Test : VSR – Void Space Racing sur Nintendo Switch

VSR : Void Space Racing

Genre : Course
Langues : Anglais Sous-titres : Anglais
Développé par SONKA
Édité par SONKA
Sortie France : 20/07/2018
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 653,26 Mo

Site Web Officiel

Le dernier né des studios Sonka ne possédant pas de scénario, puisque c’est un jeu de course arcade, passons directement  au gameplay du titre ! Void Space Racing, tout est dit. Vous êtes aux commandes d’un vaisseau spatial en concurrence avec sept autres pilotes (d’une couleur différente), à qui vous devez arracher la victoire. Sachant que vous êtes dans le vide sidéral, il n’y a donc aucune route à suivre. Comment donc savoir où aller ? Très simple : Il faut passer à travers une série d’anneaux disséminés à travers les différents stages, sachant que seuls les deux prochains à passer sont indiqués sur votre viseur : Le plus proche est fléché en rouge, tandis que le suivant l’est en bleu.

Et indiqués, heureusement qu’ils le sont puisque vous aurez tôt fait de vous perdre en l’absence de chemin physique à suivre ! En effet, votre vaisseau accélère de manière exponentielle et il n’existe qu’un bouton pour freiner TRÈS fort, les gâchettes latérales ne servant qu’à faire pivoter votre vaisseau sur lui-même afin de vous retrouver de nouveau la tête à l’endroit (et pivoter un peu mieux à gauche et à droite). Le principal souci lié au vide spatial, c’est qu’il est extrêmement difficile de tourner si l’on accélère trop, et on a tôt fait de partir à la dérive en ratant le petit anneau à traverser malgré la présence d’un curseur vous indiquant vers où vous vous dirigez. Ajoutez à cela une IA vraiment forte (même en facile) qui vous dépassera aisément à la moindre erreur, et on obtient un jeu à la difficulté vraiment abusée.

Void Space Racing se veut assez mitigé dans sa réalisation, puisque le jeu n’est pas moche mais il n’essaye pas non plus d’être beau. C’est un jeu  interstellaire et l’espace, les planètes et les stations spatiales qui servent de décors ne sont pas folichonnes, on a déjà vu bien plus poussé et surtout plus variés (sauf la dernière map, vraiment extravagante)… En revanche, les vaisseaux que l’on pilote sont certes simples mais jolis, que ce soit au niveau des reflets ou de la modélisation. C’est surtout par ses effets spéciaux que le titre se démarque, les effets de vitesse étant un réel plus pour l’immersion et l’usage de lens-flare pour simuler les éclats du Soleil étant utilisés avec parcimonie.

Musicalement, le titre ne flambe pas vraiment mais la musique s’accorde bien avec le thème de la course spatiale. Nous avons donc droit à de l’électro dynamique qui nous plonge dans l’ambiance combats planétaires.

Le jeu propose en tout et pour tout 8 courses et 3 vaisseaux (possédant huit coloris uniques chacun), sachant qu’au début une seule course et un seul engin sont accessibles. Le reste se débloque en finissant les courses une par une dans le mode Single Race, (au fur et à mesure de vos victoires en première place, que ce soit en facile, moyen ou difficile) . Hormis ceci, le jeu propose un mode Time Trials avec un leaderboard en ligne pour comparer vos performances avec autrui et un mode multijoueurs à deux en écran splitté sur la même console. Un mode en ligne n’aurait pas été de refus pour un jeu de ce genre !

Enfin, VSR propose un mode Entrainement et un tutoriel plus que bienvenue. Évidemment, l’écran-titre nous laisse le choix de modifier quelques options, principalement sonores en fait. Bref, avec tout ça vous aurez fait le tour de tous les élements inédits en 5h maximum je pense, tout dépend de vos talents de pilotes en fait ! Mais pour les acharnés de scoring, la durée de vie peut aller bien au-delà de ça.

Le principe de VSR part d’un bon sentiment : offrir un jeu de course sans piste réelle, où les seuls obstacles rencontrés seront quelques éléments dérivant dans le néant spatial et surtout vos compétences de pilotage. Seulement, la gestion du vide est peut-être un peu trop réaliste et l’intelligence artificielle qui ne plaisante pas en font un jeu très difficile à prendre en main, d’autant plus que les checkpoint à franchir doivent l’être avec une précision d’horloger ! Ajoutez à cela un contenu peu fourni et une absence de mode en ligne, et vous obtenez un jeu qui aurait largement gagné à être plus travaillé. C’est d’autant plus étonnant que les concepteurs de  Sonka ont déjà réalisé des jeux de bien meilleure facture par le passé, même si d’un style totalement différent. Au moins, on ne pourra pas leur reprocher d’avoir essayé quelque chose de peu commun avec Void Space Racing. Terminons sur une note positive : une fois le gameplay vraiment maîtrisé, on s’éclate comme un petit fou, surtout avec un ami où tout peu très vite partir en franche rigolade et ça, ça n’a pas de prix !

Test réalisé par IBLIS sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire