Test : Shaq Fu A Legend Reborn

SHAQ FU A LEGEND REBORN

Genre : Beat them up
Langues :  Anglais Sous-titres : Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Portugais, Russe
Développé par Saber Interactive
Édité par Wired Productions
Sortie France : 05/06/18
Prix : 19,99€ sur l’eShop, 34,99€ version boîte
Taille : 2972,71 Mo

Site Web Officiel

L’histoire de Shaq Fu commence en 1994. À l’origine sorti sur Mega Drive et Super Nintendo, puis porté sur des consoles variées (Game Gear, Game Boy, Amiga et Amiga 1200), il s’agissait d’un jeu surfant sur la popularité d’un basketteur, qui s’est retrouvé de façon tout à fait logique héros d’un jeu de combat en 2D, à la manière de Street of Rage pour en citer un bien connu. Entre amour et haine, le jeu suscite des avis très contrastés, alternant entre pire jeu de combat de l’époque, pas si mauvais, très bon…
Puis en 2014, Big Deez Productions, petit studio, organise une campagne Indiegogo pour financer le retour de Shaq Fu. Campagne réussie tout juste, avec 102% de l’objectif atteint. Quatre ans plus tard, le résultat est là. Alors, Shaq Fu a-t-il réussi son retour ?

En tout cas, le scénario ne fait pas de cadeaux à Shaquille. Car tout commence par un sac de marque lesté, qui dérive sur le fleuve. À l’intérieur un orphelin, notre héros, reconnaissable par une marque de naissance. Recueilli en Chine, il grandit dans un petit village, passant du statut de tête de Turc à cause de sa grande taille, à maître en combat et conducteur de pousse-pousse,  Ye-Ye, un ancien du village, l’ayant pris sous son aile.

Ces connaissances lui seront très utiles pour lutter contre les hordes d’ennemis et de démons qui un beau jour arrivent pour attaquer le village. Le hasard fait bien les choses.

Beat them up classique, Shaq Fu vous met dans la peau de Shaquille, qui se retrouve à devoir affronter toute personne ou créature se plaçant sur son chemin. Pour cela, il peut compter sur ses pieds, ses poings, des attaques spéciales, et ce qu’il trouve en route.

En enchaînant plusieurs coups simples, il est possible d’invoquer une chaussure géante (probablement de basket) pour écraser ou balayer les ennemis autour. En chargeant suffisamment d’énergie à force de frapper, la claque Smash permet d’écraser le sol, infligeant des dégâts autour. Et le Shaq Smash, qui se recharge au fil du temps,  permet de foncer sur ses ennemis, ou de s’éloigner rapidement. Ajoutez à ça une très bonne détente de Shaquille, qui peut faire de grands sauts pour s’éloigner de ses adversaires, ou effectuer un coup plongeant sur leur face de vilain et on est parés pour affronter tous ceux qui se mettront sur notre chemin.

Il est aussi possible d’utiliser les armes et les éléments du décor pour se débarrasser des ennemis. Rien de mieux qu’un tonneau pour faire des strikes, ou un coup de panneau pour se débarrasser d’une grappe d’adversaires. Très simple à prendre en main, le jeu a un côté jouissif et on prend plaisir à enchaîner les assauts et à taper tout ce qui bouge, ou ne bouge pas, comme des caisses se trouvant entre chaque combat afin de recharger la claque Smash.

Les graphismes sont colorés dans les phases de combat, avec quelques détails amusants dans les décors, par exemple des panneaux. On a également certains effets visuels, comme des ralentis au moment d’infliger le coup final à son adversaire, ou bien les ennemis projetés au premier-plan avec un effet d’écran cassé, ou disparaissant à l’arrière-plan suivant la direction dans laquelle on a porté les coups.

Mais ce sont les cinématiques qui sont excellentes, avec un style proche des dessins animés. C’est un plaisir de les regarder, d’autant que le scénario ne se prend pas au sérieux, et que certaines répliques sont très drôles. Si on est sensible à ce type d’humour, il n’est pas rare de rire devant l’absurdité de la situation ou des répliques.

La bande-son est efficace, changeant de style suivant les niveaux et les ambiances différentes qui y règnent. Le doublage en anglais est correct, et la majorité des phrases sont sous-titrées en français (certaines répliques de Shaquille ou des ennemis lors des phases de combat ne sont néanmoins pas traduites).

Le jeu est court, ne comportant que six niveaux pouvant se finir chacun en une trentaine de minutes suivant la difficulté choisie (facile, normal ou difficile). Plusieurs points de passage parsèment les niveaux, ce qui fait que les morts ne sont pas punitives. On revient un peu en arrière, avec la santé et les coups spéciaux chargés. Cela permet aussi de reprendre le niveau uniquement à partir de cet endroit, si on souhaite recommencer un passage précis ou ré-affronter un ennemi spécial en particulier.

Les ennemis, nombreux dans les niveaux, sont assez variés même si l’on peut les retrouver d’un niveau à l’autre, avec juste un changement d’apparence. Mais leur pattern est assez varié, certains attaquent à distance, d’autres peuvent parer des mouvements de Shaquille. Et la possibilité d’utiliser certains éléments du décor et les transformations, qui ont le mérite de joindre l’utile (elles sont très efficaces, les attaques s’enchaînant sans temps mort) à l’humour dans leur design, permettent de briser la répétitivité inhérente au genre du jeu.

Beat them up classique, Shaq Fu est un bon défouloir, qui souffre néanmoins de son faible nombre de niveau. Suivant votre vitesse, en moins de cinq heures vous pourrez voir le générique de fin. Mais si vous voulez mettre des patates à des groupes d’ennemis, le tout dans une ambiance déjantée, avec un scénario et des personnages ne se prenant pas au sérieux, ce jeu est un bon choix. Et on a envie de le relancer de temps en temps, pour se défouler sur les cagoles et  démons fascistes  (des ennemis portent réellement ces noms) que l’on peut y croiser .

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.

Laisser un commentaire