Test : SEGA AGES Shinobi sur Nintendo Switch

Test : SEGA AGES Shinobi sur Nintendo Switch

Test : SEGA AGES Shinobi sur Nintendo Switch

Genre : Action, Arcade
Langues : Anglais, Japonais
Développé et édité par SEGA
Sortie France : 23/01/2020
Prix : 6,99€ sur l’eShop
Taille : 72,00 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 7

Site Web Officiel

Sortie à l’origine sur borne d’arcade en 1987, Shinobi aura marqué l’esprit de nombreux joueurs ayant arpentés les consoles 8/16bits de SEGA et par dessus tout, pour ceux qui ont passé des heures sur la console Master System (pour mon cas précis). Mais aussi, Alex Kidd in Shinobi World qui restera un des meilleurs jeux de la plateforme.

En ce qui nous concerne, revenons à notre version de Shinobi, vous êtes Joe Musashi un Ninja, qui doit arrêter une organisation de terroristes nommés « Zeed ». Effectivement ces derniers ont kidnappé les enfants de votre clan. À vous des les sauver !

De nombreux ennemis tenteront de vous barrer la route, que ce soit avec des armes à feu, des épées et même des lance-roquettes, rien ne sera fait pour vous faciliter la tâche ! En revanche, si comme moi, vous avez passé des heures sur la version Master System, ici, il est possible de sauvegarder votre progression ! Mais pas que, il est également permis de revenir en arrière (comme pour rembobiner une cassette) afin de recommencer des passages plutôt coriaces, cependant cette option est désactivable !

C’est moins dur qu’avant ? 

Je me souviens, les milliers de tentatives pour terminer ce jeu, à l’époque, il fallait connaitre chaque emplacement de chaque ennemi afin d’appréhender au mieux les passages complexes! Et imaginez, la tristesse, une fois le boss final vaincu (ultra difficile), seul un écran « Game Over » venait récompenser votre périple. Enfin, ça c’était avant ! Aujourd’hui, les continus sont illimités et c’est tant mieux (ou pas) !

Afin de terminer un niveau, il vous faudra sauver tous les enfants kidnappés, ces derniers vous récompensant avec des bonus, tels que des armes plus puissantes… Au corps à corps, avec vos shurikens et votre magie Ninja, parcourez les niveaux, assez courts, mais jamais de tout repos. Cependant, vous pourrez rejouer les stages sans avoir à recommencer le jeu du début.

Evidemment, même si je vous ai parlé essentiellement du volet sorti sur Master System, car c’est celui que j’ai le plus parcouru étant enfant. Nous sommes ici sur un remake de l’épisode System-16 sortie en 1987 sur borne d’arcade. Par conséquence, les graphismes proviennent de cette version et déjà à l’époque nous étions au dessus de la Master System.

À l’ancienne ? 

Plusieurs modes d’affichages sont disponibles, la possibilité de jouer en plein écran, en classique ou dans une borne arcade avec l’ambiance sonore adaptée ! Sur ce point, la bande-son, bien que pauvre en contenu, n’a rien perdu de son charme !

Deux modes de jeu sont au programme, Arcade et Ages, ce dernier vous permettra de jouer Joe Musashi « version The Revenge of Shinobi », autant le dire, ceci facilite grandement le challenge ! D’ailleurs, quatre niveaux de difficulté sont présents, il est possible d’augmenter la vitesse des projectiles ennemis et de choisir votre nombre de vie.

Cinq missions sont à parcourir, chacune d’elle se terminera pas l’affrontement d’un boss ! C’est peu de nos jours, c’était énorme à l’époque. Par ailleurs, un classement mondial est disponible afin de comparer vos scores avec les joueurs du monde entier !

Vendu au prix de 6,99€ sur l’eShop, SEGA AGES Shinobi sur Nintendo Switch fera plaisir aux nostalgiques des salles d’arcade, la difficulté en moins. Car oui, le jeu est loin de ce qu’on a pu découvrir dans le passé. Beaucoup plus accessible, il n’est plus nécessaire de connaitre les levels par cœur, afin d’éviter les pièges. les différentes aides, et notamment la fonction qui vous permet de rembobiner en cas d’erreur, vous permettront de vous concentrer sur le ranking. Cependant, si vous aimez le challenge, n’hésitez pas à les désactiver. Somme toute, si vous aimiez le jeu Shinobi d’antan, les sensations sont toujours là !


Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire