Test : Think of the Children sur Nintendo Switch

Think of the Children

Genre : Jeu de société / gestion / simulation / action
Langues : Anglais
Développé par Jammed Up Studios
Édité par Fellow Traveller
Sortie France : 25/09/2018
Prix : 12,99€ sur l’eShop
Taille : 550 Mo

Site Web Officiel

Au tribunal, un parent est jugé pour avoir négligé et mis en danger ses 6 enfants. Le scénario de « Think of the Children » tourne autour de cette affaire ; la vôtre ! Incarnez votre personnage dans une série de sorties en famille ou d’événements allant du goûter d’anniversaire au séjour en camping, en passant par la visite d’un zoo ou encore de la fameuse épreuve des courses au supermarché ! Chacune de ces excursions constitue en réalité les preuves que l’avocat présente au juge pour vous faire condamner. À vous de veiller sur vos enfants afin d’être disculpé. La force du titre réside sur ce point particulier, puisque selon votre score, les réactions des personnes présentes au tribunal ne sont pas les mêmes et on ne manquera pas de vous rappeler dans quelles circonstances vos petites têtes blondes sont mortes. Ces flashbacks jouent donc un rôle essentiel et l’histoire suit ainsi un fil conducteur logique. L’autre point fort du scénario réside dans l’humour qui est employé dans les cinématiques entre chaque phase de jeu, car ce n’est pas seulement le protagoniste principal qui mériterait d’être jugé ! Malheureusement, le tout sera inaccessible aux anglophobes… pour le moment ? En effet, la page eShop indique que, pour l’instant, seule la langue anglaise est disponible. Serait-ce le moyen de dire que le succès du jeu pourrait entraîner une éventuelle traduction hors de la langue de Shakespeare ?

« Think of the Children » est un jeu de gestion et de simulation. Le gameplay du jeu est simple à prendre en mains puisque les actions se limitent à 3 : appuyer sur la touche A pour réaliser des actions telles que faire cuire des steak ou mettre de la crème solaire ; utiliser ZL afin d’attraper les enfants (ou des objets) et les mettre hors de danger ; recourir au bouton ZR dans le but d’appeler les petits monstres qui se trouvent en périphérie de votre avatar. Si vous souhaitez marquer le maximum de points et avoir un score de A+, vous devrez donc réaliser une liste de tâches (donnée en début de partie) spécifiques à chaque niveau (dont certains peuvent avoir des objectifs qui changent d’une partie à une autre) tout en vous assurant que les bambins sont sains et saufs puisque chacun d’entre eux compte comme un multiplicateur pour votre score final. Pour accéder à l’étape suivante, il faut obtenir au minimum un « C- », sachant que les notes vont de F- à A+ et qu’elles sont en fait liées aux rapports présentés à la cour du tribunal !

De plus, il est à noter que vous n’aurez systématiquement que 90 secondes pour gérer chacune de ces situations ainsi que vos 6 turbulentes progénitures. À vous de les empêcher de se noyer, d’être électrocuté, ou encore de se faire écraser par une voiture… Les moyens de mourir sont de plus en plus originaux au fil des niveaux, à vous de les découvrir par vous-même, car cela fait partie des éléments les plus délirants du soft. Bien que « Think of the Children » soit très fun, la difficulté est bien présente. Au fil du scénario, obtenir la note de « C- » devient un véritable challenge. Néanmoins, cela a été calculé par les développeurs. En effet, l’idée est d’être fidèle aux épreuves rencontrées dans la vie de tous les jours. Ainsi, une famille monoparentale aura, dans l’idée, plus de mal à gérer ses 6 enfants plutôt qu’une famille avec un papa et une maman ou homoparentale. Cette ouverture d’esprit de la part des créateurs est d’ailleurs un petit plus non-négligeable et fait passer un beau message de tolérance. À vous de créer la famille de vos rêves !

Cela étant dit, le seul petit reproche que l’on pourrait éventuellement faire au titre, c’est le manque de précision lorsqu’on est amené à utiliser la touche ZL, ce qui peut parfois être frustrant, notamment dans l’épisode au supermarché.

Les graphismes du jeu sont constitués d’assez gros pixels colorés qui collent bien à l’univers loufoque et à l’humour déjanté de « Think of the Children ». Ils complètent ainsi bien le scénario et le gameplay en lui rajoutant une dimension comique. Cela permet également de dédramatiser les morts plus ou moins violentes des enfants et d’être un peu plus accessible malgré la restriction d’âge qui s’élève à 16 ans. Concernant la bande-son, eh bien c’est la même musique ! En effet, on retrouve des sonorités assez enfantines qui sonnent parfois comme des comptines. Certaines pistes semblent inspirées de jeux vidéo rétro et font ainsi écho à l’esthétique pixélisé de l’opus.

Le jeu dispose de 2 modes : « Histoire », dont nous avons déjà parlé, ainsi que « Party », qui correspond au multijoueur local dans lequel vous aurez la possibilité de palier aux difficultés rencontrées en solo puisque jusqu’à 4 joueurs pourront s’équiper de manettes afin de gérer les intenables petits démons. Entre amis ou avec votre famille, le concept du jeu prend des proportions encore plus délirantes et devient davantage addictif qu’il ne l’était déjà en solo. Ne vous privez donc pas de soirées gaming autour de « Think of the Children », car ça en vaut le détour !

Bien que le soft soit assez court, il n’en est pas moins addictif et les nombreux éléments de personnalisation de vos personnages offrent une bonne rejouabilité et rallongent ainsi considérablement la durée de vie du jeu, même si certains trouveront que cela n’est qu’artificiel. Ces éléments se débloquent selon vos scores. Il y en a 3 par palier (C, B, A) à obtenir aléatoirement à la roulette, et 1 plus rare quand vous décrochez le tant convoité A+. Les 310 cosmétiques (chapeaux, hauts, pantalons, accessoires) font parfois référence à d’autres jeux et vous pourrez à ce titre débloquer par exemple la tenue du fameux plombier rouge, qui n’est pas cité dans le jeu pour des raisons évidentes de copyrights.

« Think of the Children » a un concept original et est très fun. Bien que ce jeu de gestion et de simulation soit tout de même un peu loin de la réalité, il n’en demeure pas moins addictif, que ce soit en solo ou, surtout, en multijoueur local, justement parce qu’il ne colle pas à ce que l’on pourrait attendre de lui ! Cette originalité et cet effet de surprise font de ce soft une belle découverte. On se laisse entraîner dans le scénario et on a envie de connaître le dénouement de cette affaire pas tout à fait comme les autres. Les niveaux s’enchaînent inlassablement et l’envie de débloquer les éléments de personnalisation afin de créer ses avatars ainsi que sa famille permet une excellente rejouabilité, d’autant que la difficulté du jeu s’y prête volontiers. Le challenge donne envie de faire le meilleur score possible et l’opus a donc un goût de retournes-y. Si vous ne parlez pas anglais, vous passerez toutefois à côté de l’humour décalé de « Think of the Children » et, par conséquent, d’une grande partie de ce qui fait la force et le charme de ce jeu indépendant surprenant.

Test réalisé par LYNIX WITT sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire