Test : Silence sur Nintendo Switch

Silence

Genre : Aventure, Point & click
Langues : Français, Japonais, Anglais, Allemand, Italien, Espagnol, Coréen, Russe, Chinois, Portugais
Développé par Daedalic Entertainment
Édité par Daedalic Entertainment
Sortie France : 03/04/2019
Prix : 39,99€ sur l’eShop, 39,99€ en version boîte ici
Taille : 7327,45 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 12 ans

Site Web Officiel

Silence fait partie de ces jeux qui vous transportent dans un monde merveilleux. Dès les premières minutes, alors que vous incarnez deux orphelins, Noah et Renie, vous êtes projetés à la suite d’un bombardement dans Silence, un monde imaginaire. En réalité, ce prologue résume un opus antérieur datant de 2010, Les chroniques de Sadwick : the Wispered World, sorti en Europe en 2010 sur PC. Ne vous inquiétez pas pour autant si vous n’avez pas fait ce précédent jeu avant de vous lancer dans Silence : si les allusions sont nombreuses à Sadwick, les développeurs ont tout de même fait de ce nouveau titre un standalone.

Dans un premier temps, les deux enfants sont séparés, il s’agira donc de les réunir. Puis, reste ensuite à traverser ce monde et à vivre de nombreuses aventures. À travers celles-ci, Noah et Renie rencontrent divers personnages pour les aider dans leur quête, que ce soit Spot, une chenille capable de prendre différentes formes ou encore Sam, une sorte de Hagrid, qui protège Renie pendant qu’elle est seule. Bien sûr, des monstres viendront vous barrer la route et compliquer votre périple : des Traqueurs, qui sont des créatures murmurantes autant énigmatiques que dangereuses.

Silence est un point & click à l’ancienne avec tout ce qui fait le charme de ces jeux mais aussi leurs classiques défauts. On navigue ainsi entre des tableaux dans lesquels il faudra résoudre quelques énigmes pour pouvoir avancer. Le principal problème est que, pour cela, il faudra bien sûr déclencher des triggers, même si l’on a déjà compris de quoi il retourne. C’est parfois frustrant de devoir, par exemple, faire une manipulation dont on savait qu’elle ne servirait à rien, juste parce qu’elle est obligatoire pour faire avancer une scène expliquant plus en détails l’énigme.

Le jeu vous laisse le loisir de naviguer entre deux personnages, afin de ne pas bloquer trop longtemps sur une énigme si le joueur ne parvient pas à comprendre ce qu’il faut faire. Le titre propose également en option de mettre en surbrillance, directement ou non, les objets liés aux phases de réflexion ou encore de donner des indices. C’est bien sûr un choix appréciable selon que vous jouez seul pour vous creuser un peu les méninges ou que vous préfériez y jouer avec un enfant par exemple.

Entre les énigmes, le jeu propose également de nombreux petits moments d’exploration, parfois très drôles – Renie qui lèche tout ce qui lui passe entre les mains pour trouver quelque chose d’amer, y compris des champignons ! – ou de petites phases d’adresses bien venues. Le seul hic ici est que les commandes sont parfois assez (trop !) sensibles, ce qui rend ces scènes d’équilibres complexes. De la même façon, il est régulièrement difficile de réussir à cibler les objets liés aux énigmes lorsqu’ils sont trop proches d’un autre ou d’un élément du décor. Cela s’explique simplement par le fait que le jeu a été prévu au départ pour la souris mais il aurait gagné à être retravaillé un peu de ce côté-là.

Autant le dire tout de suite, Silence est un jeu magnifique ! La direction artistique est à tomber ! Les décors précalculés sont toujours très beaux et nous transportent dans un monde merveilleux, plein de couleurs, où l’on a envie de se balader et de flâner tranquillement. Les personnages, y compris les pnj, sont tous très attachants, mention spéciale pour Renie qui porte de mignons collants rayés et une écharpe aussi grande qu’elle. Cette dernière est d’ailleurs plus charismatique que son frère, alors même que le jeu nous laissait croire au début qu’elle ne serait qu’un personnage de petite fille à protéger, comme on en croise bien souvent dans le monde du jeu vidéo. Il n’en est rien ! C’est elle qui part vraiment à l’aventure et qui n’hésite pas à foncer et affronter des Traqueurs s’il le faut !

Les musiques du jeu se font discrètes mais sont parfaitement intégrées et contribuent à donner l’ambiance. Il s’agit bien souvent de morceaux calmes, qui renforcent le côté énigmatique du monde que l’on traverse. En sachant qu’il n’y pas forcément de la musique tout le temps, ce qui contribue à s’identifier aux personnages, perdus dans Silence.

Il vous faudra environ 6 heures pour venir à bout de la quête que vous propose Silence.  Sachant qu’il y a deux fins possibles, ce qui allonge un peu la durée de vie pour les courageux qui voudront les voir toutes les deux. Certains diront que c’est court mais le jeu reste égal à lui-même tout le long, sans étirer indéfiniment le scénario. Bien sûr c’est un temps qui peut être amené à s’allonger si vous avez besoin de plus de réflexion pour les énigmes. Ces dernières sont d’ailleurs tout à fait dignes de celles des point & click des années 1990 et sont donc parfois assez tordues.

Silence est avant tout un jeu magnifique, que ce soit du côté de sa direction artistique ou encore de son scénario et de son monde si attachant. Bien sûr, il a des défauts, parfois assez importants, comme le fait d’avoir été développé pour être joué à la souris et donc pas toujours adapté au jeu à la manette. Cependant, ces accrocs sont contrebalancés par une belle aventure qu’on prend plaisir à mener à bout pour en savoir plus sur ce monde. Un conseil : oubliez tout de suite ces quelques défauts et suivez Noah et Renie dans leurs péripéties !


ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Test réalisé par Akuma Sennin sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire