Test: Downwell sur Nintendo Switch

Downwell

Genre : Arcade, Action, Jeu de Tir, Plate-Forme
Langues : Japonais, Anglais, Espagnol, Français, Allemand, Italien, Portugais, Russe 

Sous-titres : Pas de sous-titre
Développé par Moppin
Édité par Devolver Digital
Sortie France : 31/01/2019
Prix : 2.99€ sur l’eShop, pas de version boîte
Taille : 68.16 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3 ans

Site Web Officiel

Un jeune héros décide de s’aventurer seul, dans les profondeurs d’un puit à la recherche de grands trésors. Sa seule arme ? Des bottes-pistolets pour faire face aux monstres accueillant sa chute sans fin.

Descendez au plus profond de ce puit, dans les ténèbres regorgeant de terribles créatures ainsi que de mystérieux secrets. Chaque périple est différent !

Une partie, consiste à atteindre et vaincre le boss final, vous passerez par 4 sections différentes avant d’y arriver, comme la caverne, ou bien les catacombes.

Avant de commencer votre partie, vous avez le choix entre plusieurs personnages, dit Styles. Vous les débloquerez en jouant, ils ont chacun leur particularité, plus de PV, le pouvoir de flotter, et autres.

Le jeu ne propose aucun tutoriel, car la prise en main est très simple, les joysticks ainsi que la croix directionnelle pour se déplacer horizontalement. Les autres boutons servent pour sauter, et tirer une fois dans les airs. Avec ces mécaniques, vous pouvez tuer tous les ennemis en leur tirant dessus, ou bien comme Mario, sauter sur certains suffira à les achever. Durant la partie vous pourrez adapter votre style de jeu selon votre préférence, d’une part grâce aux améliorations et aux engins de tir. Ceux-ci transforment vos bottes-pistolets, du simple coup par coup du début en différents paternes, comme le fusil à pompe, la mitraillette ou même le laser.

Selon l’engin, la consommation de munition est différente. Vous pouvez augmenter votre maximum d’énergie en collectant des modules, ou bien grâce au shop. La grande difficulté du jeu réside dans l’optimisation de l’utilisation des bottes-pistolets, et de la conservation des points de vie. Il vous sera très dur de vous soigner pendant la partie. Vous commencerez, pour la plupart des styles, avec 4 PV, et vous en perdez un à chaque dégât subi. Mais le seul moyen de récupérer de la vie sera par la collecte de certains engins de tir, ou bien en allant faire un tour au magasin.

Downwell nous propose des graphismes 8-Bit, en somme très simpliste, mais tout de même beaux ! Les animations sont cependant très bien effectuées, et très fluides, aucun problème à ce niveau là. De plus il nous offre la possibilité de changer de palettes de couleurs parmi 38 différentes, qu’on débloque au fil des parties. On note 4 background, qui s’accordent avec la palette choisie.

Les musiques elles aussi en style 8-Bit, sont assez variées, et rythment bien l’action omniprésente. Elles ajoutent beaucoup à l’ambiance, du fait qu’elle varient selon la zone. Mais, cela reste dommage qu’elle se stoppent lorsque l’on entre dans une safe zone, ce qui casse toute l’immersion.

Le jeu nous propose de voir nos statistiques assez facilement. Grâce à ce menu vous pourrez observer vos Trophées, ou même profiter du mode Classement, pour vous comparer à vos amis et aux joueurs du monde entier.

On note la possibilité de renverser l’écran, ce qui permet d’afficher le jeu en mode portrait. Cette fonctionnalité est très intéressante, et sublime davantage le jeu, seulement faut-il avoir un écran capable de se positionner de la sorte.

Une partie est très courte, autour de 10 minutes. Plus vous jouez plus vous récolterez de gemmes, et ainsi débloquerez de nouveaux éléments. La durée de vie, reste relativement longue pour un jeu avec un prix si modeste, aux alentours de 6 voire 7 heures de jeu. Cette aventure se terminera réellement une fois que vous aurez vaincu le boss final en mode difficile, ce qui n’est pas aisé. On aura vite l’impression d’avoir fait le tour du jeu, sans même avoir gagné une seule partie.

Downwell, originellement sorti en 2015, est un jeu bon d’action. Il propose une difficulté légèrement élevée. Durant les premières parties, vous ne passerez peut-être pas le premier niveau. Il demande un bon temps d’adaptation avant de pouvoir maîtriser les mécaniques, certes simples, mais pauvres. Le jeu ne tient pas totalement sa promesse, bien que les niveaux soient générés de façon procédurale, vous aurez du mal à différencier vos parties, tout se ressemble, les engins de tir n’apportent pas assez au jeu. Même problème pour le magasin qui possède une gamme d’objet peu variée. Vous vous sentirez frustrés par moment, l’écran devient parfois illisible tant il y a d’informations.

Downwell est plutôt orienté pour les joueurs qui aime la difficulté, il vous sera plaisant de tuer des dizaines et des dizaines de monstres sans vous arrêter. Cependant, si vous êtes plutôt attiré par les jeux aux sessions courtes, ce soft n’est pas du tout une mauvaise chose, vous pourrez profiter de portabilité de la Switch pour y jouer n’importe où, à n’importe quel moment.

 

Test réalisé par Saiko sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire