Test : Sushi Striker: The Way of Sushido Nintendo Switch

Sushi Striker: The Way of Sushido

Genre : Puzzle Game
Développé par Indieszero
Édité par Nintendo
Sortie France : 08/06/2019
Prix : 49,99€ sur l’eShop, 39,99€ version boîte ici
Taille : 2940,21 MB

Site Web Officiel

La guerre opposant l’empire et les résistants provoque une pénurie de leur principale nourriture, les sushis, et le peuple se retrouve condamné à mourir de faim. Voilà le petit topo que nous propose Nintendo pour leur nouvelle licence présentée durant l’E3 2017. Sans vous dévoiler la trame principale du jeu, je vais vous en donner un petit avant-goût.

Après une introduction trop kawaii digne des shōnens actuels nous avons la possibilité de choisir notre personnage. Quelques dialogues supplémentaires nous apprennent que nous somme un(e) jeune orphelin(e) qui a été séparé(e) de ses parents pendant cette guerre qui a divisé le peuple. Les présentations sont faites : voici Musashi qui s’apprête à partir dans les bois en quête de nourriture pour devenir par le plus grand des  »hasards » un membre du Front de Libération des Sushis.

Sushi Striker : The Way of Sushido est un Puzzle Game avec une trame narrative importante. Vous pouvez passer les dialogues ou les magnifiques cinématiques mais vous passeriez à côté du scénario et ce serait vraiment dommage. Les développeurs d’Indieszero on fait du très beau boulot sur ce plan là. Mais du coup Sushi Striker, c’est quoi ?
Le but du jeu est à première vue assez simple : il faut combiner au minimum deux assiettes de la même couleur pour en manger les sushis puis lancer la pile sur son adversaire. Plus la pile est grosse et plus les dégâts sont importants. Pour corser un petit peu la chose vous disposez de 7 secondes pour en combiner un maximum. Attention si le temps imparti est passé, vous perdrez vos assiettes cumulées ! Il existe plusieurs couleurs d’assiettes, chacune correspondant à une catégorie de sushi et à un nombre de dégâts différent.
Ce n’est pas tout, notre petit(e) Musashi va dès le premier combat s’allier à une petite Sushinité, sorte d’esprit de la forêt, qui possède une capacité qui va vous aider pendant notre long périple. 

Si aux premiers abords Sushi Striker donne l’impression d’être un Puzzle Game banal, il n’en est finalement pas un et toutes les subtilités du Gameplay qui s’offrent à vous au fil de votre aventure donnent un réel vent de fraîcheur à la dernière licence de Nintendo !
Venons-en à la maniabilité du titre. Le titre peut se jouer intégralement en mode tactile. Sur la petite Nintendo Switch, je trouve le titre difficilement maniable avec le doigt. Encore une fois pas d’inquiétude : Sushi Striker se joue également avec les joy-con mais l’imprécision des sticks nous donneront quelques loupés… Ce n’est pas grave en soi, mais dans certains niveaux nous le payerons et nous auront le droit à des échecs.

Initialement prévu pour sortir uniquement sur 3DS, les décors ne sont pas fantastiques et nous sommes loin d’un Zelda ou d’un Mario Odyssey en terme de patte graphique. Mais cela n’impacte absolument pas la qualité du titre ! 

Les musiques sont rythmées et restent dans l’action du jeu. On n’y fait plus trop attention puisqu’elles suivent exactement les mouvements des plateaux et nous entraînent dans la réflexion.

Là où le jeu a du mal, c’est au niveau de ses doublages. On nous vend une introduction avec une cinématique exceptionnelle et des voix japonaises du plus bel effet, mais ça s’arrête là. Sushi Striker est certes sous-titré en français, mais les voix narratives sont malheureusement en anglais et personnellement, je trouve regrettable de ne pas avoir joué le jeu à fond. Tout était bien parti, mais le doublage gâche un peu le tout. 

Pour un titre de ce genre la durée de vie est très honnête avec un contenu vraiment bien pensé. Plus de 150 niveaux sur plusieurs zones dans l’aventure narrative, des niveaux secrets qui se débloquent grâce aux étoiles gagnées. Environ une centaine de Sushinités aux talents différents que vous pourrez monter en niveau au fil de vos combats. Musashi prendra également de l’expérience tout au long de votre périple. 
Dans les premiers niveaux, vous n’aurez pas grand-chose à vous mettre sous la dent en termes de personnalisation.  Mais au bout d’une dizaine d’ennemis battus de nouveaux objets feront leur apparition : des régulateurs de tapis ainsi que la possibilité de choisir son sushi préféré en plus de nouveaux équipements.

Après avoir passé un certain niveau, vous aurez également la possibilité de vous rendre au village sacré et de l’explorer. C’est dans celui-ci que vous augmenterez votre rang de Sushiste. Vous pourrez également vous rendre à l’arène pour faire des combats multijoueur en local et sur Internet. Il y a également le choix de faire un duel sur une seule console en donnant un Joy-con à son adversaire.
Notons également la possibilité de corser un petit peu le titre en s’équipant d’un objet qui pourra réduire de moitié vos PV : à vous de le découvrir !

Que vaut cette nouvelle licence signée Nintendo ?

C’est un puzzle Game, mais pas n’importe lequel, c’est du made by Nintendo et on voit toute la différence !
Mis à part 1-2 Switch & Arms sur la première année de la console, nous avons eu aucune nouveauté intéressante et c’est la que Sushi Striker tape fort ! Le titre ramène un vrai vent de fraîcheur.
Malgré certains défauts notables, comme le fait que le jeu soit taillé pour un smartphone, ce qui entraîne donc une maniabilité perfectible, les titres qualitatifs de ce genre se font rares. Si vous êtes adepte de Scoring et de 100 % cette petite perle est faite pour vous.
Les 50 € sur l’eShop font mal et se rabattre sur la version physique 10 € moins cher est un bon compromis. Je peux vous garantir que même après 10 heures de jeux le titre ne s’essouffle pas et le challenge est toujours là !

En tant que gros joueur de Puyo-Puyo Tetris, j’ai trouvé mon nouveau Puzzle Game favori.

ACHETER CE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI

Test réalisé par Pierre sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.

Laisser un commentaire