Test : Robbotto sur Nintendo Switch

Robbotto

Genre : Arcade
Langues : Anglais
Développé par JMJ Interactive
Édité par JMJ Interactive
Sortie France : 16/08/2018
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 230,69 Mo

Site Web Officiel

Robbotto est un jeu d’arcade s’inspirant de grands classiques tel que Bubble Bobble. Nous incarnons Robb et Otto, deux robots d’entretien se trouvant à bord d’un vaisseau spatial. Malheureusement, ce dernier est emporté dans une tempête magnétique. Nous sommes alors les deux derniers robots en état de marche et notre objectif est de désactiver les autres machines devenues folles suites à l’accident.

Le jeu ne propose pas de cinématique ou de passage de dialogue pour exprimer clairement l’histoire mais un synopsis peut être trouvé sur le site web. Il s’agit alors d’une expérience uniquement basée sur sa mécanique de jeu principale qui consiste à détruire tous les ennemis se trouvant dans le niveau.

Le gameplay de Robbotto rappelle énormément celui de Bubble Bobble, sorti sur NES et borne d’arcade. Nous avons ainsi un tir principal permettant de ralentir les robots ennemis et de les affaiblir, nous disposons également d’un jet d’eau qui permet de détruire les robots précédemment touchés.
Nous pouvons également sauter et passer d’un bout à l’autre de l’écran lorsque les niveaux nous le permettent. Chacun d’eux est composé de plusieurs ennemis que nous devons détruire pour progresser. Nous avons également 10 boss que nous devrons vaincre de manières différentes.

Les graphismes sont minimalistes, il s’agit d’un mélange de 8 et 16 bits mais le résultat n’est pas réellement convaincant. La différence entre les blocs de chaque niveau est minime. Ceci se résume généralement en un simple colorswap. Les ennemis et notre robot n’ont pas de réelle animation lorsqu’ils avancent ou tirent, rendant ainsi désuet toutes actions effectuées.

Les musiques du jeu en chiptune se répètent tout au long de notre partie avec très peu de variations entre les différents morceaux. Les bruitages ne sont mémorables et vous choisirez rapidement de baisser le son.

Le contenu du jeu est relativement pauvre avec 100 niveaux différents à parcourir, tous basés sur le même principe hormis pour les boss qui arrivent à nous montrer qu’il était possible de rajouter certaines fonctionnalités dans les niveaux classiques.

Le jeu nous propose un total de 20 ennemis différents ainsi que 10 boss qui viendront pimenter votre aventure.

En plus de cela, un total de 3 modes de difficultés sont disponibles :

  • Normal : Vous disposez de crédits infinis pour terminer le jeu
  • Difficile : Vous disposez de 5 crédits pour terminer le jeu
  • Extrême : Vous n’avez aucun crédit et vous devez terminer le jeu avec les trois points de vie de base

Une fois le mode aventure terminé, vous aurez accès au mode “Boss Rush” ou vous devrez affronter les 10 boss avec seulement 3 points de vie.

Le jeu dispose également d’un système de points qui est simple mais qui sait rester efficace. Chaque ennemi tué nous donne des carrés faisant ainsi augmenter notre score, mais si vous utilisez un crédit pour revivre, votre score sera réinitialisé.

Malgré les 3 difficultés disponibles et le mode “Boss Rush” le titre se boucle une première fois en une petite heure. Vous n’avez pas d’objets cachés à devoir trouver ou de secrets à découvrir. Le seul intérêt réel de refaire le mode aventure est le système de points, mais qui ne nous retiendra pas longtemps.

Robbotto reste une bonne distraction le temps d’une partie, mais sa répétitivité, ses faiblesses graphiques et sonores ainsi que la pauvreté des modes de jeux n’arrivent pas à convaincre. Avec une durée de vie d’environ 5 heures pour finir le jeu dans toutes les difficultés, Robbotto ne fournit pas assez de contenu et ne se renouvelle pas dans son gameplay, ce qui est dommage notamment lorsque nous comparons les niveaux de bases avec les combats de boss.

Test réalisé par Thibaud sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire