Test : WRC 9 sur Nintendo Switch

Test : WRC 9 sur Nintendo Switch

Genre : Course, Sport, Simulation
Langues : Allemand, Anglais, Français, Italien, Coréen, Portugais, Russe, Chinois
Développé par KT Racing
Édité par Nacon
Sortie France : 11/03/2021
Prix : 49,99€ sur l’eShop, 59,99€ version boîte
Taille : 14100,00 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 3

Site Web Officiel

Amoureux du bitume ou des chemins boueux, WRC 9 lance une nouvelle saison sur Nintendo Switch. De la catégorie WRC Junior à Légende, il y en aura pour tous les goûts en matière de rallye. L’arrivée de 3 nouvelles destinations (Japon, Kenya et Nouvelle-Zélande) va vous faire découvrir de nouveaux tracés repoussant toujours les limites de vos bolides.Ainsi que votre talent de pilote qui demandera toujours plus d’anticipation, de réflexes aiguisés et une prise de risque au bon moment afin de faire tomber les chronos sous les yeux ébahis des spectateurs. D’ailleurs une toute première spéciale vous attend d’entrée de jeu afin de définir votre niveau.

Un démarrage pied au plancher avant de se lancer dans une carrière plus maîtrisée.

Conduite accompagnée. Ou pas.

Aussitôt au volant, les commandes de bases sont les suivantes:

Le frein à main, toujours un succès

Rajoutez X pour revenir sur la piste, R pour l’allumage des phares et L pour les essuie-glaces.

Très utile avec cette vue

À partir de là, tout est paramétrable ! Vous souhaitez une accélération analogique ? Aucun problème: mettez le stick droit en accélérateur (et enlevez la gestion des caméras latérales) afin de dosez la puissance. Quant aux possesseurs d’un volant Switch, un menu spécial est dédié afin de tester sa compatibilité et ainsi accéder à différents calibrages.

Ne lâchez rien et revenez dans le vert !

Quelque soit votre configuration de pilotage, les sensations sont au rendez-vous retranscrivant très bien les différents types de véhicules. Les puristes désactiveront toutes les aides afin de pousser l’aspect simulation au maximum.

Si le KT Engine fait des miracles sur la modélisation et le comportement des véhicules, il fait ce qu’il peut pour afficher des décors pas toujours de toute beauté. Hormis une excellente distance d’affichage de la route, certaines textures de paysage s’affichent très tardivement pour un rendu pas toujours flatteur.

Des sapins scintillants finlandais

Notons que le mode TV s’en sort bien malgré un aliasing présent qui va vraiment se donner en spectacle en mode portable. Et ce dans n’importe quel circuit des 13 environnements disponibles.

Tradition oblige, le mode photo est là

Côté son c’est du tout bon grâce aux voix des copilotes (dans différentes langues) et aux vrombissements réels de la trentaine de véhicules disponibles. Si bien qu’on ne fait même pas attention aux bruitages des hélicoptères et autres drones tant l’immersion sonore est réussie.

Le rallye de Turquie est vraiment joli

Une carrière à tracer

Héritage et point fort de l’opus précédent, le mode carrière se veut toujours aussi complet.

En plus d’être pilote, vous devrez gérer votre carrière mais aussi celle de vos collaborateurs ! Plus facile à dire qu’à faire, vous ne serez pas pressé par le temps pour y arriver mais vous perdrez des points bonus suivant vos choix. Cependant il est inutile de se précipiter en engageant le premier mécanicien venu, surtout s’il demande un gros salaire. Faites d’abord quelques courses bien classées histoire de faire rentrer du cash (avec au moins un repos sur votre calendrier) et montez votre propre stratégie de réussite. Une réussite progressive maintiendra un bon moral de votre écurie mais débloquera de nouvelles performances un peu plus tard.

Et il y a de quoi débloquer !

Faites comme bon vous semble car votre carrière vous ressemblera, non ?

Parties rapides et Clubs Online

En plus du solide mode carrière, vous trouverez de quoi arpenter la centaine de spéciales (reverse compris) comme bon vous semble. D’une saison complète à une partie libre en passant par un essai constructeur, paramétrez la météo pour redécouvrir les pistes sous un nouveau jour.

Certes votre connaissance du tracé sera un plus mais l’impact de la météo viendra considérablement changer votre pilotage. Les développeurs ont vraiment assuré sur ce point.

Même tracé mais conduite à adapter

Concernant le multijoueur, il sera uniquement online sous forme de club.

Un choix déjà vaste

À créer ou à rejoindre, un club comporte des spéciales paramétrées par son créateur. Chaque participant verra son temps et son fantôme enregistrés afin que le classement puisse être établi.

Et il y a déjà du niveau

Il ne vous reste plus qu’à donner le meilleur de vous-même avant la clôture des épreuves !

WRC 9 continue sa lancée sur Nintendo Switch en proposant une conduite pointilleuse et un mode carrière regorgeant de surprises. Si on pardonne très facilement la gestion “arcade” des dégâts, on regrette vraiment que le rendu portable soit juste correct, voir moyen suivant les environnements. À jouer de préférence en mode TV pour profiter pied au plancher du généreux contenu qu’il propose.
 

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire