Test : The Midnight Sanctuary sur Nintendo Switch

The Midnight Sanctuary

Genre : Conte Visuel, Histoire
Langues : Japonais Sous-titres : Anglais
Développé par CAVYHOUSE
Édité par Unties
Sortie USA : 04/10/2018
Prix : 9,9$ sur l’eShop
Taille : 2,2 Go
Joueurs : 1
Age minimum : 12+

Site Web Officiel

The Midnight Sanctuary est un roman visuel dont l’histoire se passe dans la ville imaginaire de Daiusu au Japon. Celle-ci fut créée comme un sanctuaire afin d’y accueillir les Chrétiens persécutés. Quelques temps plus tard, lors de la Grande Peste, un voyageur aida à endiguer la maladie et fut ainsi élevé au rang de “Saint” et protecteur de la ville.

L’intérieur de la Cathédrale

L’histoire prend place quelques temps après la construction de la cathédrale. Le fils du chef, Jyuan Daiusu, invite Hamomoru Tachibana pour étudier l’histoire et les traditions de la ville. Elle pourra ainsi en faire la promotion en tant que ville “Chrétienne” et notable. Mais dès son arrivée à Daiusu des faits étranges apparaissent…

Difficile de parler de Gameplay avec un titre comme The Midnight Sanctuary. En effet, ici, nous nous posons en spectateur de l’histoire qui se déroule devant nous.

La ville et les destinations possibles

La seule action sera de choisir l’ordre de visite des différents lieux sur la carte de la ville. Celui-ci n’aura par ailleurs aucune influence sur les événements ni même sur la fin de l’histoire.

Graphiquement le jeu de CAVYHOUSE se pose un peu en OVNI. La 3D utilisée est très simple, à base d’aplats de couleurs et très peu de dégradés. La palette tire fortement sur le sombre hormis pour les lieux de culte. Ceux-ci bénéficient d’une colorimétrie accès sur le blanc afin d’en accentuer l’effet “sacré”. Mais la particularité vient de la transparence appliquée à certains objets et personnages. On y voit en trame de fond une image fixe identique à ce que l’on peut trouver dans les livres à colorier “zen”. L’ensemble donne un rendu très particulier qui gêne parfois à la lecture globale des scènes lorsque plusieurs personnages se chevauchent. Mais à contrario cela renforce l’atmosphère occulte de l’ensemble.

Difficile parfois de s’y retrouver

Côté bande son et bruitages il n’y a que le strict minimum afin de renforcer l’ambiance et ne pas gêner à la narration. Cependant, tous les dialogues ont été réalisés par des professionnels au Japon et sont particulièrement soignés. Il n’y a pas de doublage en Anglais ou Français. Cela évite de perdre la qualité d’origine mais il nous faut nous concentrer sur les sous-titres (en Anglais uniquement) au détriment de l’action sur l’écran.

Contrairement à d’autres contes visuels, The Midnight Sanctuary ne propose qu’un seul cheminement global et aucun choix pendant le visionnage. Seul l’ordre des lieux à visiter, et donc des différents chapitres, nous incombe ; mais sans influence sur le contenu. Il faudra ainsi compter sur deux à trois heures pour en voir la fin en fonction de son niveau d’anglais.

En visite chez un NPC

Chaque chapitre parcouru peut ensuite être revu à volonté. Il existe même une fonction de sauvegarde, mais son utilité reste encore à prouver ! Il n’y aurait pas eu forcément beaucoup de travail à rajouter quelques QTE ou un ou deux chemins alternatifs… Mais ce n’est pas le choix des développeurs. Le “jeu” se positionne ainsi plus en mini film et il faut donc le regarder comme tel.

Difficile de vraiment classer The Midnight Sanctuary dans une catégorie. Mélangeant occultisme et christianisme, il saura surement trouver preneurs auprès de certains joueurs qui apprécieront la mise en scène graphique et sonore. Par contre n’attendez pas une fin digne de ce nom une fois la Switch éteinte car vous repartirez de ce voyage avec encore plus de questions qu’en y entrant…

Test réalisé par Patbol1 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire