Test : Trine Enchanted Edition sur Nintendo Switch

TRINE ENCHANTED EDITION

Genre : Aventure, RPG, Action
Langues : Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol
Développé par Frozenbyte
Édité par Frozenbyte
Sortie France : 09/11/2018
Prix : 14,99 € sur l’eShop
Taille : 2356,15 Mo
Joueurs : 1 à 3
Age minimum : 12

Site Web Officiel

Si la trilogie Trine s’est faite une place parmi la scène indépendante, ce n’est pas pour rien. Et ce n’est pas non plus anodin si la série entière débarque sur Nintendo Switch, chaque opus étant affublé de sa meilleure version. C’est notamment le cas ici pour le premier jeu qui pose ses valises sous l’appellation Enchanted Edition. Outre ses diverses qualités sur lesquelles nous reviendrons bientôt, le titre nous propose un scénario à la fois simple et plaisant à suivre.

Dans un univers médiéval et fantastique où régnait autrefois la paix, une guerre s’est déclarée et les morts-vivants ont pris possession de tous les lieux connus dans la région où prend place le jeu. Si les magnifiques créatures peuplant ces terres (Dragons et autres) ont disparu ou se cachent, il n’en reste pas moins que les paysages témoignent de ce qu’était ce pays avant l’assaut de l’armée squelettique.

Ainsi, nous découvrons le destin de quelques survivants bien loin de tout ceci, préoccupés par des affaires plus importantes et égoïstes. Dès le début de l’aventure nous voici donc aux commandes de la voleuse Zoya, qui lors de l’une de ses escapades va tomber sur un artefact inconnu. Le plus grand des hasard va faire qu’au même moment vont débarquer le magicien Amadeus et Pontius, chevalier au grand cœur. L’artefact se révélant être le fameux Trine va alors unir littéralement le destin des trois personnages et les transporter dans la contrée dont nous parlions au début et ce afin de mettre un terme aux saccages de l’armée des morts.

Si tout oppose nos protagonistes, ils vont pourtant devoir partager la même “âme” si l’on peut dire ainsi, et coopérer pour avancer à travers la majestueuse contrée. La suite de l’histoire, vous la découvrirez par vous-même via le narrateur qui vous la contera au gré de vos aventures…

Comme dit précédemment, Trine a la particularité de vous faire incarner trois héros en même temps, chacun avec ses talents et particularités qui vous permettront d’avancer avec une grande aisance dans le jeu. D’une simple pression sur les gâchettes latérales vous passerez donc de l’un à l’autre à volonté et instantanément et ce à n’importe quel moment sauf si l’un d’eux venait à mourir en tombant dans le vide ou sous les coups de l’adversaire par exemple.

Toujours est-il que le jeu propose à la fois des phases de plates-formes, de combat et de réflexion mais comme vous avez trois personnages en un, il apparaît évident que ces trois phases viendront rapidement se combiner elles aussi. Pour faire simple, même s’il existe très souvent plusieurs façons de progresser, le magicien sera régulièrement associé aux phases de réflexion : Des boutons à activer, des plates-formes à créer, des ennemis à piéger… Ce dernier peut en effet faire léviter toute sortes d’objets et même en créer afin de déplacer des éléments du décor trop lourds pour lui et les autres, entre autres choses.

La voleuse est quant à elle spécialisée dans les phases de plates-formes. Plus agile, elle dispose également d’un grappin extrêmement utile puisqu’il lui permet d’atteindre moult endroits surélevés et de franchir pas mal d’obstacles. Celui-ci peut en effet s’agripper à tout élément constitué de bois et dans un univers médiéval, il est clair que cela ne manque pas. Zoya est également une archère hors pair et peut en conséquence rompre des cordes situées trop loin pour les autres et bien entendu ralentir et tuer les ennemis avant qu’ils ne vous atteignent.

Enfin, Pontius est le tank de service et est clairement le plus compétent en combat rapproché. Généralement, vos ennemis ne feront pas long feu face à votre épée et votre marteau. Le chevalier est également équipé d’un bouclier qui vous protègera de bien des attaques et pièges qui se dresseront sur votre route. En plus des capacités uniques de chacun des personnages, il existe une dimension RPG dans la progression de vos protagonistes puisqu’ils doivent amasser de l’expérience en tuant les squelettes et en ramassant des potions d’XP. Ainsi ils pourront améliorer leurs compétences et en obtenir de nouvelles, les rendant toujours plus forts.

Qu’on se le dise, la direction artistique de la série Trine est probablement ce qui a fait en premier lieu sa renommée. Malgré un aliasing plus prononcé sur Switch que sur les autres consoles, le premier Trine n’en reste pas moins magnifique et c’est peu dire. Chaque zone traversée par le trio est belle et surtout très détaillée, chaque plan fourmille de détails incroyables, on voit que l’équipe de Frozenbyte a mis du coeur à l’ouvrage pour rendre le plus crédible possible leur univers. Et pourtant ce n’est là que le premier Trine, je vous laisse imaginer la suite…

En outre, chaque zone est associée à une teinte prédominante. Ces filtres sont volontairement accentués afin d’augmenter l’immersion dans le lieu que vous traversez. Vous aurez donc droit à un filtre orange dans les lieux où le feu est présent, une teinte bleutée dans les lieux présentant une prédominance aquatique et tendra vers le violet dans une forêt nocturne où les champignons et autres formes de vie s’illumineront au clair de lune. Ingénieux.

Côté bande-son, nous avons droit à un doublage français de très bonne facture, volontairement cliché (notamment pour Pontius) et donc particulièrement crédible. Entre chaque niveau, le narrateur prend la parole pour nous expliquer le contexte de l’histoire, de l’univers, des découvertes de nos personnages et les conséquences de leurs actes, de leur progression. Cela permet de patienter entre les écrans de chargement afin qu’à aucun moment il n’y ait de ralentissement une fois le niveau lancé.

La durée de vie de Trine est à l’image de son scénario : directe et efficace. Les quinze niveaux du jeu se parcourent en environ 5h en ligne droite et un peu plus si vous comptez trouver toutes les zones secrètes comportant des potions d’XP supplémentaires mais aussi des coffres. Ces derniers sont en réalité un plus non-négligeable, surtout dans les plus hauts niveaux de difficulté, puisqu’ils offrent aux personnages des objets à affubler à n’importe lequel d’entre eux (sachant que neuf objets peuvent être attribués par personnage, ce qui vous laisse une bonne marge de choix). Il peut s’agir de boost de vie, de mana ou d’améliorations des compétences propre à chaque personnage : plus de flèches tirées d’un coup par la voleuse ou plus de plates-formes pouvant coexister d’un coup avec le magicien, par exemple).

Une fois le jeu fini, il existe un niveau bonus qui nécessite une progression différente de celle des autres et qui vous réserve une toute petite surprise… Qui en réalité n’en est pas une. En fait à l’époque de la sortie originale de Trine, celui-ci servait à teaser le second opus. Aujourd’hui on sait qu’il en existe trois alors bon, le teasing tombe un peu à l’eau… Mais ce n’est pas une raison pour cracher dessus !

Enfin, sachez que vous pourrez reparcourir à loisir tous les niveaux avec vos compétences de fin de jeu. Cela facilitera probablement la recherche des coffres et potions ratées auparavant pour les plus complétionnistes d’entre vous.

Possédant à la fois un univers onirique et crédible ainsi qu’un gameplay original, le premier Trine a déjà tout pour plaire. Si l’on regrettera l’aliasing un peu trop prononcé, cela ne nous empêchera pas de nous émerveiller devant la beauté des décors et les choix de level design des développeurs de Frostbyte. En réalité une fois le jeu terminé, on aimerait en avoir un peu plus car le soft donne tout de même l’impression, en terme de gameplay pur, de ne pas avoir exploré toutes les possibilités qu’il a à nous offrir, de même qu’un manque de variété prononcé au niveau des adversaires. Fort heureusement, les deux autres opus de la saga ne vont pas tarder à arriver et avec eux bien entendu, de nouvelles possibilités vont s’offrir à ceux qui auront accroché à ce Trine Enchanted Edition.

Test réalisé par IBLIS sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire