Test : Sky Gamblers: Storm Raiders sur Nintendo Switch

Sky Gamblers: Storm Raiders

Genre : Action, Simulation
Langues : Multilingue – Sous-titres : Multilingue
Développé et édité par Atypical Games
Sortie France : 23/08/2018
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 649,07 Mo

Site Web Officiel

« Le moteur est le cœur d’un avion, mais le pilote est son âme ». Quoi de mieux qu’une belle citation de Walter Alexandre Raleigh pour introduire ce test ? La Seconde Guerre Mondiale, aussi meurtrière soit-elle, ne fut pas seulement le plus grand conflit que l’Humanité ait connu. Elle fut aussi le théâtre de nombreux affrontements spectaculaires entre aviateurs, dont leurs issues ont démontré que la puissance d’une armée n’est rien sans avoir acquis en amont la supériorité aérienne.

Bon, je me doute bien que vous n’êtes pas ici pour assister à un cours d’histoire. Pourtant, revivre des batailles emblématiques pour le contrôle des cieux en incarnant un as du vol fait partie d’un thème bel et bien prisé par l’industrie vidéo-ludique. Maintenant, qu’en est-il de voler avec élégance entre les nuages et face au vent par l’intermédiaire … d’une console portable ? Tel est le pari de la licence Sky Gamblers au travers de ses différents opus.

Enfin, « console » est un mot à relativiser dans notre cas. En effet, le studio californien Atypical Games officie principalement sur les plateformes mobiles en développant divers jeux au gameplay orienté action. Il n’est donc pas surprenant de voir leur série phare prendre son envol sur la machine hybride nippone, ne serait-ce pour tâter le terrain d’un point de vue technique ou vérifier si un certain public répondra présent à l’expérience proposée, avec le portage d’un titre de 2012 ayant reçu à l’époque un joli accueil de critique, intitulé Storm Raiders.

Ainsi, vous incarnez un pilote de la Seconde Guerre Mondiale aux commandes d’un avion que vous aurez choisi avant votre décollage et dont les caractéristiques et le design primeront bien évidemment sur la nationalité de l’engin lors de votre choix. Les objectifs de chaque mission seront variés car définis par le mode de jeu sélectionné, que ce soit en solo ou en multijoueur : détruire des cibles aériennes, escorter un convoi maritime, ou capturer une base ennemie.

De ce fait, maîtriser son aéronef est indispensable pour remporter la victoire. Rassurez-vous, à la manière d’un Ace Combat, les contrôles auraient très bien pu trouver leur place sur une borne d’arcade, sans pour autant tomber dans la facilité. La possibilité de gérer les gaz et d’agir sur les trois axes de votre appareil, avec seulement les deux joysticks, offre une combinaison intéressante qui accorde une grande liberté de mouvement, idéale lorsque vous affronterez vos adversaires.

Voilà le véritable défi mis en lumière avec de pareilles mécaniques de gameplay : tirer tout en surveillant sa trajectoire. Pour commencer, un solide panel d’armes vous est offert dès le début de votre carrière. Les quelques modèles de mitrailleuses constituent des valeurs sûres, mais les roquettes se révèlent être de bons substituts lorsqu’il s’agit d’infliger de gros dégâts, à moins que vous préfériez les bombes pour mieux raser les positions au sol. Obtenir le meilleur de vos armes principales et secondaires sera cependant plus simple à dire qu’à faire.

L’anticipation des mouvements de vos ennemis est la clé de la réussite. Le réticule de visée est un outil précieux pour vous indiquer où viser, en fonction de la vitesse, direction et distance de la cible. Mais seule la maîtrise de vos trajectoires vous permettra de poursuivre avec succès votre opposant, ou de sortir d’un mauvais pas, en effectuant à titre d’exemple des virages serrés. De même, votre escadrille sera d’un grand recours en engageant l’ennemi ou en vous protégeant, selon votre volonté.

Chacune de vos sorties vous rapportera de l’expérience, déterminée par l’issue de l’opération et votre efficacité au combat. Ainsi, progresser à travers les différents rangs débloque de nouveaux appareils pour vos futures escarmouches. Mais faites attention, se faire descendre vous coûtera des points, gardez donc un œil sur la santé de votre aéronef et soyez attentif à votre environnement, car le danger peut venir de n’importe quel angle.

Même si le ciel est l’unique élément dans lequel vous évoluerez, il faut reconnaître que le jeu accuse visuellement son âge. Six années après sa sortie initiale et malgré un bon peaufinage que la puissance accrue de la Switch a naturellement permis, les textures et les effets de particules paraissent flous, auxquels s’ajoute l’absence de modèles 3D pour décrire certains éléments du monde, et un aliasing omniprésent.

Néanmoins, ces aspects techniques dépassés sont en partie palliés par un excellent souci du détail : le design fidèle des avions, les dégâts réalistes, ou encore les effets météorologiques participent à ce réalisme que la direction artistique arrive à retranscrire avec brio. Quant à l’ambiance sonore, bien qu’elle soit inégale et parfois même complètement absente, les rares compositions musicales sont à la fois respectueuses du thème historique adopté et de bonne qualité, accompagnées de bruitages plus que satisfaisants.

Puisque j’ai évoqué l’atmosphère du titre, sachez que ce dernier vous propose quelques didacticiels et trois campagnes de six missions chacune en guise d’introduction aux bases du pilotage. Ces opérations vous ramèneront ainsi plusieurs décennies en arrière, où vous vivrez les dogfights les plus marquants de la guerre des quatre coins du globe, du côté des Alliés comme celui de l’Axe. Briefings et dialogues entre soldats sont donc au rendez-vous, une mise en scène honnête qui aurait pu gagner en profondeur avec un doublage complet.

Après cette sympathique formation, vous pourrez mettre vos nouveaux talents en pratique et grimper les échelons, en équipe avec des bots convainquant ou avec de vrais individus, grâce aux nombreux modes disponibles, et ce dès le premier lancement du jeu. Malheureusement, ne vous attendez pas à de formules originales, mais plutôt à des parties adaptées pour de petites sessions et aux règles aussi vieilles que le monde (du jeu vidéo). À vous les sensations de vitesse lors de captures de drapeau et de matchs à mort !

Si certains d’entre vous recherchent des challenges à surmonter, vous trouverez sans doute votre bonheur parmi les grilles de succès à décrocher, avec à la clé de nouveaux appareils pour votre hangar. Ces récompenses comprennent de célèbres chasseurs comme le P-51 Mustang américain, et les premiers avions à moteur à réaction tel que le Me262 allemand. Petit bonus de bienvenue, vous pouvez alterner entre différentes vues à la première ou à la troisième personne lors des combats tournoyants, dont celle depuis l’intérieur du cockpit.

Chaque modèle possède ses propres performances, à savoir le blindage, la résistance des équipements (le radar et les moteurs en sont de parfaits exemples) et la maniabilité, mais aussi des variantes qui influent légèrement les stats de l’archétype. De plus, changer les armes et les couleurs du camouflage est aussi d’actualité, afin de créer l’engin de ses rêves. De quoi satisfaire les passionnés de l’aviation, me direz-vous.

Bien évidemment, un aéronef puissant doit être diriger dans les meilleures conditions. Autant vous prévenir d’emblée, le titre est difficile à prendre en main avec les Joy-Con, à cause de la faible distance entre les joysticks et les gâchettes qui contrôlent l’utilisation des armes, rendant ainsi le maniement en simultané compliqué. Cependant, la présence d’une visée assistée compense amplement ce défaut. D’ailleurs, je vous conseille de désactiver cet outil magique si vous êtes l’heureux propriétaire d’une manette Pro, car dépourvue de tout souci de confort, et pour savourer le jeu à sa juste valeur.

Le titre n’a pas seulement conservé cet élément de la version mobile. En effet, malgré le changement de support, l’interface reste claire et peu chargée, permettant une bonne lisibilité de l’action, aussi bien en mode salon qu’en mode portable. Même les menus peuvent être parcourus avec les doigts ! Parce que cet ensemble est aussi combiné à une belle fluidité de l’image et à une quasi-absence de bug, le portage effectué sur la petite dernière de Nintendo est donc de bonne facture, traduisant tout le professionnalisme des développeurs ayant accomplis ce travail.

Sous le capot un peu rouillé de cet engin si particulier qu’est Sky Gamblers: Storm Raiders, se cache pourtant une mécanique bien huilée. Certes, le jeu souffre d’un manque d’arguments pour captiver le joueur sur la durée, et son prix un poil élevé pour ce qu’il propose pourrait décourager certains de passer à l’achat.

Mais l’innovation ou une technique vieillissante n’a jamais affecté le plaisir de jouer, et les équipes d’Atypical Games le rappellent haut et fort par leur copie. Avec des sensations de vol bien présentes, vous prendrez plaisir à voguer et à combattre dans les cieux durant votre carrière d’aviateur. On ne peut ainsi que souhaiter bon vent à la franchise pour la suite de son aventure.

Test réalisé par TheAmazingNatpon sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire