Test : The Padre sur Nintendo Switch

The Padre

Genre : Aventure, Autre, Casse-tête
Langue : Anglais Sous-titres : Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Russe, Portugais
Développé par Shotgun with Glitters
Édité par Feardemic
Sortie France : 18/04/2019
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 3199,21 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 7

Site Web Officiel

Une atmosphère sombre, une musique lugubre, un prêtre luminescent, des démons de l’enfer… Non, ce n’est pas le remake d’un film d’exorcisme mais bien un jeu : The Padre. Bienvenue dans un titre mêlant aventure, casse-tête et horreur au style rétro 3D développé par un petit studio du nom de Shotgun with Glitters et édité par Fearmedic. Il puise ses influences dans les classiques des jeux d’horreur tels que Resident Evil ou Alone in the Dark. Toutefois, l’ambiance ténébreuse de cette aventure sera ponctuée par l’humour décalé de notre prêtre. Le décor est maintenant planté et l’histoire peut démarrer.

Le « Padre » Alexander se réveille après avoir fait un cauchemar mettant en scène son frère. Se levant de son lit, il reçoit une lettre sous sa porte d’entrée. Dans cette dernière, il est demandé à Alexander de retrouver son ancien mentor, Père Benedictus, disparu depuis plus d’une semaine. Aux dernières nouvelles, il se trouvait aux alentours du delta du Mississippi. Malgré, le passé douloureux entre les deux personnages, notre protagoniste va prendre la route et mener son enquête. Après des recherches infructueuses et à l’approche d’une tempête, Alexander, qui ne souhaite pas séjourner dans sa voiture, trouve refuge dans un manoir à première vue, vide. N’ayez crainte, priez et affronter les démons…

Le jeu ne dispose pas de tutoriel en tant que tel mais dès les premières minutes, vous rentrez dans le feu de l’action et commencez à explorer votre environnement. Grâce à ce petit moment, vous allez prendre en main les quelques boutons de commandes qui sont relativement simples. Vous comprendrez très rapidement les mécaniques de la manette.

Dans la progression de votre partie, vous devrez résoudre des énigmes durant toute votre exploration. Ne croyez pas que celles-ci puissent être si simples. Bien au contraire, elles vont mettre vos nerfs à rude épreuve dans certains passages. Il va falloir parfois redoubler d’efforts et faire fonctionner vos méninges pour en venir à bout.

Des démons apparaitront tout au long de votre aventure, vous demandant de la tactique afin de les vaincre. N’oubliez pas que le jeu est inspiré des classiques du genre et forcément les munitions se feront rares… Attention à vos choix !

Prenez garde à vos décès dans la partie, ils auront une influence non-négligeable sur votre progression. Plus vous mourrez et plus vous alimenterez les larmes d’anges. En clair, si vous périssez trop, vous perdez votre sauvegarde. D’un côté, cela peut apparaitre comme punitif mais de l’autre, cela poussera à être plus méfiant dans votre exploration.

Il faut cependant prendre du recul sur le titre et voir qu’il n’est pas exempt de défauts. Pendant ma partie, j’ai eu l’occasion d’avoir plusieurs problèmes notamment en terme de collisions avec les éléments. Ainsi mon personnage s’est retrouvé bloqué dans le décor et la seule manière de m’en sortir était de redémarrer le jeu et refaire le morceau non sauvegardé. Dans le même registre, il m’est arrivé un souci plus contraignant. En récupérant certains éléments du jeu, celui-ci a « crashé » et la console m’a sorti de la partie.

The Padre utilise des graphismes de type voxel (c’est-à-dire un pixel en 3D ; le pixel est un carré, le voxel est un cube) ce qui peut vous faire penser à un autre jeu comme Minecraft. Sur ce point, chacun apprécie ou non ce style graphique et cela peut être un aspect à prendre en compte dans l’achat du titre. Le protagoniste bénéficie d’une belle réalisation avec des petits détails comme le crucifix autour de son cou ou le fait d’illuminer sa croix au centre de son corps et ses yeux.

La bande-son est à la fois intrigante et rassurante. L’ambiance est présente et prenante dans le style horreur. Les petits effets sonores ajoutent du peps à l’atmosphère déjà pesante (des grincements, des bruits de porte, ect…)

Petit bonus, il se peut que notre cher prêtre interprète des morceaux au piano… Mais ça, à vous de le découvrir !

Le contenu du titre est essentiellement basé sur la résolution d’énigmes qui va vous permettre d’avancer dans l’histoire et d’en savoir plus sur la vie du Padre et de son ancien mentor. En dehors de votre quête pour retrouver Père Benedictus, Alexander devra affronter ses propres démons intérieurs.

Personnellement, il m’aura fallu une dizaine d’heures pour venir à bout de ma partie. Avec parfois du mal à résoudre certains problèmes in-game. Et celui-ci ne vous fera pas de cadeau pour vous aider à avancer. Bien au contraire comme dit précédemment avec le système de morts et de sauvegarde perdue.

Cependant, si vous voulez explorer de manière plus précise les différentes pièces et découvrir certains secrets, il faudra alors compter plus de temps pour arriver au bout.

Le studio de développement Shotgun with Glitters nous offre un titre relativement simple dans la prise en main des commandes mais redoutable par ses énigmes. The Padre demandera de la patience et de la réflexion dans l’exploration afin d’arriver au bout de votre partie. L’univers sombre du jeu est parfaitement retranscrit grâce au voxel et la musique donne de la profondeur à l’atmosphère ténébreuse. Toutefois, vous devrez faire attention aux ennemis venus des enfers pour en découdre et vous ralentir dans votre quête. Cependant le titre peut présenter quelques défauts comme évoqué plus haut avec des problèmes de collisions ou des objets du jeu faisant bugger la partie. Sans ces différents soucis, The Padre pourrait être une petite pépite à avoir sur Nintendo Switch. On espère dans l’avenir que le développeur résoudra ces problèmes car le studio est très à l’écoute de sa communauté.

Test réalisé par SuperPopux sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire