Test : The Knight and the Dragon sur Nintendo Switch

The Knight and the Dragon

Genre : Action, Plateformes, Arcade
Langues : Anglais
Développé par NAPS team
Édité par NAPS team
Sortie France : 18/04/2019
Prix : XX,XX€ sur l’eShop
Taille : 184,55 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3 ans

Site Web Officiel

The Knight and the Dragon est assez avare en scénario. Comme dans beaucoup de jeux où l’intérêt réside dans le gameplay, l’histoire est ici un prétexte. On assiste donc au lancement à une cinématique qui rappelle un conte pour enfants, ou le chevalier que nous incarnons voit sa dulcinée se faire enlever par un vil dragon, et part donc à sa recherche.

Il sera dans sa quête aidé par Jafar, un marchand qui lui vendra aussi bien personnalisations esthétiques que potions de résurrection. Pas de déception particulière de ce côté là, étant donné que ce n’est pas la narration qui est recherchée dans ce jeu.

Le soft se présente comme un Subway Surfer ou un Temple Run, c’est un runner ou vous avez la possibilité de sauter et faire des roulades pour esquiver obstacles et ennemis. Ici, on a également la possibilité d’attaquer en lançant des projectiles. Vous devrez faire face à des combats de boss, qui bien que visuellement variés ont malheureusement tous le même pattern.

Rien de spécial jusqu’ici, seulement à l’heure où ce test est écrit, le jeu comporte quelques défauts qui peuvent décourager de potentiels intéressés. Le plus dérangeant est sûrement le fait que la navigation au sein des menus se fait uniquement avec un curseur, ce qui la rend assez lente, d’autant plus que chaque game over vous renvoie au menu. On espère voir ces problèmes corrigés par une mise à jour future.

Le titre propose néanmoins des fonctionnalités plaisantes, telles que la possibilité de simplifier les niveaux en échange de pièces ou d’accomplir des missions pour obtenir des bonus.

Le titre est doté de graphismes 3D, colorés et enfantins, le tout parfaitement adapté à l’ambiance que le jeu veut se donner. Les boss et ennemis ont des apparences variées, de même que les environnements.

On peut lui reprocher cependant ses effets visuels un peu trop encombrants, tels que la fumée produite après la destruction d’un obstacle qui empêche parfois de voir un ennemi ou fossé se trouvant derrière. La bande son est quant à elle assez variée, sans être redondante.

De ce côté là, on peut noter que le jeu est long. Vous aurez bien assez de quoi faire, d’autant plus que le manier à la perfection est loin d’être évident. Il vous propose également des fonctionnalités telles qu’une boutique, où vous pourrez acheter de nouveaux skins, armures, boucliers, armes et hiboux, le tout saupoudré de références appréciables, de l’univers Marvel à Adventure Time en passant par Disney et The Legend of Zelda.

Vous aurez aussi au cours de vos parties l’occasion de ramasser des cristaux vous permettant d’obtenir des cartes; ainsi que l’opportunité de ramasser des coffres contenant de nombreux objets à collectionner, de quoi rallonger la durée de vie pour qui voudrait le compléter à 100%.

En jouant à The Knight and the Dragon, on a parfois l’impression que le jeu est plutôt adapté à un support mobile. Quand bien même on a ici un objectif final, cette sensation est renforcée par le côté parfois Die-and-retry du jeu, qui ravira donc les adeptes de ce style. Il est malheureusement dommage que le jeu comporte des défauts qui ne parviennent pas à être compensés par le contenu important du titre, et on espère une prochaine mise à jour pour rendre par exemple la navigation plus pratique. Ce premier runner 3D de Naps Team sur Nintendo Switch reste tout de même un bon début, et on ne peut que leur souhaiter de s’améliorer en apprenant de leurs erreurs pour leur prochaine production.

Test réalisé par Pauline sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire