Test : Senran Kagura : Peach Ball

Senran Kagura : Peach Ball

Genre : Pinball, Arcade, Visual Novel
Langues : Japonais Sous-titres : Français, Anglais
Développé par Marvellous
Édité par Marvellous
Sortie France : 09/07/2019
Prix : 39,99€ sur l’eShop, 43,99€ version boîte (import Japon)
Taille : 5639, 24 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 16 ans

Site Web Officiel

Par rapport à d’autres titres de la franchise, le scénario de cet opus n’est pas son point fort. Ainsi, dans une salle d’arcade japonaise où se déroule une compétition, une mystérieuse substance a transformé les filles participantes en animaux (tanuki, chat, lapin ou encore ours) ! Enfin, plutôt leur personnalité, puisque leurs corps demeurent bel et bien humains, avec un peu de fourrure et des patounes à l’esthétique kawaii.

Seule cette bille de flipper permet de libérer les filles de la transformation

Seul moyen de les libérer : utiliser une bille spéciale qui doit être secouée afin de faire effet. Rien de mieux qu’un flipper pour ça ! Divers stratagèmes vont ensuite attirer les filles sur la table de pinball. À charge ensuite au joueur de maximiser les points dans différentes missions et en faisant rebondir la bille sur elles. Cette dernière action déclenchant alors myriade de commentaires de la protagoniste transformée en animal.

Peach Ball se veut un mélange de visual novel quant à ses parties textuelles, souvent un peu longues, et de phases de flipper. Pour ce qui est de ce dernier, on est face à du classique sans pour autant avoir quelque chose d’audacieux. Des missions à effectuer en ciblant certaines parties de la table (ou de la fille !), des scores à battre et une foule de mini-jeux sont au rendez-vous.

Les filles se trouvent sur le plateau et ont un rôle de bumper qui augmente la jauge de Peach

Pour libérer la fille transformée en animal, il va falloir réussir différentes missions Peach et ainsi maximiser les points pour entrer en phase de « sexy challenge », sorte de mini-jeu de flipper débouchant sur une scène plus osée (un canard qui jette de l’eau sur la poitrine, un daruma qui explose laissant la participante dans une pose suggestive, et bien d’autres de ce genre). Ceci donnant lieu à la dernière épreuve, le « super sexy challenge » qui est difficilement qualifiable : il faut d’abord envoyer les billes rebondir en rythme sur les fesses ou la poitrine de la demoiselle à sauver avant de recommencer avec les flippers qui servent normalement à renvoyer la bille. Autant dire qu’il est difficilement compréhensible d’en arriver à un tel niveau avec une restriction d’âge à 16 ans.

L’esthétique kawaii à tendance manga du jeu est très réussie et la bande-son colle parfaitement avec. Il ne manquerait plus qu’une odeur âcre de cigarette pour se croire dans un pachinko, un soir, au coeur de Tokyo. On sent qu’une attention particulière a été portée à la protagoniste qui figure sur la table de flipper. Les filles, au nombre de cinq pour le moment, disposent d’une quantité importante de tenues qui permettent de les habiller de toutes sortes dans les modes galerie et intimité. Une section DLC laisse penser que de nouveaux personnages seront bientôt de la partie. Pour ce qui est des tenues, toutes plus suggestives les unes que les autres, il ne fait aucun doute qu’il y en aura de très nombreuses à acheter pour les fans de la série.

Les « sexy challenge » sont des mini-jeux basés sur le flipper mais impossible à rater

 

La durée de vie dépend grandement de ce que vous décidez de faire avec le jeu. Le mode histoire n’est pas très long mais il y a aussi la possibilité de faire des parties libres, comme dans un flipper classique. De plus, les completionnist voudront maximiser le niveau des joueuses, ce qui demandent de refaire plusieurs fois le scénario. Bien sûr, il y a tous les à-côtés que les habitués de la série retrouveront, comme le mode intimité ou le diorama. Les DLC futurs rajouteront sans doute plus de tenues que de contenu à proprement parler mais cela reste à voir.

Une fois les « sexy challenge » réussi, les héroïnes changent de pose, ce qui maximise les points gagnés

Avant tout, on ne peut qu’être mal à l’aise face aux sexy challenges et encore plus dans leur version finale qui permet de libérer l’héroïne, passage obligé donc. Même les fans de la série trouveront peut-être que cela va un peu trop loin, bien qu’il faille — espérons-le ! — prendre tout ça au second degré. Bien que le côté flipper du titre soit sympathique, il y a tout de même largement mieux dans le genre. On conseille donc le jeu aux inconditionnels de la série Senran Kagura plus qu’aux amateurs de bon flipper.

Test réalisé par Akuma Sennin sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire