Test : The Journey Down Chapter Two sur Nintendo Switch

THE JOURNEY DOWN CHAPTER TWO

Genre : Aventure, point and click
Langues : Anglais Sous-titres : Anglais, allemand
Développé par SkyGoblin
Édité par Blitworks
Sortie France : 28/06/2018
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 2109,73 Mo

Site Web Officiel

Le premier chapitre de The Journey Down s’achevait avec Bwana, Kito et Lina dans une bien mauvaise posture, vu que les deux frères, pourtant propriétaires d’une station-service, avaient oublié de faire le plein de leur hydravion. Ce qui n’est pas très malin, surtout quand on a prévu de décoller.

Le chapitre 2 commence donc par une chute dans le brouillard, mais heureusement pour nos trois héros, un navire les repêche. Heureusement, ou pas, vu qu’en réalité le bateau est tout aussi perdu qu’eux, sans moyen de se localiser dans l’épais brouillard. Nos trois compères n’ont décidément pas de chance.

Cinématique d'introduction
Le navire perdu dans le brouillard au début du jeu

On retrouve Bwana, qui devra encore une fois faire preuve d’inventivité pour trouver comment localiser le navire, afin de se sortir de cette galère, ou de plonger dans de nouveaux ennuis.

Pour ceux ayant déjà fait le chapitre 1, ce chapitre 2 ne réserve aucune surprise au niveau du gameplay. On reste sur du classique point and click, efficace et agréable. Bwana se déplace de tableau en tableau, peut interagir avec les personnages ou les éléments du décor via le tactile, ou avec le bouton A. Tout peut avoir un intérêt, d’un bouton permettant d’activer un mécanisme à un téléphone, en passant par une canette. Il faudra ouvrir l’œil pour ne pas rater un élément indispensable à la suite de l’aventure, car tout comme dans le premier épisode, il est facile de rester coincé, la logique du jeu pouvant être un peu difficile à saisir. Si l’utilité d’une pioche ne fait aucun doute, c’est un peu plus délicat pour une maquette de navire.

Collecte d'objets
L’obtention d’une pioche, qui ravit Bwana

Un point positif concerne néanmoins les énigmes, un peu plus variées que dans le premier épisode et impliquent plus d’interactions avec le décor. Ce ne sera plus une simple combinaison de deux éléments de l’inventaire, ou une action sur le décor qui débloquera la suite. Il faudra trouver la page du livre qui sera utile, et pourquoi, ou quel numéro de téléphone utiliser pour débloquer la situation. Ces interactions permettent aussi d’étoffer l’univers du jeu, en rajoutant un peu d’explications sur les environnements, ou les personnages.

Livre et énigmes
Un livre avec de mystérieux indices

Si Bwana déambulait dans la seule zone portuaire de Saint Armado dans la première partie, il aura à affronter différents environnements dans la suite de ses aventures. Port Artue est plus vaste, plus proche d’une ville américaine dans les années 60/70, et avec des ambiances variées suivant la partie de la ville que l’on explore. Le travail réalisé sur les lumières est très impressionnant et contribue grandement à rendre la ville vivante.

Décor de rue
La rue principale de Port Artue

La musique est toujours aussi excellente, collant aux  différentes ambiances des lieux traversés, pouvant être oppressante, ou entraînante suivant la situation. Les doublages sont là aussi dans le ton, avec des accents s’adaptant aux personnages, qui ont tous leur caractère, et des remarques souvent humoristiques qui font mouche.  L’ambiance est là, c’est un réel plaisir d’arpenter les différents tableaux et d’observer les décors.

Si le chapitre 1 posait les bases de l’histoire, et présentait les personnages, ce chapitre 2 améliore les choses. Un peu plus long que le premier, pouvant se finir en cinq heures environ, il propose aussi plus de scénario. Les déambulations de Bwana dans Port Artue donneront droit à plusieurs cinématiques, avec une mise en scène excellente pour certaines, et plus d’action aussi. Car le livre de Kaonandodo est au cœur de l’histoire, bien plus qu’au début, déchaînant les passions de beaucoup trop de monde pour le bien de Bwana, Kito et Lina.

Personnage ennemi
Un personnage intéressé par le journal de l’Underland

Mais l’universitaire veut savoir ce qui se cache derrière les secrets de l’Underland, et pourquoi cette terre suscite tant de passions. Et si on rajoute à ça d’autres points d’interrogation, par exemple l’Armando Power Company, groupe tout-puissant qui a pris le pouvoir sur Port Armado ou Port Artue, et s’intéresse à l’Underland, ou Kaonandodo qui semble lui aussi cacher quelque chose… L’univers et le scénario de The Journey Down, intriguant dans le premier chapitre, devient passionnant dans ce second.

The Journey Down Chapter Two confirme la très bonne impression laissée par le premier chapitre. Des personnages hauts en couleur, de l’humour, des énigmes qui s’améliorent en termes de variété, une ambiance parfaitement travaillée que ce soit au niveau des graphismes ou de la musique, un univers qui s’étoffe…
Il est juste dommage que le jeu ne propose pas de version française, car cela peut gâcher un peu le plaisir, en bloquant sur une énigme car on n’a pas compris ce qu’il fallait trouver.  Mais pour les amateurs de point and click que la langue de Shakespeare n’effraient pas, n’hésitez pas, et plongez dans les mystères de l’Underland !

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.

Laisser un commentaire