Test : The Book of Unwritten Tales 2 sur Nintendo Switch

The Book of Unwritten Tales 2

Genre : Aventure, point and click
Langues : Anglais, allemand Sous-titres : Anglais, français, allemand, italien, espagnol, coréen
Développé par KING Art Games
Édité par THQ Nordic
Sortie France : 05/02/2019
Prix :29,99€ sur l’eShop, 29,99€ version boîte
Taille : 6829,38 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 12

The Book of Unwritten Tales 2 fait suite au premier du nom (logique, vu le 2 du titre). On retrouve donc des personnages déjà rencontrés dans le premier opus, mais un petit résumé rappelle les événements qui se sont déroulés dans ce dernier (à savoir, la lutte contre un grand méchant pour sauver le monde).

Nos quatre personnages, fêtant la victoire du précédent opus

Au programme donc, le périple de quatre protagonistes,  Nate, Wilbur, Ivo et Critter, qui vont chacun vivre différentes aventures, avec tout un tas de mystères à résoudre. Et ça commence fort, entre une chute dans le vide suite à l’explosion malencontreuse d’un navire, ou un mariage arrangé.

Suite d’un point and click, ce jeu ne révolutionne absolument pas le genre, et il n’y a pas grand-chose à dire concernant le gameplay.

On a divers éléments à gérer, que ce soit pour les observer (donnant lieu aux commentaires de son personnage), ou interagir avec. Ces objets permettront d’avancer dans le scénario, en les donnant aux bonnes personnes ou en faisant l’action requise. Cela peut être assez ardu, le jeu ne donnant aucun indice sur la façon de progresser, et ce sera parfois un peu par hasard que l’on débloquera la suite, quand d’autres fois ce sera évident.

Un exemple d’interaction possible

Le personnage se dirige au joystick dans des environnements en 3D, ce qui n’est pas forcément évident suivant l’angle de la caméra (fixe). Pour s’éviter ces désagréments, la touche X permet d’afficher tous les éléments dignes d’intérêt, et avec le joystick droit on peut directement choisir d’interagir avec (via la touche A), ou de l’examiner (via la touche B). Mais même là, le jeu a du mal à trouver le chemin, et il n’est pas rare de voir le héros coincé par la personne même avec qui on voulait parler.

Un autre point noir concerne l’absence de tactile, alors que la Switch et le genre s’y prêterait très bien.

Les graphismes sont clairement le point fort de The Book of Unwritten Tales 2. Ils sont magnifiques, tout simplement, s’inscrivant bien dans l’ambiance livre de contes, avec de belles illustrations (l’écran de chargement propose d’ailleurs un livre illustré par la zone où on se trouve actuellement). En outre, ils sont également riches en références plus ou moins visibles à la pop culture, que ce soit les séries télévisées (Games of Throne qui voit son générique parodié, par exemple), ou les jeux vidéo (l’épée de Cloud de Final Fantasy VII sera ainsi exposée). Les personnages sont dans cette veine, alternant entre design très classique ou références à des personnages connus.

Un exemple de décor

Côté musique, on est aussi dans cette ambiance féérique. Cependant, les boucles seront un peu courtes, et du coup rapidement répétitives.

Les doublages, en anglais ou en allemand (le studio King Art Games étant allemand), sont eux très bons, collant aux caractères des personnages.

La durée de vie du soft dépendra de la vitesse de résolution des énigmes, ce qui peut fluctuer suivant l’habitude que l’on a du genre, et si on entre dans la logique du jeu. On peut compter sur une vingtaine d’heures de jeu pour voir la fin.

Éléments avec lesquels interagir

Il n’y a pas de contenu annexe à proprement parler qui peut augmenter la durée de vie, même si on peut collecter quelques petits éléments qui ne sont pas nécessaires pour finir le scénario, ou qu’il y a une foule d’objets que l’on peut examiner. Et point and click oblige, la rejouabilité ne sera pas le point fort non plus. Une aventure qui se savourera une seule fois, mais qui propose une durée correcte pour peu qu’on aime fouiner et lire les descriptions de tous les objets accessibles.

The Book of Unwritten Tales 2 est un peu difficile à tester. Il a son charme, avec ses décors de contes de fée et l’humour présent partout, que ce soit par le caractère des personnages ou par la situation.

Mais il est aussi classique, ne proposant rien de très original, et le gameplay est parfois un peu rigide. Ceux qui ont fait le premier épisode seront ravis de retrouver les personnages qu’ils ont apprécié et les fans de point-and-click vont sans nul doute prendre plaisir à découvrir un opus classique et efficace.

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire