Test : Zotrix Solar Division sur Nintendo Switch

ZOTRIX SOLAR DIVISION

Logo de Zotrix Solar Division

Genre : Tower defense, simulation, stratégie
Langue : Anglais Sous-titres: Anglais
Développé par ZeroBit Games
Édité par Ocean Media
Sortie France : 12/04/2018
Prix : 14,99 sur l’eshop
Taille : 196,08 Mo

Site Web Officiel

Zotrix Solar Division vous met dans la peau d’un commandant de défense. Un appel de détresse est émis de la station York, près de la planète-mère Zotrix. Comme vous êtes le seul dans le secteur à pouvoir intervenir, vous vous rendez sur place, pour découvrir le message laissé par la commandante de la station.

Cinématique d'introduction
L’arrivée du vaisseau sur la station York

Vous voilà chargé de la mission de sécuriser la station  et les alentours. Autrement dit, vaincre tous les vaisseaux aliens qui représentent une menace, et qui attaquent les différentes installations sous votre protection.

Tower defense dans l’espace, Zotrix Solar Division propose de multiples installations pour vaincre les vagues ennemies. Tourelles lasers, ou émettant des chocs électriques ralentissant les vaisseaux, missiles, drones… À vous de faire les bons choix. Le côté gauche de l’écran vous montre les équipements à votre disposition, dépendant de la mission choisie, sélectionnables par une pression sur le joystick gauche. Une fois votre tourelle installée en échange de crédits, en la sélectionnant avec ZR vous pourrez l’améliorer (toujours en dépensant la précieuse monnaie), la détruire  – ce qui permettra de récupérer un peu d’argent –  ou définir les cibles à attaquer en priorité avec L et R.

Sélection d'une tourelle
Les options des tourelles en jeu

Le côté opposé, contrôlable par le joystick droit, permet d’avoir les informations et accès aux options comme le contrôle des vagues, ou la vitesse du jeu. Il faudra faire cependant attention avec les joysticks, car ils sont sensibles et les déplacements très rapides, tout comme le tactile.

Les missions proposent différents types de carte, et des objectifs pouvant varier. Dans certains cas il faudra empêcher les cibles d’atteindre l’autre bout de l’écran, ce qui fait perdre des vies, dans d’autres le but sera de protéger une installation, mobile ou non, sans que les vies influent même si les ennemis atteignent l’autre bout de l’écran.

Exemple de mission
Un exemple de mission avec un trajet simple

Les aliens suivent une trajectoire indiquée à l’écran, avec le point de départ signalé par une petite marque rouge pour savoir d’où viendra l’attaque à chaque vague, ce qui permet de placer ses tourelles en conséquence. Concernant les vaisseaux ennemis, ceux-ci ont différentes classes, influant sur leur résistance, leur vitesse et leurs faiblesses face aux tourelles, certaines ayant un boost contre telle ou telle classe. Mais pour le savoir, il faudra étudier l’encyclopédie, heureusement accessible à tout instant via l’aide.

Tower defense en vue de dessus, Zotrix Solar Division présente des graphismes simples, voire minimalistes dans certaines cartes.  Les tourelles, représentées par des icônes, sont parfois peu claires, deux installations différentes pouvant être quasiment identiques à l’image, notamment en mode portable. Les engins ennemis pourront aussi se confondre. Et cette multiplication des éléments, entre les installations de défense, les vaisseaux et les tirs dans tous les sens, aura pour conséquence un manque de fluidité, la console ayant du mal à gérer, notamment lors des dernières vagues où des vaisseaux plus gros et plus résistants sont de sortie.

Graphismes simples chargés
La surenchère d’éléments graphiques basiques à l’écran

Quant au sound design, là aussi c’est perfectible. Les pew pew pew des lasers seront vite insupportables, alors que c’est la tourelle de base, donc la moins chère, très utilisée au début des parties. Et l’ordinateur de bord en rajoute, avec des « well done, commander », très fréquents même quand on a l’impression de mal jouer. Heureusement, on peut  désactiver ou diminuer les effets sonores dans les options. La musique quant à elle n’est pas mauvaise, mais sera très vite oubliable, surtout qu’elle n’a rien d’épique. On affronte des centaines de vaisseaux aliens, mais elle semble sortir d’un ascenseur, et ne change pas.

Le jeu dispose de quinze planètes, chacune comportant trois missions, dont deux obligatoires pour débloquer la suite. Et ces dernières pourront s’avérer longues, très longues, suivant le choix de tourelles. Les ennemis sont nombreux, on dépasse souvent la vingtaine de vagues, soit plusieurs centaines de vaisseaux à détruire. Autant dire que si vous gérez mal vos tourelles et vos positions, vous pourrez passer plusieurs dizaines de minutes sur une mission. Un système de sauvegarde automatique à la fin de certaines vagues est néanmoins présent, permettant de ne pas avoir à recommencer toute la mission en cas d’échec.

Exemple de mission longue
Trente-cinquième vague, plus de mille ennemis vaincus

Différentes options sont possibles, afin d’adapter l’expérience de jeu à ce que l’on souhaite : trois niveaux de difficulté sont proposés, mais aussi la possibilité d’avoir un nombre de tourelles limité, de commencer avec 40000 crédits dès le départ (vaincre les ennemis ne redonnera cependant pas de crédits) ou un mode sans fin… le jeu offre suffisamment de variété pour que ce ne soit pas trop répétitif.

Zotrix : Solar Division a du potentiel. On a différents types de carte et de mission, des options intéressantes qui peuvent sans doute permettre au joueur chevronné de varier les parties, en s’ajoutant des difficultés, ou en cherchant à faire le meilleur score possible. Mais le néophyte aura peu d’explications et ce sera à lui de découvrir, en jeu, les effets des tourelles et des vaisseaux. Ajoutez à ça la longueur des missions, qui se résument à attendre pendant les trois quarts du temps. N’ayant pas l’habitude des tower defense, je ne sais pas si je faisais de mauvais choix, ou si c’est juste les ennemis qui sont tellement nombreux que la mission dure longtemps, même en mode facile. Très dommage, car le jeu n’est pas mauvais, mais l’expérience est un peu gâchée.

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire