Critique de livre : Castlevania, le manuscrit maudit

Castlevania, le manuscrit maudit

Genre : Livre
Auteur(s) : Gianni MOLINARO
Éditeur : Third Editions
Langue : Français
Sortie France : 17/05/2018
Prix : 19€90

Caractéristiques

Pages : 200
Format : 170 mm × 240 mm
Couverture : souple

Site Web Officiel

 

Castlevania : Le manuscrit maudit est un ouvrage paru chez Third Editions. Ce qui frappe le lecteur d’emblée, c’est avant tout la beauté de ce livre. En effet, l’œil est immédiatement frappé par cette fabuleuse couverture souple cartonnée mettant en scène un Dracula majestueux, qui en impose par son charisme, ainsi qu’une mise-en-scène très sombre autour de laquelle les tons rouges et les quelques touches de lumière font ressortir ce personnage emblématique d’une licence qu’on ne présente aujourd’hui plus. Le souci du détail est ici bien présent, puisque le vampire dispose d’une texture différente du décor, avec un rendu verni très agréable, non seulement pour les yeux de part l’effet de brillance, mais également pour les doigts, car la sensation qu’elle procure est très agréable au toucher.

On y est désormais habitué, la qualité de la réalisation est au rendez-vous. Tout a été pensé pour rendre la lecture la plus immersive possible. En effet, ici aussi le sens du détail est important étant donné qu’on retrouve quelques (rares) illustrations en noir et blanc, accompagnées de polices d’écriture qui collent parfaitement à l’univers de la série mythique de Konami. La mise en page est très aérée, avec une taille de texte plus que convenable. On se plonge avec plaisir dans ce livre, bien qu’on aurait évidemment aimé avoir plus d’images pour accompagner tout l’historique des jeux et de la famille Belmont. Il est important d’à nouveau souligner que ce choix n’est pas anodin de la part des éditeurs. Effectivement, les coûts de production auraient été bien différents si leurs ouvrages proposaient ce genre de contenu et c’est une donnée à prendre en compte. Cela étant dit, l’essentiel reste les analyses proposées, mais nous y reviendront un peu plus tard dans le test.

Le premier élément qui est mis en avant dans cet ouvrage, c’est la présence d’une préface d’Adi SHANKAR, c’est-à-dire le showrunner de la série Castlevania disponible sur Netflix. C’est un autre petit détail, mais il est plaisant de savoir pourquoi la saga l’a marqué et comment elle l’a influencé. Ce « manuscrit maudit » porte bien son nom et il fourmille de clin d’œil à cette idée de base. Par exemple, les chapitres sont ici qualifiés de livres pour vraiment donner l’impression que nous tenons entre nos main un véritable manuscrit, une sorte de grimoire dédiée à l’univers vampirique de Castlevania. Il est à noter que chacun de ces livres fourmille d’anecdotes en tout genre qu’on prend beaucoup de plaisir à (re)découvrir.

La première partie, « Chasseurs de vampires », s’intéresse aux différents jeux composants la saga depuis les opus en 2D, en passant par ceux en 2,5D, puis en venant jusqu’à ceux de l’ère 3D. La force principale de cette publication, c’est qu’elle aborde autant les réussites que les échecs de Castlevania. On en apprend plus sur les inspirations des développeurs, des explications sur le choix du fouet comme arme principale, des informations sur le contexte et l’ambiance des softs — notamment du château culte de Dracula ­—, des analyses sur les changements apportés par chaque opus en terme de gameplay ou de scénario, des commentaires sur la mode des remakes (bien plus ancienne qu’on ne le pense !), des éclaircissements sur la place de la religion dans la licence avec la censure qui lui est liée, des précisions sur les révolutions qu’apportent certains titres, dont notamment l’émergence du genre Metroidvania et l’influence d’autres genres tels que les RPG et beat them all ou d’autres licences comme Resident Evil. On y décrypte aussi la ribambelle de spin-off et y aborde le cas de Bloodstained : Ritual of the Night.

Le second volet, « Histoire de famille », se concentre sans surprise sur les Belmont, mais aussi sur d’autres héritiers et clans. Le petit plus, ici, c’est que l’auteur, Gianni MOLINARO, nous propose un compte-rendu chronologique avec des sous-titres qui nous éclairent dans notre lecture. C’est ainsi que nous explorons cet arbre généalogique pas comme les autres. Attention toutefois, car le tout est truffé de révélations, puisque chaque résumé présente les différentes fins possibles et opte pour la meilleure d’entre elle. De plus, on y apprend si les épisodes sont officiellement considérés comme étant canoniques ou non, ce qui est toujours bon à savoir pour les puristes. Enfin, on y découvre les influences culturelles (littérature, cinéma, mythologie, religion) ayant joué un rôle important dans la conception de cet univers riche. Selon moi, c’est l’un des intérêts principaux de ce « manuscrit maudit », car les analyses y sont vraiment très intéressantes et instructives.

La troisième section, « Seigneurs de l’ombre », se focalise sur le reboot de la saga avec les épisodes Lords of Shadow du studio espagnol MercurySteam. L’approche est la même que celle de la section précédente, mais on y découvre une autre réalité que celle des jeux précédent. En effet, bien qu’il y ait des similitudes avec l’avant Lords of Shadow, le fond reste bien différent puisque le protagoniste principal est différent, tout comme les origines de Dracula.

La dernière partition qui nous est proposée est évidemment une parenthèse musicale, car qui dit Castlevania dit bande-son emblématique. C’est avant tout la marque de Michiru YAMANE qui sera mise en avant, tout comme les inspirations allant du chiptune à la musique classique, puis à ce qu’on pourrait qualifier de « barock », tout en passant par des sonorités parfois plus électroniques.

Le « manuscrit maudit » de MOLINARO se lit comme un roman et avec beaucoup de plaisir. On se sent tellement happé par son style d’écriture qui est à la fois très fluide et très accessible que l’on ne voit plus le temps passer. À chaque page terminée, l’envie de la tourner afin de découvrir la suite est bel et bien présente, ce qui n’est pas négligeable ! Le décryptage de cet univers riche est de qualité et ne donne qu’une seule envie : allumer ses consoles afin de se replonger dans ce monde sombre et vampirique qui a su marquer son époque il y a maintenant plus de 30 ans et sans cesse tenter de se renouveler depuis, parfois avec des coups de maître, parfois avec des échecs cuisants, mais toujours en gardant son essence propre.

On ne peut que remercier MOLINARO pour le travail de recherche effectué sur cet ouvrage. Les partis pris (division en « livres », présentation de chaque opus puis décryptage chronologique) sont d’excellentes idées qui facilitent la lecture et permettent aux lecteurs de se plonger sans aucun souci dans les résumés et les analyses de l’auteur. Les nombreuses anecdotes et informations à retenir font preuve d’une véritable volonté de proposer un ouvrage le plus exhaustif possible. La seule ombre au tableau, c’est qu’il n’y a pas de bibliographie afin de pousser la lecture un peu plus loin.

Castlevania : Le manuscrit maudit est un livre de qualité qui se lit avec beaucoup de plaisir et presque comme on lirait un roman. L’envie de tourner les pages est là et les bonnes idées sont nombreuses, ce qui donne constamment envie de continuer sa lecture. Le souci du détail, les anecdotes qui foisonnent, le style d’écriture de l’auteur, la couverture de toute beauté, les analyses opus par opus qui permettent ensuite de se plonger dans un décryptage chronologique, et j’en passe : tout a été pensé afin que la lecture soit fluide et agréable. Ce n’est plus une surprise, mais c’est encore une réussite pour Third Editions qui prouve à nouveau que les membres de ses équipes sont des experts ainsi que des passionnés, mais aussi que son savoir faire dans l’édition de livres dédiés à la sphère vidéoludique n’est plus à prouver. C’est simple : cet ouvrage est un must-have pour tous les fans, mais aussi pour les plus curieux qui seraient intéressés par cet univers vampirique pas comme les autres.

ACHETER VOTRE LIVRE AU MEILLEUR PRIX ICI 


Test réalisé par LYNIX WITT sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos via nos liens sponsorisés

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire