraterrestres, les Cheezbots, malgré la défaite de leur chef il y a cinq ans. Et c’est justement l’un de ces robots que vous allez être amené à piloter, fraîchement recruté par la société Pizza Ultra.
L’introduction, pas du tout inspirée de Star Wars
C’est l’heure de livrer pizzas et patates !

Pizza Titan Ultra vous propose donc de diriger un mecha. Qui dit mecha dit aussi combat. Votre robot géant, qui fait la bagatelle de dix étages, pour un poids de 180 tonnes, est capable de donner des coups de poing ou de créer une onde de choc au sol. Et malgré son gabarit, il peut rouler pour esquiver les attaques, courir, sauter et même voler sur une courte distance, ces trois dernières actions pouvant être combinées à des attaques pour réaliser des glissades, attaquer les ennemis en l’air ou infliger une onde de choc encore plus puissante.

En outre, quand la barre d’énergie est pleine, rechargée par les batteries trouvables un peu partout, ou par les points de restauration, notre mecha peut utiliser son pouvoir, par défaut un turbo. Mais au fur et à mesure qu’on l’améliore, contre des dollars, on peut débloquer d’autres pouvoirs, comme un laser ou un bouclier, à choisir avant chaque niveau.

Un robot dans la ville, prêt à livrer des pizzas

On est donc parfaitement parés pour arpenter la ville, assez vaste, envahie d’ennemis variés, plus ou moins puissants (tanks, hélicos, robots géants volants ou au sol, camions renversant du fromage partout…), et assurer les différentes missions qui nous sont confiées.

Ces dernières sont indiquées sur la droite de l’écran, et sont relativement variées. Certaines seront très tournées destructions, demandant d’éliminer un certain nombre d’adversaires, ou même une partie de la ville ; d’autres, au contraire, demanderont plus de délicatesse, car il faudra éviter de trop détruire (notre robot pouvant casser les maisons simplement en passant dessus), tout en assurant un certain nombre de livraisons ou en récoltant une certaine somme d’argent, ou des ingrédients cachés un peu partout dans les environnements.

Un robot prêt à détruire le dernier ennemi

Il faudra cependant prêter attention au temps, et ne oublier de livrer des pizzas pour le remonter. De même, si la jauge d’énergie de notre robot tombe à zéro, il faudra recommencer.

Les livraisons ont lieu dans plusieurs villes, avec des reliefs et des environnements différents, comme des forêts ou la mer. Ce n’est pas très détaillé, mais c’est coloré et agréable à parcourir tant qu’il n’y a pas beaucoup d’éléments à l’écran, ou des routes en premier plan. Car le jeu est confronté à deux problèmes : d’une part, le framerate qui chute horriblement s’il y a trop d’éléments à afficher (tirs ennemis, explosions, poussières des immeubles qui s’effondrent…). D’autre part, la caméra est fixe, ce qui peut poser problème quand on passe à côté d’une route surélevée ou d’une série de gros immeubles : le jeu affiche certes le robot en surbrillance, mais on ne connaît pas les éventuels éléments sur la route, comme des ennemis ou des bonus.

La musique est elle aussi sujette à des variations entre des pistes de très bonne qualité, comme le générique, qui a droit à son karaoké sur l’écran titre, et d’autres moments où c’est très moyen.

Un personnage bien connu qui vient passer commande

Heureusement, les doublages, en anglais, sont excellents, et l’occasion de s’amuser des piques que se lancent les personnages. Surtout quand on reconnaît la référence utilisée par les développeurs, les clients faisant la part belle à la pop culture.

Pour venir à bout des vingt-quatre chapitres composant le scénario de ce jeu, quelques heures suffiront.  On a également un mode libre dans chaque environnement, où il faudra ramasser un maximum d’argent dans le temps imparti. Argent qui sert à la fois à débloquer les différents mondes, et les chapitres correspondants, et à améliorer le robot.

Sélection de niveaux

Il est donc important d’en récolter un maximum au cours des chapitres, ce qui peut se faire heureusement assez facilement, les environnements étant riches en bonus. Les autres moyens de gagner de l’argent se font naturellement au fil des missions, vu que les livraisons et l’élimination des ennemis sont quasi obligatoires pour ne pas perdre. Et il est également possible de croiser des piétons demandant une pizza, ce qui donne lieu à un mini-jeu pour cuisiner, idéal pour casser un peu la répétitivité du jeu, qui autrement se résume à un peu trop d’aller-retours et d’éliminations d’ennemis au passage.

Pizza Titan Ultra aurait pu être un très bon titre. Un scénario excellent, grâce à son humour omniprésent et ses situations absurdes, un gameplay riche, plusieurs types d’ennemis…

Mais malheureusement, le jeu souffre de sa réalisation, gâchant un peu le dynamisme, et de sa répétitivité. De courtes sessions seront préférables pour ne pas avoir une indigestion.

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire