Test : Two Parsecs From Earth sur Nintendo Switch

Test : Two Parsecs From Earth sur Nintendo Switch

Genre : Plateformes, Die ‘n Retry
Langues : Multilingue 
Développé par Abx Games Studio
Édité par Ratalaika Games
Sortie France : 16/10/2020
Prix : 7,99€ sur l’eShop
Taille : 318 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 7+

Site Web Officiel

L’univers du jeu vidéo regorge de jeux de plateformes et de die ‘n retry en tous genres. Difficile de sortir du lot quand de superbes licences et jeux indépendants ont déjà vu le jour. Certains softs arrivent malgré tout à attirer l’attention, comme Two Parsecs From Earth. Il ne paye pas de mine au premier abord mais s’avère addictif dès les premières minutes.

Nous incarnons en effet le petit robot Z3-L1, contraint de faire atterrir son vaisseau en catastrophe sur Diminium. Cette planète rocheuse n’est pas très hospitalière, et les environnements sont hostiles. Pour réparer son engin, Z3-L1 est contraint de trouver des batteries et des cargaisons.

C’est une mission d’exploration qui nous est confiée. Au tout début, Z3-L1 ne peut pas sauter et doit d’abord réparer sa jambe en panne. Ceci fait, le jeu nous met directement face à un choix cornélien : apprendre à faire un double-saut ou un dash? Ce n’est pas du tout anodin, puisque la capacité sélectionnée désactive la seconde. Cela nous force à choisir un chemin que nous n’aurions pas pris autrement.

Ainsi, Two Parsecs From Earth nous offre la possibilité d’expérimenter notre aventure selon nos préférences. A trois reprises, il nous force à opter pour un des deux pouvoirs proposés. On ne peut pas atteindre une cargaison tout en haut d’une plateforme sans le double saut. De même, on ne peut pas traverser un mur vertical sans la capacité adéquate.

Tous les objets disséminés dans chaque tableau ne sont pas récupérables en une seule partie. Le New Game + est le seul moyen de faire les choix contraires et d’obtenir les dernières et précieuses cargaisons permettant le 100%.

Le soft se veut donc comme un Metroidvania. Hormis l’exploration, il faut revenir fréquemment sur nos pas une fois nos nouveaux pouvoirs débloqués. La carte est de taille correcte, avec la possibilité d’aller en haut comme en bas, à gauche comme à droite. Les ennemis rencontrés ne sont pas très nombreux mais sont souvent placés aux endroits qui demandent un peu de concentration. De même pour les picots, qui désintègrent notre petit robot dès qu’il les touche.

Et c’est là que le terme die ‘n retry prend tout son sens. Z3-L1 n’a pas de jauge de vie. Dès qu’il se fait toucher, il meurt et on doit recommencer au début du niveau. Les cargaisons que nous avions récupéré à cet endroit disparaissent à leur tour. Il faut donc refaire les zones compliquées et éviter de mourir de nouveau pour valider l’obtention de ces objets. Heureusement, changer de zone sauvegarde notre inventaire.

En cela, Two Parsecs From Earth est vraiment punitif. Il ne faut pas aller trop vite sous peine de tomber malencontreusement sur des picots. Les sauts sont exigeants, surtout lorsqu’il faut atteindre des distances ou des sommets. Appuyer sur le bouton de saut trop prêt du bord ne fait pas bondir notre héros. Quelle frustration! En voulant pendre trop d’élan, on finit par chuter malencontreusement dans les picots qui nous séparent de la plateforme à atteindre. Et nous mourons beaucoup de cette manière…

Chose amusante : le jeu nous met à disposition un compteur de “morts”. Et à l’occasion, Z3-L1 nous fait quelques petits remarques, histoire de nous faire comprendre que nous sommes un peu nuls.

La planète Diminium a beau être hostile, elle n’en reste pas moins magnifique. Les décors sont très beaux, avec de belles nuances de bleu, de vert ou de rose. Le level-design est assez travaillé, chaque zone étant différente. Plus nous descendons et plus nous rentrons dans les entrailles de la planète. Quant au robot Z3-L1, il rappelle les petits pit droids de la saga Star Wars.

Les musiques sont simples mais de bonne qualité. L’ambiance est sombre et évolue en fonction des capacités choisies.

Le soft n’est pas très long dans sa progression mais la difficulté et les pouvoirs obtenus peuvent rendre une première partie laborieuse. Les joueurs les moins habitués aux plateformers exigeants comme celui-ci risqueront aussi d’y passer du temps. Avec le New Game +, la quête des cargaisons et la chasse aux succès, il faut au maximum 7-8 heures pour en venir à bout.

Entre exploration, plateformes et die ‘n retry, Two Parsecs From Earth est un jeu exigeant et addictif. Il nous met à l’épreuve et nous pousse à nous dépasser pour obtenir le 100%. Le principe du choix des capacités est original et oriente chacune de nos parties pour moins de redondance. La durée de vie est cependant courte et on aurait aimé plus de niveaux et d’autres ennemis et pièges. Une belle découverte ! 

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire