Test : Spintires: MudRunner American Wilds sur Nintendo Switch

Spintires: MudRunner American Wilds

Genre : Simulation, Action
Langues : Multilingue – Sous-titres : Multilingue
Développé par Saber Interactive Incorporated
Édité par Focus Home Interactive
Sortie France : 27/11/2018
Prix : 39,99€ sur l’eShop et en version boîte
Taille : 3,0 Go
Joueurs : 1 à 4
Age minimum : 3+

Site Web Officiel

Exercer le métier de ses rêves, après tant d’efforts investis dans de longues études, est une véritable clef du bonheur dans notre société actuelle. Mais de nombreux individus prisonniers d’un environnement de travail monotone ou déplaisant aspirent aujourd’hui à remodeler l’avenir de leur carrière professionnelle. Si les crampes causées par l’utilisation intensive du stylo font partie de votre quotidien, et qu’un changement de secteur d’emploi est en revanche inenvisageable, le compromis vidéo-ludique imaginé par un développeur indépendant russe prénommé Pavel Zagrebelnyj devrait susciter votre intérêt.

Grâce à une jouabilité convaincante, Spintires avait su conquérir le cœur des amoureux d’air pur et de terrains accidentés, lors de sa publication en 2014 à l’issu d’un financement participatif. Dans la peau d’un camionneur russe, l’objectif mis en avant était de parcourir les vastes terres avoisinant l’Oural, afin d’effectuer diverses livraisons de matières premières à des locations précises. Forte de son million de copies vendues, la nouvelle franchise a ensuite donné naissance à un spin-off, baptisé MudRunner, qui fut porté sur la machine hybride nippone en ce dernier mois de novembre.

Développé dans le cas présent par le studio américain Saber Interactive, ce deuxième titre a cependant bénéficié d’un suivi bien plus important, notamment avec l’élaboration d’une expansion intitulée American Wilds. De ce fait, la version nomade réintroduit les bases du premier volet, mais soutenues par un contenu étoffé : au volant de différents engins motorisés, vous devrez ainsi récupérer une certaine quantité de ressources sur un site de collecte de votre choix, puis les acheminer à une zone de livraison désignée, dans le but d’obtenir un point de progression supplémentaire.

Chacun des domaines auxquels vous aurez accès dès le début de votre carrière, ainsi que ceux débloqués par l’intermédiaire des points cumulés, est composé de lieux plus ou moins essentiels à votre réussite. Conçue par les développeurs dans les moindres détails, la dizaine de régions à explorer offre non seulement des poids lourds à l’abandon, pouvant être réquisitionnés pour l’opération actuelle, mais également des bâtiments stratégiques. Stations-services, camps de bûcheron ou encore garages correspondant aux quelques infrastructures que vous croiserez sur votre route.

D’ailleurs, ces derniers constitueront le point de départ de la majorité des expéditions que vous entreprendrez. Bien équiper ses trois véhicules initiaux, choisis au préalable par vos soins, vous permettra en effet de répondre avec efficacité aux différentes situations dont le jeu recèle. Avec un bel éventail d’équipement librement mis à votre disposition, il sera ainsi possible de convertir votre simple camion en un imposant camion-citerne, ou alors d’ajouter à votre jeep une jolie roue de secours, de manière à franchir les obstacles les plus abrupts avec moins d’appréhensions.

Au sein de régions aussi peu marquées par la civilisation, le réseau routier n’est que peu enclin à accueillir vos énormes machines, puisque les routes composées d’asphalte laissent leur place à des sentiers boueux. Prêtez donc une grande attention à vos trajectoires, en particulier près des points d’eau, sous peine de voir les roues de votre véhicule s’enliser dans le sol jusqu’à l’immobilisation totale. Désireux de promouvoir le pilotage au rang de mécanique de jeu central, les game designers ont toutefois veillé à retranscrire un ensemble d’outils que tout bon chauffeur de l’extrême doit posséder à portée de main.

Par conséquent, la simulation fait volontairement l’impasse sur toute notion relative à la gestion d’une entreprise, en faveur d’une expérience de pilotage hors-piste à la fois complet et facile à prendre en main. Aux contrôles basiques de votre engin se greffe dans un premier temps un régulateur de vitesse, utile pour négocier un virage avec une allure réduite, ainsi qu’une transmission intégrale et un bloc différentiel. En accordant un contrôle poussé sur la propulsion de votre poids lourd, ces deux dernières options vous épauleront sensiblement face aux reliefs prononcés.

Facilement accessible avec votre pad, elles ont néanmoins la fâcheuse tendance à augmenter de façon significative votre consommation d’essence une fois activées. Si employer ces aides à la conduite avec parcimonie est donc synonyme de véhicule endurant, éviter les collisions avec l’environnement ou d’être submergé par les flots demeure aussi une priorité, afin de conserver votre matériel intact. En revanche, parce que le jeu se veut accessible au plus grand nombre, celui-ci intègre un mode à la difficulté assouplie, rendant à titre d’exemple les jauges de carburant et de dégâts moins préoccupantes qu’à l’accoutumée.

Le challenge du logiciel réside ainsi dans la structure des niveaux arpentés, de même que dans l’étude de ces espaces naturels. Incomplète au début de votre intervention, la carte interactive fournira moult informations précieuses sur les alentours une fois les nombreux postes d’observation visités. Avec de telles connaissances disponibles, votre flotte de cylindrés fera sans doute l’objet d’une meilleure organisation de votre part, allant jusqu’au positionnement de votre camion-citerne formé en amont au détour d’un carrefour, pour ravitailler à mi-chemin un futur convoi.

Enfin, le trajet vers la scierie restera sans doute le plus simple à emprunter, car vous mettrez à profit toutes vos connaissances emmagasinées jusqu’au début de cette dernière étape du voyage. Dans l’optique de débloquer un nouvel espace naturel et d’inscrire au passage un joli score au tableau, l’édifice devra recevoir assez d’unités de bois, et donc d’importantes cargaisons de ressources. Cependant, en tirant avantage des nombreux outils offerts par le jeu, remplir votre mission ne sera jamais désagréable, bien au contraire.

Premier aspect témoignant en faveur de la qualité de cet opus, la réalisation technique du titre est une franche réussite, malgré l’instauration de diverses concessions dues au hardware limité de la console par rapport à ses concurrentes. Aux textures légèrement floutées et à la distance d’affichage réduite s’oppose ainsi une solution anticrénelage efficace, qui adoucit les contours aussi bien sur les écrans de télévision qu’en mode portable, pour le grand plaisir de vos yeux. D’ailleurs, les ralentissements qui entraveront le flot de vos aventures se feront rares, puisque le nombre d’images par seconde sera constant dans la plupart des situations données.

Néanmoins, le moteur physique demeure la composante la plus aboutie de cette version, qui insuffle à elle seule la vie au monde rural dépeint : les éclaboussures de boue sur votre carrosserie, la distorsion de la terre sous l’effet des roues, ou encore la résistance des arbres contre les forces mécaniques sont les quelques prouesses permises par les méthodes utilisées. Avec un rendu de l’eau tout aussi pertinent, le jeu se révèle donc une véritable vitrine technologique, porteuse d’une belle promesse pour les prochaines productions à destination de la machine.

L’excellent travail d’optimisation fourni par le studio se traduit également par une direction artistique réaliste qui reproduit fidèlement les arrière-pays russes et américains, grâce à des effets de lumières et de brume charmants. Toutefois, l’atmosphère de ces paysages champêtres souffre par certains moments d’un manque d’immersion, illustré par l’absence flagrante d’activités humaines autres que les vôtres. Un sentiment de solitude vous gagnera ainsi lorsque vous vous engagerez sur un axe routier important, ou bien en contemplant les bâtiments industriels inactifs de la région.

En outre, seulement deux thèmes au style rock’n roll représentent l’ensemble de la bande originale, qui accompagnera autant le menu principal que les résultats de votre dernière journée de labeur. Un chiffre bien maigre expliqué par un choix artistique simple : prôner sur la radio intégrée au tableau de bord d’authentiques bruitages tels que le rugissement des moteurs ou le chant des oiseaux. Si la décision en question renforce avec brio la cohérence des tableaux exposés, l’ambiance sonore restera fortement en retrait et peu variée sur chacune de vos sessions.

Saber Interactive a réussi à conserver l’expérience complète de Spintires sur Nintendo Switch. Cette version inclut tous les contenus disponibles sur les autres plateformes, ce qui comprend l’extension American Wilds sortie il y a peu.

Tout est là : l’entièreté des véhicules, des cartes, la physique complexe et même les graphismes ont conservé leur qualité. Le jeu s’appelle « Spintires » (pneus qui patinent) pour une bonne raison, car vous devrez en effet sans cesse faire patiner vos pneus pour dégager vos véhicules de la boue ou des branchages dans lesquels ils sont coincés, et il vous faudra donc du temps pour accomplir chaque mission, ainsi la portabilité de la Switch vous permet de faire des progrès petit à petit en différentes sessions de jeu, car c’est un titre qui peut drainer des heures et des heures de votre temps, l’avoir toujours auprès de vous, rend de ce fait l’expérience plus appréciable.

Et le soft propose même un mode multijoueur jusqu’à 4 en coopération en ligne, et comme dans Farming Simulator, le jeu bénéficie grandement du travail d’équipe pour accomplir les missions : un joueur répare les véhicules, un autre fait le plein d’essence tandis que le reste se concentre sur le déplacement des troncs avec la grue et la livraison. Il sera ainsi difficile de faire plus complet que cette version Switch !

Comme Farming Simulator n’a pas daigné pointer son nez sur Switch en 2018, la tâche de combler le trou de ce genre de niche revient à Spintires: Mudrunner – American Wilds. Bien que le jeu conserve quelques erreurs de design venant des autres versions, Saber Interactive a su garder l’expérience intacte. L’ajout des grands espaces verdoyants de l’Amérique sauvage vient contraster avec les routes froides de la Russie et que vous fassiez la livraison des troncs d’arbres seul ou que vous répariez ou effectuez le plein des véhicules de vos amis, sachez que vous vous prendrez vite au jeu, et que vous allez voir du paysage !

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Test réalisé par TheAmazingNatpon et Natingle sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire