Test : Super Hydorah sur Nintendo Switch

SUPER HYDORAH

Genre : Jeu de tir, Action, Arcade
Langues : Japonais, Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Russe, Chinois
Développé par Locomalito
Édité par Abylight
Sortie France : 15/11/2018
Prix : 19,95€ sur l’eShop
Taille : 223,35 Mo
Joueurs : 1 à 2
Age minimum : 7 ans

Site Web Officiel

Les fans invétérés des shoot  ’em up 2D ne représentent certes pas la majorité des possesseurs de Switch, mais les éditeurs les ont tout de même gâtés. La console accueille un nombre croissant de shmups, comme des classiques de la Neo Geo tels que Aero Fighters 2, ou plus récemment l’excellent R-Type Dimensions EX. Comme tous les jeux du genre, celui qui nous intéresse, Super Hydorah, rend hommage au pilier incontesté du genre, Gradius. Le jeu est un shooter en side-scrolling assez ardu avec une esthétique rétro dans le style des jeux Capcom des années 80.

Comme souvent dans les shmups, il n’y a aucun scénario, vous êtes un pilote et vous combattez des aliens, tout va être centré ensuite sur le gameplay, dont nous allons parler maintenant.

Tous ceux qui ont un jour joué à un shoot ’em up trouveront vite leurs marques dans Super Hydorah : vous êtes aux commandes d’un frêle vaisseau spatial et vous foncez dans la bataille contre une horde d’ennemis indénombrables. Pour les détruire, vous allez pilonner le bouton B, ce qui va provoquer des tirs en rafales et vous sauver la vie. Lorsque vous détruirez les ennemis, ils laisseront derrière eux des objets de couleur à récupérer qui boosteront vos armes primaires et secondaires, ou bien vous protégeront d’un bouclier. Jusqu’ici, on est en terrain connu. Cependant, le titre va se distancer de son inspiration première et montrer des indices de sa modernité, en vous laissant une plus grande marge de manœuvre. Par exemple, plus vous avancerez dans le jeu, plus vous débloquerez de nouveaux modes sur l’écran titre, mais les plus grandes nouveautés se trouvent au sein de la partie classique. De temps en temps, vous vous retrouverez face à un tunnel qui, si vous l’empruntez, vous mènera dans un complexe de caves, et à partir de là vous devrez choisir votre propre chemin. Ce nouvel aspect apporte un nouveau challenge d’une manière subtile mais significative. Prendre la route la plus directe risque de rapidement vous mettre en position de faiblesse face à des tourelles redoutables, alors que passer par dessous vous exposera certes à des pieuvres aliens, mais au moins vos balles auront plus de facilité à traverser leur chair. De plus, il y a de petits secrets cachés dans les niveaux pour récompenser votre curiosité. Super Hydorah est indiscutablement un shooter, mais il possède un angle d’exploration qui le rend plus attractif aux yeux d’une plus grande part de joueurs. Ce sens de libération apporte bien sûr son lot d’insécurités, comme il devient plus difficile de prédire l’ordre des ennemis à chaque partie. Et croyez le, vous allez devoir relancer de nombreuses parties, et retourner souvent au début des niveaux… Que les néophytes ne perdent pas espoir cependant, car le jeu intègre différents modes de difficulté pour accueillir à bras ouverts petits nouveaux et hardcore gamers.

Un autre aspect plus moderne de Super Hydorah réside dans son système d’armes. En progressant dans le jeu, vous débloquerez de nouvelles armes, mais vous ne pourrez en porter qu’un certain nombre dans la bataille. Il faudra donc décider de quelle arme sera la plus adaptée pour le niveau à affronter (ne vous inquiétez pas, vous pourrez en tester plusieurs après chacun de vos échecs), et ceci aide à diminuer l’aspect répétitif du jeu. Enfin, les ennemis aussi bénéficient d’un vent de fraîcheur. Il y a des lianes menaçantes qu’il faut taillader avec des lasers, des balles rebondissantes qui larguent des mines derrière elles lorsque vous les éliminer, ainsi que des sortes de grenouilles qui sautent dans tous les sens et qu’il vous sera bien difficile de viser, entre autres joyeusetés. Et cela ne concerne que les premiers niveaux, je ne compte pas gâcher l’élément de surprise tout de même !

Le style de Super Hydorah peut se résumer en quelques mots : rétro, rétro, rétro, et peut être même rétro ! Toute l’atmosphère suinte les années 80 à 90, les graphismes 2D sont volontairement pixelisés, dans le bon sens du terme, tout est maîtrisé au carré près, et la lumière et les couleurs ne sont pas en reste ! Vous ferez face à de nombreuses explosions, et leurs effets ont beau être calqués sur une esthétique vieille de 30 ans, ils sont réellement bluffants.

Enfin, la musique est également réalisée au cordeau, sans taper dans le chiptune, ce qui peut surprendre vu le parti pris, mais dans le style techno-noir nous venant direct des années 80, aucun dépaysement donc !

Sorti originellement en 2010, Hydorah bénéficie d’une version “Super” sur Nintendo Switch, sorte de version complète. Au menu, des graphismes et des sons améliorés, un mode 2 joueurs coopératif en local, un mini-jeu supplémentaire, 5 niveaux exclusifs, 5 nouveaux boss et quelques 30 ennemis, un filtre “CRT” pouvant être activé pour faire ressembler le jeu à un jeu d’arcade classique, et de nouvelles musiques de Gryzor87, une bonne dose de contenu donc !

Difficile cependant d’estimer une durée de vie, c’est un shmup, et les plus coutumiers du genre pourraient peut être le boucler en quelques heures seulement, mais la majorité des joueurs vont bien ramer avant d’espérer passer ne serait-ce que les premiers niveaux…

Loin de moi l’idée de suggérer que Super Hydorah réinvente le genre du shoot ’em up. C’est un shooter dans le style rétro hissé sur les épaules des géants de jadis, mais le développeur a su profiter de cette position pour moderniser certains aspects, tout en leur rendant hommage. Le soft est ardu à souhait, mais l’inclusion de plusieurs difficultés est la bienvenue pour accueillir les nouveaux joueurs, et le travail est bien fait ! La Switch propose de nombreux shmups depuis sa sortie, mais Super Hydorah fait clairement partie du haut du panier !

Test réalisé par Natingle42 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire