Test : Fantasy Zone sur Nintendo Switch

Test : Fantasy Zone sur Nintendo Switch

Genre : Shoot ’em up, Arcade, Action
Langues : Anglais
Développé et édité par SEGA
Sortie France : 23/01/2020
Prix : 7,99€ sur l’eShop
Taille : 81,00 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 3+

Site Web Officiel

Fantasy Zone est un classique du shoot ’em up à scrolling horizontal. Sorti en 1986, il est édité par SEGA sur borne d’arcade avant d’être porté sur Game Gear. A l’instar d’autres jeux édités par la firme japonaise, le voilà qui arrive sur Nintendo Switch dans la collection des Sega Ages aux côtés d’Out Run ou de Shinobi.

Contrairement à beaucoup de jeux de tir de l’époque, l’action ne se passe ni dans un univers de science-fiction, ni sur une planète Terre en proie aux Grandes Guerres du XXe siècle. Nous incarnons un héros nommé Upa-Upa qui, a bord de son vaisseau coquille, tente de sauver la “fantasy zone” des ennemis qui l’ont envahi.

Le système est caractéristique de l’époque et du style. Notre bolide tire des lasers et lance des bombes vers le sol. Dans chaque niveau, il doit détruire un certain nombre de gros ennemis tout en évitant les sbires chargés de les défendre. Même si le scrolling est horizontal, il peut avancer vers la droite ou vers la gauche, et même revenir sur ses pas. Une fois l’objectif atteint, un boss termine le stage.

Les adversaires ne lâchent pas de power-up lorsqu’ils explosent, mais des pièces. Ces dernières permettent d’acheter de nouvelles armes et des vies supplémentaires en fonçant dans un ballon rouge “shop”, apparaissant de manière aléatoire. Il ne faut pas le rater car les améliorations qu’il propose sont très précieuses pour pouvoir terminer les stages sans encombres !

Même si Fantasy Zone paraît enfantin, il n’en reste pas moins exigeant. Les ennemis sont de plus en plus nombreux au fur et à mesure que l’on progresse, et certains ont même tendance à suivre nos mouvements. Leurs projectiles ne sont pas toujours faciles à éviter. Bien sûr, le niveau de difficulté n’est pas aussi élevé qu’un Gradius ou un Lifeforce, mais il faut tout de même rester vigilant.

Il n’y a ni espace intersidéral ni champs de bataille. Ni vaisseaux extra-terrestres ni hélicoptères. A la place, des petites créatures colorées, des arrières-plans bucoliques, et un univers assez mignon. C’est très flashy, tout en nuances de rose, de vert ou de bleu.

La musique est simple mais efficace, entraînante lors des phases dites “normales” et nerveuse lorsque les boss arrivent. Le thème du “shop” tourne en boucle et reste dans la tête un long moment!

Cette version de Fantasy Zone n’est pas un simple portage. Comme la plupart des jeux de la collection “Sega Ages”, il y a quelques petites nouveautés servant à attirer les retrogamers et les nostalgiques endurcis.

Trois modes s’offrent à nous pour pimenter nos parties. L‘original mode correspond au jeu de base. L’Upa-Upa Mode permet de changer d’armes à volonté tant que nous avons de l’argent en stock. Il s’agit concrètement d’une version plus facile. Enfin, le time attack mode est une sorte de speedrun dans lequel il faut terminer le jeu le plus rapidement possible.

En termes d’option, la difficulté et le nombre de vies sont réglables. Il est aussi possible de jouer sur l’ancienne version (la japonaise) ou d’opter pour la nouvelle (l’américaine) qui est en fait celle sortie sur NES. Les commandes sont modifiables selon nos préférences et le HD Rumble peut même être activé pour plus d’immersion !

Pour ce qui est de l’affichage, nous pouvons décider de choisir le plein écran ou de jouer à l’ancienne sur un petit rectangle. Pour faire encore plus dans le rétro, les lignes de balayage, flous et autres effets d’époque sont disponibles. Enfin, différents cadres et fonds d’écran peuvent être intégrés au jeu.

Comme nous sommes finalement sur une version émulée, les sauvegardes et chargements ont été ajoutés. Plus besoin de perdre des centaines de fois et de recommencer depuis le début pour progresser. Certes, c’est bien plus facile ainsi mais les joueurs les moins patients pourront aller au bout de l’aventure.

On parle très souvent des shoot ’em up de CAPCOM ou de KONAMI mais rarement de ceux de SEGA. Pourtant, il y a en a eu quelques uns comme Space Harrier, After Burner ou ici Fantasy Zone. Classique parmi les classiques, le plaisir de jouer reste intact, à condition d’aimer le style. Coloré, mignon, mais aussi exigeant et atypique, il nous transporte en arrière à la belle époque du jeu de tir. Les nouvelles options sont un plus pour ceux qui souhaitent découvrir ou redécouvrir le monde bariolé de Upa-Upa.

 

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire