Test : Suicid Guy sur Nintendo Switch

Suicid Guy

Genre : Aventure, Casse tête
Langues : Français, Anglais
Développé par Fabio Ferrara
Édité par ChubbyPixel
Sortie France : 10/05/2018
Prix : 7,99€ sur l’eShop
Taille : 2324,69 Mo

Site Web Officiel

Malgré un titre qui peut faire sourciller les plus sceptiques, non Suicid Guy n’est pas un jeu glauque sur la dépression ou le suicide mais bien un jeu d’énigmes et d’aventure.

Vous incarnerez un dénommé Suicid Guy (et oui il n’a pas de nom donc appelons le Roger le temps de ce test) c’est un homme assez simplet et barbu qui n’est pas très intelligent. Tenez, vous voyez Homer Simpson? Et bien clairement c’est son sosie vidéoludique. Donc, Roger, personnage tout de même attachant, est coincé dans le monde des rêves et devra faire preuve d’ingéniosité pour se suicider et retrouver ce qu’il aime le plus dans le monde réel. Vous devrez résoudre les énigmes basées sur la physique afin d’atteindre votre but. Pour cela, il vous faudra interagir avec tout votre environnement et ainsi passer les différents mondes et croyez moi, tous les moyens seront bons pour mettre fin à vos jours.

C’est avant tout un jeu de réflexion, où chaque niveau est une histoire à part entière. La mécanique consiste à réfléchir à la manière dont vous allez vous tuer. Pour cela il y aura soit des actions à réaliser, soit des plateformes à passer. Mais dans tout les cas il faudra cogiter.

Rien de bien compliqué dans ce jeu, on se déplace à la première personne ce qui rend celui ci totalement immersif. Ensuite il vous suffira de vous déplacer et d’interagir avec les différents éléments du décor pour résoudre les casses têtes et réussir à… mourir, certains d’entre eux étant plus difficiles que d’autres à résoudre. Il faudra également récupérer les différentes statuettes à votre effigie pour débloquer les niveaux.

Le jeu aurait mérité quelques cinématiques après les suicides, en remplacement d’un écran noir de chargement qui nous ramène directement au choix des rêves.

Pour ce qui est du graphisme il est plutôt cartoonesque et très coloré, ce qui fonctionne très bien avec le monde des rêves qui est souvent farfelu.

Le côté très vif rend le jeu un peu moins glauque car rappelons le, le but c’est clairement de se suicider. Les décors sont plutôt bien réalisés, ils se rapprochent de certains dessins animés et sont très attrayants.

Il y aura souvent des clins d’œil à de nombreux univers connus de jeux, films etc.. Mais je ne vous en dévoile pas plus, vous verrez par vous même.

Côté audio, rien de bien fou, des bruitages assez communs et une bande son qui ne retient pas forcément l’attention, qui s’oublie même facilement.

Il y a 25 niveaux, chacun comportant 16 rêves qui lui sont propres. Comme dit précédemment chaque niveau est une histoire à part entière ce qui rend le tout intuitif et en aucun cas lassant, on a l’impression de démarrer un nouveau jeu à chaque fois.

En outre, les mondes sont très différents les uns des autres, ce qui apporte un plus non négligeable, car souvent les jeux de ce genre sont redondants. Or, ce n’est pas le cas ici grâce à la diversité des actions et des différents lieux.

Suicide Guy est un jeu de réflexion bien fun, avec un univers très coloré et attrayant qui vous fera passer des bons moments de fous rires et de casse-tête.

Il vaut largement le détour malgré son nom plus que glauque et décalé face à l’univers proposé. Le principe à la “Inception” nous faisant passer d’un rêve à un autre est très intéressant et bien pensé, mais des cinématiques auraient pu compléter l’histoire pour un contenu plus étoffé.

Alors, prêt à rejoindre le monde des rêves et vous réveiller avant que votre bière ne touche le sol ?

 

Test réalisé par Euphemya sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire