Test : Puyo Puyo Champions sur Nintendo Switch

PUYO PUYO CHAMPIONS

Genre : Casse-tête
Langues : Français, Allemand, Espagnol, Anglais
Développé par Sonic Team
Édité par SEGA
Sortie France : 07/05/2019
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 1780,48 Mo
Joueurs : 1 à 4
Age minimum : 3 ans

Site Web Officiel

La série des Puyo Puyo existe depuis déjà des dizaines d’années au Japon, mais elle commence tout juste à réellement faire parler d’elle en Occident, notamment depuis la sortie de Puyo Puyo Tetris au lancement de la Switch. Forte de cette alliance avec un des jeux les plus célèbres au monde, la licence a pu rencontrer un succès plutôt encourageant sur la nouvelle console de Nintendo, et Sega qui en détient les droits à décider de nous offrir un nouveau titre plus classique maintenant qu’un public a commencé à se créer.

Puyo Puyo Champions fait donc ses débuts chez nous et le soft va essayer de se faire reconnaître comme un jeu à part entière mais cette fois sans l’aide de Tetris ou de qui que ce soit d’autre. Cela fonctionne-t-il ? C’est ce que nous allons voir dorénavant.

Dans les grandes lignes, la série des Puyo Puyo se compose de puzzle games usant d’un gameplay de base commun à tous : des pièces colorées, les puyos, tombent du haut de l’écran et il va falloir les assembler en groupe de 4 ou plus pour les faire disparaître, sans quoi des colonnes vont se créer et remonter vers le haut pour mettre fin à la partie quand le plafond aura été atteint, on comprend donc l’idée judicieuse de Sega d’associer le jeu à Tetris pour le faire connaître en Occident tant le gameplay s’en rapproche. Cependant, le but le plus important va être de réaliser des chaînes quand on fait disparaître des puyos, car ceux du dessus vont alors tomber d’un niveau, et possiblement s’associer avec d’autres de la même couleur qu’eux et déclencher des disparitions en cascade pour réaliser le meilleur score ! Mais une autre caractéristique distingue Puyo Puyo de Tetris (si l’on ne compte pas Tetris 99), c’est le fait que l’on fait face à un adversaire et il va falloir s’efforcer de lui bloquer son avancée, ou au moins l’empêcher de nous retarder ou de nous faire perdre. Chaque chaîne de puyos supprimée va ainsi envoyer un nombre de puyos gris assez ennuyeux chez l’adversaire qui vont venir se placer au dessus de son espace de jeu, et bloquer l’accès aux autres puyos tant qu’une chaîne de couleur adjacente ne les fait pas disparaître. Ainsi, on peut vite coincer ou se faire coincer, le seul moyen d’empêcher ces puyos gris de tomber étant de réaliser des chaînes le plus vite possible. Ce titre amène ainsi un côté plus e-sport que Puyo Puyo Tetris, une mode qui existait au Japon depuis 2003 déjà.

En dehors du mode classique, un nouveau fait son apparition, c’est le mode Fever qui vous permet de remplir une jauge à droite de votre espace de jeu qui se remplit à chaque fois que l’on s’oppose aux puyos gris ennemis, et lorsque cette jauge est remplie, le mode Fever s’enclenche et vous permet de réaliser de nombreuses chaînes très rapidement pour augmenter votre score et mettre à mal l’adversaire, mais si votre ennemi en bénéficie à votre place alors gare à vos puyos ! Le jeu va donc vous demander d’user d’une bonne stratégie pour vaincre efficacement votre opposant, sans risquer de vous faire submerger à sa place, et il va vous falloir un certain nombres de parties pour arriver à gagner contre les adversaires que vous pourrez rencontrer en ligne par la suite !

Le mode online est d’ailleurs assez similaire à celui de Puyo Puyo Tetris, en ce qu’il offre une “ligue” et un score à chaque joueur qui peut augmenter ou diminuer selon les victoires et les défaites. La série Puyo Puyo étant très célèbre au Japon depuis longtemps, le mode online est surchargé de joueurs japonais quasiment imbattable qui jouent comme si leur vie en dépendait, alors attendez vous à être assez déçu en tant que débutant , il ne faut pas se décourager pour autant, d’autant que le mode solo est très sympathique, et puis on peut toujours jouer avec ses amis localement.

Puyo Puyo Champions présente un univers très coloré, avec un design digne d’un anime japonais, par exemple dans le style de ses personnages jouables. Les couleurs des puyo ont été choisies avec minutie pour que l’on puisse toujours les distinguer d’un infime coup d’oeil même lorsque la partie va très vite. 

Dans l’ensemble, le jeu est très agréable à regarder, et les musiques viennent ajouter un aspect arcade et doux. On nous permet également de choisir entre deux versions de doublage, l’anglais et le japonais, et je ne peux que vous conseiller de choisir la langue de Mishima pour réellement apprécier cet univers très japonophile.

Puyo Puyo Champions présente un nombre de modes de jeux correct avec des difficultés modulables grâce aux handicaps, il est relativement complexe pour tout joueur pas encore adepte de la licence (et nous sommes nombreux à ne pas la connaître de par chez nous), mais après quelques parties les mécaniques commencent à se faire intuitives. Difficile d’établir une durée de vie à un jeu d’arcade, tout dépendra de votre attirance pour le gameplay de Puyo Puyo, et de votre persévérance au début de l’aventure face à la difficulté des parties, notamment en ligne où sévices des mastodontes du puzzle game.

Le titre est également très agréable en solo pour des parties rapides, un bon passe temps dans les transports en commun, une partie va relativement vite et retient notre attention pendant toute sa durée.

Puyo Puyo Champions compile les bases essentielles de la série déjà connues au Japon et nous les importe directement dans ce second titre disponible en Occident sur notre console favorite dans un style plus e-sport. Le nouveau mode Fever saura plaire aux adeptes du puzzle game, et aux nouveaux fans enthousiasmés par Puyo Puyo Tetris qui chercheraient un nouveau challenge, il est facile de le considérer comme un incontournable dans une ludothèque de party games. Le manque d’un réel tutoriel pourra dérouter les joueurs qui ne sont pas familiarisés à ce type de soft, mais ceux n’ayant jamais joué à un Tetris ou un Puzzle Bobble se font rares désormais, et Candy Crush a aussi grandement contribué à populariser ce style de jeu chez une population majoritairement non joueuse. Puyo Puyo Champions n’est pas un titre facile comme son esthétique enfantine pourrait le faire croire, mais il saura vous accrocher pendant des heures seul ou entre amis, ou bien en ligne quand vous serez prêts à vous battre contre des joueurs extrêmement expérimentés.

Test réalisé par Natingle42 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire