Test: Giga Wrecker Alt. sur Nintendo Switch

Giga Wrecker Alt.

Genre : Action, Plateformes, Casse-tête
Langues : Japonais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Coréen, Russe, Chinois, Portugais, Anglais
Développé par Game Freak
Édité par Rising Star Games
Sortie France : 02/05/2019
Prix : 24,99€ sur l’eShop
Taille : 1211,11 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 7

Site Web Officiel

Apparues sans crier gare, des machines appelées Ajiths ont décimé la Terre, ne laissant que de rares survivants humains. Dans ce contexte, vous incarnez Reika Rekkeiji, l’une des dernières représentantes de son espèce. Au départ enfermée dans une cellule, elle se retrouve mortellement blessée. Récupérée in extremis par le docteur Kozuki qui, pour la sauver, la transforme en cyborg, notre héroïne décide de venger sa famille et ses amis, emportés par la menace robotique.

Aussi simple que ce scénario puisse paraître, votre aventure vous mènera bien plus loin qu’un simple conflit robotique humain et prendra des tournures inattendues avec leurs lots de révélations.

Giga Wrecker Alt. mélange les styles et alterne entre la plateforme, le combat et les énigmes. Votre personnage se déplace dans des environnements en 2D, évitant les obstacles et détruisant les ennemis sur son passage. À de nombreuses reprises, Reika se retrouvera bloquée dans sa progression: il faudra garder en tête ces emplacements et y retourner lorsque vous aurez débloqué une amélioration pour franchir l’obstacle. La carte étant assez spacieuse, des relais de téléportation se déverrouillent régulièrement pour vous épargner des allers-retours. Par contre, là où le titre met réellement l’accent, ce sont les puzzles.

Notre héroïne dispose du pouvoir d’attirer des débris ainsi que de les manipuler. Ainsi, à force de les aspirer, une boule de taille grandissante se formera au niveau de votre personnage. À partir de là, plusieurs options s’offrent à vous. Cet amas de débris peut être utilisée comme une arme, être transformé en bloc pour atteindre des plateformes plus en hauteur ou pour déséquilibrer une plateforme. Au bout d’un moment, jongler avec les morceaux de décor deviendra un automatisme. De nombreuses autres possibilités se débloqueront lors de l’aventure et il serait dommage de toutes les dévoiler ici.

Le principal à retenir c’est que cette mécanique de jeu va être exploitée de diverses manières pour venir à bout des puzzles qui s’appuient énormément sur des propriétés physiques dont l’équilibrage d’éléments du décor. Au programme, des lasers à déclencher, des trous noirs immobilisant les objets qui entrent en contact avec eux, du gaz ou encore des constructions à l’équilibre fragile, etc… Si jamais vous vous retrouvez dans une impasse, le titre propose presque toujours une solution à l’énigme sous forme d’une photo de la disposition de la salle à réaliser, sans pour autant donner la démarche à suivre pour l’atteindre. Ne vous fiez pas aux apparences. Certaines salles se montreront vraiment ardues à franchir, autant en terme de timing, de démarche à suivre ou d’ennemis placés stratégiquement pour vous pousser dans le vide.

Lors de votre progression, vous récolterez de nombreux nanocristaux qui serviront à alimenter une sorte de barre de niveau. Chaque point gagné, une fois la barre remplie, pourra être assigné dans l’arbre de compétences dont les ramifications ne feront que s’étendre avec le temps. Points de vie supplémentaires, portée des débris ou quantité de nanocristaux récupérés, les bonus divers renforceront Reika et elle en a bien besoin.

Les ennemis qui se dressent sur votre chemin ne représenteraient pas de vraie menace s’ils ne disposaient pas d’un bouclier. Un halo de couleur les entoure: rouge si votre boule de débris n’est pas assez grosse pour les blesser, bleue si vous avez assez de volume pour les détruire. Si ces combats ponctuels ne vous opposeront que très peu de résistances, des boss vous barreront régulièrement la route en rehaussant le challenge.

Terminons sur les aspects moins glorieux du titre. En ligne de mire, le personnage qui donne une légère sensation de lourdeur lors de ses déplacements, un comble lorsqu’il s’agit de réaliser des sauts précis. Ensuite, les Ajiths ne se diversifient que très peu, un manque cruel de renouveau en traversant les biomes existants. La nanocarte qui permet de vous repérer se montre très sommaire et peu précise pour comprendre la position exacte du personnage. Pour finir, les temps de chargement, sans être catastrophiques, cassent énormément le rythme entre chaque mort ou réinitialisation d’énigme.

Résolument manga, le design global du titre fait plaisir aux mirettes. Les différents plans qui composent le fond des niveaux bénéficient d’un réel soin, une petite merveille pour les yeux.

Ce qui ternit légèrement l’expérience, n’est finalement que le même constat que pour la diversité des ennemis: le titre dispose de cinq biomes distincts avec une ambiance dominante métallique dans laquelle on finirait par se perdre, à force de ressemblance.

L’aventure s’entrecoupe régulièrement par des scènes entièrement illustrées, mettant en avant le talent des artistes qui ont contribué à les rendre superbes. Si le son tourne rapidement en boucle et fait office de musique d’ambiance plus que de réels thèmes musicaux entraînants, les affrontements de boss rythment davantage l’action. D’ailleurs, les designs de ces derniers font mouche, tout comme celui de l’ensemble des personnages.

Giga Wrecker Alt. est une version améliorée et revisitée du jeu initial. 20 niveaux inédits ont été ajoutés au mode Campagne. Par conséquent, la carte a été entièrement revue pour les intégrer de manière cohérente. Une nouvelle difficulté s’ajoute également au contenu initial pour corser l’aventure en rendant Reika plus sensible aux dégâts hostiles.

En terme de collectible au sein même de la campagne, des skins pour vos armes et vos blocs sont à découvrir, de quoi personnaliser votre expérience, même si certaines de ces apparences décalées dénotent clairement avec le reste de l’univers (grimper sur un bloc à l’aspect de biscuit, classique). D’autres petites surprises vous sont réservées une fois l’aventure achevée.

Giga Wrecker Alt. est un titre conséquent pour les amateurs de puzzle. Loin de se faire les doigts dans le nez, l’aventure aux côtés de Reika demande de la patience et de la réflexion. Et cet aspect est bien mis en avant, bien plus que les combats, même si les affrontements de boss cassent la routine des énigmes. Au tableau des petits points qui fâchent, un trop peu de variété d’ennemis (dont de boss), des contrôles un peu lourd de notre cyborg et une mauvaise lisibilité de la carte. Néanmoins, le titre vaut le détour si vous aimez les énigmes mêlant réflexion et plateforme tout cela englobé dans un univers post-apocalyptique abritant des personnages attachants.

Test réalisé par Nadium sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire