Test : Garage Bad Trip sur Nintendo Switch

Garage : Bad Trip

Genre : Shooter, Action, Aventure
Langues : Multilingues Sous-titres : Multilingues
Développé par Zombie Dynamics
Édité par TinyBuild Games
Sortie France : 10/05/2018
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 619,71 Mo

Site Web Officiel

Autant vous prévenir tout de suite concernant le jeu. Il s’adresse à un public averti, c’est-à-dire qu’il peut y avoir dans le contenu des scènes de violence, des références/contenus à caractère sexuel ou incitant à l’utilisation de drogues.

 

Chapitre 1 : « Alors, vous voulez que je vous parle de ma journée ? Tout a commencé plutôt bien… »

… Mais surtout dans le coffre d’une voiture.
Vous incarnez un homme amnésique ignorant jusqu’à sa propre identité et qui se demande ce qu’il fout en plein milieu d’un parking souterrain à feu et à sang.
Pas le choix. Il faut avancer pour comprendre ce qu’il se passe.
Au fur et à mesure de sa progression, le décor se dessine.
Le voici en plein centre commercial. Ce bâtiment est dirigé par l’une des personnalités les plus en vogue, Monsieur Richard Smith. La grande question est : « Mais comment en est-on arrivé là ? »

Il commence à comprendre peu à peu ce qui se cache à l’intérieur et par la même occasion une partie de sa mémoire lui revient. L’homme prend conscience de qui il est. Butch, trafiquant de drogue.
Il va devoir sortir de ce pétrin dans lequel il a été impliqué malgré lui, tout en allant sauver une inconnue et en tentant de survivre face à des expériences ayant mal tourné : des rats, zombies, chiens à deux têtes, monstres à 16 bras à la « Human Centiped », et bien d’autres créatures encore.

Une introduction au jeu parfaitement bien menée qui promet une aventure des plus oppressantes et intrigantes.

 

Garage : Bad Trip est un shooter qui propose de contrôler le personnage par le biais d’une vue aérienne. Le but du jeu est de progresser d’un point A à un point B, en ramassant des clés pour ouvrir certaines portes ou encore en tirant sur les nombreux ennemis qui se dresseront face à vous, parfois seuls ou en masse.

Dès le départ, vous commencerez avec vos poings comme unique moyen de défense. Ce n’est qu’en progressant et en lisant les feuilles disséminées dans les couloirs que vous allez comprendre ce qu’il vous arrive et ce que vous devrez faire pour ouvrir la première porte du jeu.
Rapidement, vous allez obtenir votre seconde arme qui se trouve être une hache. Pour le reste, même principe, il faut continuer votre route pour parvenir à les débloquer, sans trop de difficulté.
Au final, un panel de 8 armes vous sera proposé.
Le tout est agrémenté de quelques phases purement jouissives ! Entre une moto que l’on prend pour échapper à des zombies, des boss terrifiants à vaincre, une horde de zombies à dégommer à coup de sulfateuse, je peux vous garantir que Garage a tout pour plaire et qu’il est difficile de décrocher de sa Nintendo Switch.


Deux aspects techniques m’ont un peu dérangé, mais sans être problématiques. Le premier est le temps de chargement qui peut être parfois un petit peu long entre deux zones et le second concerne le système de sauvegarde automatique lors des points de passages.  La reprise du dernier point ne se fait pas toujours là où l’on espérait, par exemple, lorsque l’on meurt avant l’affrontement d’un boss et qu’on décide d’aller se coucher, on pourrait être surpris et devoir refaire un petit couloir ou autre qu’on avait bien dosé sans trop perdre de vie, ce qui fait que l’on est obligé de recommencer ce que l’on avait fait lors de notre précédente incursion.

« Garage : Bad Trip » traduit une volonté de mettre en avant le côté série B des films datant des années 80 grâce à son level design en pixel-art et son filtre donnant l’impression de jouer sur une veille console sur écran cathodique. La mise en scène est exécutée de main de maitre. Le scénario est bien huilé pour ce genre de jeu où on risquerait de s’ennuyer si l’on avait que la forme sans un réel fond. Ça fait vraiment du bien surtout quand on a quelques éléments de mise en scène en accompagnement ! Après tout, le rétro revient en force, c’est la nouvelle tendance, non ?

Cette œuvre reste assez sombre en général, c’est pourquoi pour coller à cette ambiance la musique est peu présente dans le jeu. Je vous rassure, une bande-son est bien présente par moment et quand elle est là, elle envoie du lourd ! La plupart du temps, on a des bruitages pour renforcer le sentiment oppressant et effrayant à la fois. Avec des écouteurs, c’est encore plus intéressant car le joueur est en totale immersion. Il se concentre pour focaliser toute son attention sur les bruitages et les quelques pas à faire avant de rencontrer une créature.

Le gros point fort du jeu est son contenu scénaristique.
Un scénario mature, bien ficelé, riche en dialogues et qui tient en haleine tout le long des sessions de jeu. C’est rare de voir un shooter avec un aussi bon background autour du protagoniste et antagoniste.
Un travail de fond comme on aimerait en voir plus souvent dans nos petits nindies !
Scindée en un total de 13 chapitres, la progression du jeu reste malgré tout trop linéaire et ne prend pas de risque en essayant de mettre des espaces un peu plus vastes imprégnés de liberté.
La difficulté reste assez relevée, même en mode facile ! Une dizaine d’heures devraient suffire pour venir à bout de l’histoire.

Niveau contenu, à part la possibilité de rejouer un chapitre, rien de plus, pas même quelque chose à collecter ou quoi que ce soit à se mettre sous la dent. Peut-être même aurait-il fallu que les fichiers que l’on trouve à des moments clés du jeu soient disponibles dans un menu spécifique, comme lorsque l’on trouve différents fichiers dans un Resident Evil, pour avoir réellement quelque chose qui nous pousse à recommencer le jeu, un mode ultra difficile, augmenter le niveau des armes, …

« Garage : Bad Trip » est une exclusivité Nintendo Switch qui mériterait sa place dans la ludothèque de votre console. Une fois que l’on commence le jeu, il est difficile d’en décrocher et ce, malgré l’aspect linéaire et son contenu post-game manquant à l’appel.
En termes de qualité, l’écriture du jeu est vraiment une belle réussite, son ambiance est géniale.
Pour une fois depuis que je fais des tests, je peux vous dire que ça ne sert à rien de tergiverser.
J’essaye de me mettre à votre place et plus j’y pense, plus je me dis que c’est assez rare de voir un shooter aussi bon. Et quand on sait qu’une chose est rare, que fait-on ?
Bah on se le procure et on s’en fait son propre avis. Alors, qu’en pensez-vous ?

Test réalisé par Serial_Gameur sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire