Test : Shining Resonance Refrain sur Nintendo Switch

Shining Resonance Refrain

Genre : Action, RPG
Langues : Anglais, Japonais Sous-titres : Anglais
Développé par Media Vision
Édité par Sega
Sortie France : 10/07/2018
Prix : 49,99€ sur l’eShop, 39,99€ en version boite
Taille : 6,5 Go

Site Web Officiel

Avant de commencer le test à proprement parler, sachez qu’il y aura des termes en anglais car je ne voulais pas prendre le risque de faire une mauvaise traduction du jeu.
Shining Resonance Refrain est une version remastérisée de Shining Resonance qui était sorti sur PS3 exclusivement au Japon.

Vous incarnerez Yuma, un jeune garçon qui s’avère être le réceptacle de l’âme du « Shining Dragon ». Après avoir été secouru de votre prison par Sonia Blanche, Princesse du Royaume d’Astoria, Votre mission sera la suivante : contrer les plans d’Excella princesse de l’empire Lombardia. Cette dernière cherche à rassembler les âmes de dragons légendaires et vous devrez y parvenir avant elle ! Par chance, le « Shining Dragon » est l’un d’entre eux et cela vous donne une petite avance !
Vos « Dragoneers » parviendront-ils à stopper la menace qui plane sur le Royaume d’Astoria ?

Cinématique de Shining Resonance Refrain

Si le scénario est sympathique (mais un peu prévisible), il avance très (voire sans doute trop) lentement par moment. En dehors de l’Histoire Principale, vous avez des occasions de passer du temps avec vos partenaires et il y a vraiment une impression de Dating Simulator par moment. Ce côté « rendez-vous » entre amis casse, à mon avis, un peu trop le rythme du jeu et nous prive du scénario en ne le faisant avancer que par morceau.

Je dois avouer avoir aussi eu beaucoup de mal avec son héros qui manque cruellement de charisme et en début de partie, je reconnais avoir passé plus d’un monologue intérieur où il remet en cause ses capacités. On peut comprendre ses doutes bien sûr mais par moment, c’est vraiment très pesant.

Le jeu est un RPG et vous y retrouverez donc des mécaniques classiques de ce type de jeu. Vos personnages auront des niveaux, barres de vie et de mana ainsi que des compétences propres à leur classe. Pour attaquer, il suffit de maltraiter la touche A de votre Switch et vous pouvez aussi envoyer des capacités spéciales. Vous avez également la possibilité de donner des ordres à vos partenaires de combat et attribuer, par exemple, une priorité sur le soin ou l’attaque.
Vous disposez aussi d’un inventaire pour vos objets mais ce dernier est limité et c’est un peu frustrant par moment à mon sens.

Lors des phases de combats, vous pourrez voir un cercle de lumière autour de votre personnage. C’est une jauge d’action. Une fois vide, impossible d’ attaquer et il vous faudra donc patienter un peu mais elle se recharge assez vite si vous vous déplacez un peu au cours du combat.

Le héros, Yuma, étant le réceptacle du « Shining Dragon », vous avez l’opportunité de vous transformer en ce dernier ! Vous pourrez donc profiter de cette puissance mais comme il est souvent dit : « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » et vous métamorphoser n’est pas sans danger ! Si vous ne faites pas attention, Yuma peut perdre le contrôle et passer en mode « Berserker ». Il blessera ses ennemis mais aussi ses alliés ! Dans cette situation, le jeu vous attribue aussitôt un autre personnage.

Et en parlant des autres protagonistes en combat, sachez que pour chaque nouveau coéquipier, le jeu vous offrira un petit tuto pour vous détailler les forces/faiblesses et compétences de celui-ci. D’ailleurs, un allié qui est mis KO pendant un combat ne gagne aucun point d’expérience.

Aperçu du Gameplay de Shining Resonance Refrain

Restons dans les batailles avec les ennemis qui se promènent sur la carte et que vous pouvez choisir d’affronter ou non si vous parvenez à les éviter. Si vous voulez engager le combat, foncez sur eux ! Ceux aux alentours disparaîtront et une vague d’ennemis apparaîtra dans une sorte d’arène. Point positif : le jeu vous donne, en haut à droite de l’écran, le nombre d’adversaires et leur type ! Autre point agréable : ils auront un niveau proche du vôtre en général. Les ennemis de la zone de départ ne resteront pas niveau 2 ou 3 éternellement et ce n’est pas mal pour s’entraîner efficacement ! Il y a aussi des mini boss qui peuvent se promener et qui ne sont pas trop durs à éliminer (Une équipe niveau 30 peut aisément vaincre un adversaire de lvl 60 sans forcer et en 2-3 minutes.).

Vous pouvez également améliorer vos armes avec des « Aspects », ainsi que vos HP, MP ou autres statistiques. Il en va de même pour les liens que vous avez avec vos coéquipiers pour qu’ils soient performants en combat. Même un personnage sans compétence “heal” pourra vous soigner si vous vous retrouvez blessé par exemple. Le pouvoir de l’amitié dans toute sa splendeur. Un onglet « Bond » vous permet d’assigner des traits de personnalités à vos partenaires et il faut choisir les meilleurs assemblages pour avoir une bonne harmonie dans l’équipe. Vous pourrez en savoir un peu plus sur l’histoire de ces derniers en passant un peu de temps avec eux le soir à l’auberge ou au camp.

Point négatif du jeu que je tiens à souligner toutefois : pas de sauvegarde automatique ou depuis un menu. Vous ne pourrez sauver votre progression qu’à des points précis de la carte ou entre deux chapitres. De ce fait, il est difficile de faire de petites sessions de jeu.

D’un point de vue visuel, l’ambiance est très agréable et on prend plaisir à se promener dans les différents décors qui nous sont proposés. Toutefois, si la map peut paraître grande, elle ne l’est pas tant que ça et on se déplace assez vite dans les différentes zones.

Les personnages sont dans un style manga/anime et on oscille entre différents styles vestimentaires pour toute l’équipe. (Parenthèse à part, si vous aimez les skins, vous allez être servi vu la multitude qui est offerte pour les demoiselles étant donné leur nombre de maillots de bain. Une chance que l’apparence ne joue pas sur les statistiques car j’ai des doutes sur les protections offertes par un bikini pour chasser des créatures ou affronter des armées).

La qualité des graphismes de Shining Resonance Refrain

La musique étant mise en avant dans le scénario à cause d’armes ayant la forme d’instruments (les « Armonics »), il n’y a pas de droit à l’erreur sur ce point. Les musiques des zones sont agréables et il fait bon se promener ou passer du temps avec nos partenaires dans une ambiance douce. Lors de combats, la musique s’efface un peu plus à cause des cris d’attaques des personnages. Certaines compétences lancent une chanson particulière et les combats ne permettent pas vraiment d’en profiter pleinement.

Pour ce qui est de la durée de vie réelle du jeu, je m’interroge un peu à son sujet. En effet, un petit côté “répétitif” de Shining Resonance est que vous êtes toujours ramené à la ville de départ et que vous devez constamment refaire tout le chemin à pied pour rejoindre votre destination. Ne nous mentons pas, au bout de plusieurs heures de jeu, lorsque vous comprenez que vous allez systématiquement faire des allers-retours, vous retenez un soupir. Les zones ont beau être agréables, faire toujours le même chemin plusieurs fois peu sembler contraignant. À chaque fois, le jeu vous emmène un peu plus loin sur la carte mais vous devez faire tout le trajet à pied pour rejoindre la nouvelle zone d’objectif.

Vous avez aussi la possibilité de faire le jeu sous deux modes mais il est recommandé d’avoir fait le premier pour tenter le second. D’autres personnages vous rejoindront si vous choisissez cette fonction, chose qu’ils ne font pas sur l’autre. Si vous vous sentez motivés, vous pouvez donc doubler vos heures de jeux en complétant ces deux choix.

L'interface du jeu dans Shining Resonance Refrain

En dehors de l’histoire principale, le jeu vous proposera des quêtes annexes et si j’étais prête à toutes les faire au début en mode 100% eh bien… J’ai abandonné l’idée en voyant que des PNJs pouvaient vous redonner la même plusieurs fois. Enfin, rien ne vous empêche d’accepter toutes les quêtes encore et encore pour ne les compléter que bien plus tard.

Vous aurez aussi accès aux « Grimoires » qui sont des donjons. Le but est simple : accéder au dernier étage et en vaincre le boss pour récupérer le trésor. Vous pouvez faire certaines instances plusieurs fois mais aussi en faire varier la difficulté en utilisant des objets. Il vous est également permis d’ajouter des types d’ennemis ou baisser/augmenter leur niveau par exemple.

Shining Resonance est un très bon RPG qui ravira les adeptes du genre. Les combats se prennent vite en main et ne sont pas désagréables à jouer même s’il on pourrait regretter un manque de difficulté. Le scénario est sympathique mais avance un peu trop lentement à mon sens ce qui est dommage.
Le côté romance m’avait un peu refroidi aussi avec ces fausses situations ambigües mais il est toujours agréable de découvrir le background des personnes qui nous accompagnent.
Malgré ces points négatifs, on passe un bon moment sur ce jeu si on sait se montrer un peu patient pour suivre l’évolution du scénario !

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI

Test réalisé par Link Loup sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire