Test : Contra Anniversary Collection sur Nintendo Switch

Contra Anniversary Collection

Genre : Action, Arcade, Run ‘n Gun
Langues : Anglais, Japonais Sous-titres : Anglais, Japonais
Développé & édité par KONAMI
Sortie France : 11/06/2019
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 1100,44 Mo
Joueurs : 1-2
Age minimum : 7

Site Web Officiel

Quasiment un mois après la très bonne compilation Castlevania, KONAMI continue sur sa lancée en sortant une nouvelle collection cette fois-ci dédiée au célèbre run ‘n gun Contra. Cette série de jeux-vidéo lancée en 1987 a connu son âge d’or au début des années 90 et a influencé d’autres licences bien connues telles que Metal Slug et Turrican. En célébration du 50e anniversaire de la firme japonaise, elle est aujourd’hui de retour et prête à rendre fous les nostalgiques et retrogamers.

Les différents opus se déroulent dans les années 2630, un futur marqué par les invasions extra-terrestres. Cette race connue sous le nom de “Red Falcon Organization” mène diverses offensives pour prendre possession de la planète Terre. Heureusement elle est contrée par le commando d’élite “Contra”, le seul rempart contre l’annihilation. Les deux soldats Bill et Lance (aux faux airs de Stallone et de Schwarzenegger) sont les deux militaires que nous incarnons.

Les jeux Contra ont été commercialisés sous différents noms en fonction des plate-formes et des régions. Ainsi, le titre de la série ne change pas au Japon et aux Etats-Unis. En Europe, en revanche, il est la victime de la censure allemande qui interdisait la vente de jeux violents aux mineurs. Contra devient donc Probotector et les mercenaires sont remplacés par des robots. Le gameplay reste le même mais l’ambiance devient tout à coup beaucoup plus futuriste.

La compilation ci-présente prend donc en compte ces différences et nous propose fièrement dix jeux qui ont vu le jour entre 1987 et 1994. L’ennui, c’est que la plupart d’entre eux fait office de doublon. En effet on retrouve 3 mêmes versions de Contra (Arcade, Nes, Famicom), et Super Contra (Arcade) et son homologue NES (Super C) n’ont que peu de différences. Sortie en Europe, Super Probotector : Alien Rebels est la version censurée (et donc robotisée) de Contra III : The Alien Wars. De même pour Probotector (Mega Drive) et Contra : Hard Corps (Genesis). Seul Operation C (Game Boy) arrive à tirer son épingle du jeu parmi ce méli-mélo, car unique et non porté.

Quoi qu’il en soit, se replonger dans les run ‘n gun des années 80/90 est toujours un vrai plaisir. Rien de meilleur que de tirer dans le tas avec des gros flingues, sauter de plateformes en plateformes et annihiler humains et extra-terrestres à travers des niveaux complexes et parfois longs. Il faut retrouver ses vieux réflexes, éviter les pièges et risquer sa vie en permanence.

La difficulté est sacrément élevée, même en choisissant le mode “Facile”. Les moins aguerris perdront sans aucun doute des quantités de vies en l’espace de quelques dizaines de secondes. Eh oui ! Contra c’est aussi la bonne période des die ‘n retry dans lesquels il faut se souvenir des recoins dangereux et des tirs vicieux (et bien placés!) de nos adversaires. Les boss demandent aussi un moment d’adaptation pour comprendre leurs schémas d’attaque.

Cette collection nous montre aussi l’évolution de la série en l’espace de sept ans. Elle a gardé ses caractéristiques principales (décors futuristes, power-up en forme de lettres, ennemis par milliers…) mais s’est améliorée avec le temps. Mode 7, scrolling vertical, niveaux en moto, alternance entre deux armes et possibilités de s’accrocher aux murs font partie de ces petits détails qui enrichissent le gameplay et lui donnent plus de nervosité. Cette expérience s’apprécie encore plus à deux car des stratégies peuvent se mettre au point pour mieux progresser dans les stages difficiles.

Les graphismes sont fidèles aux versions originales. La luminosité et les contrastes ont été améliorés pour renforcer les sprites de l’époque et l’ambiance militaro-futuriste. Les options d’affichage destinés aux amateurs de vieilleries sont toujours de la partie. Les flous, lignes de balayage, parasites, et autres pixels perfect apportent un petit plus mais peuvent renforcer la désuétude des épisodes NES ou Arcade. Le rapport de forme se modifie (4:3 ou 16:9), mais le plein écran étire beaucoup trop l’image et la rend affreuse.

Les musiques et les bruitages n’ont bien sûr pas été retouchés. On retrouve ces mélodies et ces rythmiques nerveuses qui se marient parfaitement à l’atmosphère explosive des jeux.

L’émulation aurait été presque parfaite s’il n’y avait pas eu quelques soucis de frame rate (ralentissements à certains endroits) et de sons (certains bruitages étouffés).

En termes de stockage, cette collection prend bien plus de place que ses grandes sœurs (1110 Mo). Une récente mise à jour intègre quelques versions japonaises supplémentaires dédiées aux puristes, sans incidence sur l’intégrité de la compilation. Il est cette fois-ci possible de choisir son niveau de difficulté (Facile, Moyen, Difficile et Très Difficile), une option de jeu qu’on ne retrouvait pas à l’époque chez Contra. C’est à se demander si le “Très Difficile” est faisable, quand on sait qu’en “Facile”, c’est déjà une épreuve. Heureusement, les moins courageux pourront profiter de la sauvegarde rapide (un seul slot cependant) pour ne pas avoir à tout recommencer depuis le début.

On retrouve un bel ebook de 74 pages nommé The History of Contra. Souffrant de l’absence de traduction, ce bonus apporte des détails sur chaque jeu. Nous retrouvons leur chronologie ainsi qu’une analyse du gameplay et des caractéristiques principales de la série. Les interviews du producteur Nobuya Nakazao et du graphiste Tom DuBois nous en disent plus sur la conception des épisodes.

Enfin, les documents préparatoires sont un vrai trésor pour les fans de la saga : scénarios, plans des niveaux, dessins conceptuels, points marketing…

Là encore, une version physique n’aurait pas été de refus !

C’est avec Contra que KONAMI clôt sa trilogie anniversaire. Le géant japonais avait fait forte impression avec son premier volume dédié aux jeux d’arcade et son second opus hommage à Castlevania. Il aurait pu terminer en beauté mais rate un peu le coche en proposant une sélection de jeux qui manque de diversité. À la place des doublons qui parsèment cette compilation, on aurait apprécié les versions PlayStation (Contra : Legacy of War), PlayStation 2 (Contra : Shattered Soldier) ou DS (Contra IV) par exemple. En tout cas, c’est toujours sympathique de retrouver ces run ‘n gun dynamiques et ô combien difficiles, qui nous préparent au nouvel épisode à paraître en septembre prochain.

Test réalisé par Mataï sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire