Test : Railway Empire sur Nintendo Switch

Test : Railway Empire sur Nintendo Switch

Genre : Stratégie, Gestion
Langues : Multilingue
Développé par Gaming Minds Studios
Édité par KalypsoMediaGroup
Sortie France : 19/06/2020
Prix : 39,99€ sur l’eShop, 39,99€ version boîte
Taille : 5703 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 3+

Site Web Officiel

Quand on parle de jeux de stratégie, on ne pense pas vraiment à la Nintendo Switch, et pourtant, les développeurs essaient de leur donner une place de choix. C’est le cas de Railway Empire, créé par Gaming Minds Studios et édité par Kalypso Media. Sorti sur PC, PlayStation 4 et Xbox One en 2018, le jeu de gestion d’entreprise ferroviaire arrive à son tour sur Nintendo Switch pour l’été 2020.

Nous sommes aux Etats-Unis en 1830. En plein révolution industrielle, le pays développe tous ses secteurs et entame la construction de son propre réseau de chemins de fer. Le but est de conquérir toute l’Amérique du Nord en bâtissant un empire ferroviaire tout puissant. Il faut surpasser ses concurrents dans tous les domaines : transport, économie, tourisme, commerce, emploi, etc. Y parviendrons-nous ?

Comme tout bon jeu de gestion qui se respecte, nous démarrons notre épopée avec un tutoriel. Ce dernier nous explique tout d’abord les bases et nous oriente vers la construction d’une gare, puis d’une première ligne de chemin de fer entre deux villes voisines. On part ensuite sur la gestion de nos train avec différentes locomotives à débloquer, puis les ressources mais aussi le courrier.

Le début a l’air simple mais se complexifie au fur et à mesure. De nombreux facteurs sont à prendre en compte, comme l’économie du pays, la taille des villes desservies, les points d’intérêt, le stockage de nos trains, les volumes des marchandises etc. Il faudra ainsi se construire un réseau large et multiple permettant de récupérer un maximum de ressources pour mieux raccorder chaque centre urbain.

Les types de terrain sont aussi à prendre en compte puisque notre train ne peut, évidemment, pas aller n’importe où. Attention donc aux reliefs, gorges et autres montagnes qui nous empêchent de prendre le chemin le plus court. On optera pour la construction d’un tunnel ou d’un pont mais parfois, pour sauver nos finances, faire un simple détour est suffisant.

Pour gagner de l’argent, il faut attirer un nombre conséquent de passagers, gérer plusieurs lignes, faire du commerce ou faire de l’import/export. Malheureusement, cette précieuse monnaie est très vite dépensée. Car il faut sans cesse agrandir les gares, engager des salariés, financer la maintenance de ses trains et plus encore.

Pour éviter de tomber dans le rouge, il est tout à faire possible de rentrer en Bourse et d’acheter des parts d’autres entreprises privées. La fusion avec d’autres sociétés est aussi envisageable à condition de bien maîtriser son petit empire, car le risque est de finir dépassé par les événements.

Bien sûr, une conquête de ce genre ne peut se mettre en place sans rivaux. Ces derniers font preuve de mesquinerie et les sabotages ne sont pas rares. Il est rageant de voir notre dur labeur réduit à néant par un espion qui ne s’est pas gêné pour bloquer nos lignes. Pire encore, certains concurrents peuvent racheter nos parts !

Il faut donc être vigilant et s’assurer que les adversaires n’ont pas l’intention de nous détruire, économiquement parlant. Pour cela, il est toujours possible d’engager des espions pour voler des technologies ou ralentir les locomotives de nos rivaux.

Railway Empire demande un temps d’adaptation pour comprendre les mécaniques, connaître les subtilités et se familiariser avec les commandes. La navigation entre les différentes interfaces n’est pas toujours très optimisée et on cherche péniblement une information ou une autre.

Il y a parfois des loupés, à cause d’un léger manque de précision. Par exemple, sélectionner un train en mouvement ou d’autres petits éléments peut s’avérer compliqué. En revanche, tracer des lignes de chemin de fer est simple et l’intérieur des menus est plutôt intuitif.

On  ne le précisera pas assez, mais il s’agit d’un portage d’un jeu gourmand sorti sur PC. Les développeurs ont dû s’adapter à la puissance de la Nintendo Switch. Le résultat est là. Le soft tourne avec fluidité et souffre peu des baisses de frame rate. Les graphismes, en revanche, perdent leur finesse et manquent de textures.

Ce n’est pas très joli mais suffisamment lisible pour ne pas se perdre en cours de route. Il ne faut toutefois pas être allergiques aux effets de flou et d’aliasing.

L’expérience en mode portable est pratique mais pas toujours agréable. En effet, les textes et menus sont petits et impliquent de froncer les sourcils pour y voir plus clair. Pour plus de confort, le mode docké est recommandé, surtout lorsqu’il est nécessaire d’avoir un certain niveau de détail.

Côté bande son, il n’y a pas grand chose à dire. Nous avons là des musiques country assez classiques mais pas trop prédominantes. Les bruitages des villes, trains et autres éléments naturels apportent un peu de vie

Le mode « Campagne » est un standard et nous fait développer notre empire ferroviaire au rythme des différents événements historiques qui ont eu lieu, comma la Ruée vers l’or. En mode « Scénarios », des missions précises nous sont proposées et il faut atteindre différents objectifs pour pouvoir les accomplir.

Le mode « libre » est, comme son nom l’indique, fait pour profiter du soft sans contraintes. Il nous propose parfois quelques tâches mais elles ne sont pas obligatoires. Enfin, le mode « Bac à sable » a la particularité de nous laisser paramétrer une partie comme nous le souhaitons. IA au raz des pâquerettes, trésorerie renforcée, adversaires peu nombreux, bref. A nous de choisir entre le « casual » et le « hardcore ».

Cette version Nintendo Switch inclut les DLC Mexico, The Great Lakes et Crossing the Andes. Cette fois-ci, nous avons l’occasion de descendre plus au sud et de conquérir l’Amérique latine. Dans ces extensions, la météo ainsi que le cycle jour/nuit ont été ajoutés afin d’apporter une autre dimension à la gestion.

Adapter un jeu PC sur Nintendo Switch n’est pas chose aisée, mais Gaming Minds Studios s’en sort plutôt bien. Railway Empire est un portage stable qui met en lumière toutes les étapes nécessaires à la mise en place d’une entreprise ferroviaire. Si la gestion des lignes et des gares reste générique, la stratégie apporte beaucoup de challenge, surtout lorsque les rivaux sont à deux doigts de nous renverser. Graphiquement pauvre, le contenu lui s’avère généreux et offre de nombreuses heures de jeu aux amateurs du genre.

Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire