Test : Gravity Duck sur Nintendo Switch

Gravity Duck

Genre : Action, Plateformes, Arcade, Casse-tête
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Russe
Développé par Woblyware
Édité par Ratalaika Games
Sortie France : 16/08/2019
Prix : 4,99€ sur l’eShop
Taille : 50,33 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3 ans

Site Web Officiel

Gravity Duck présente un protagoniste qui n’est ni plus ni moins qu’un canard, dont la vie va être secouée par une étrange statue Moaï. 

Cette dernière va promettre la fortune à notre brave héros en échange de son aide pour récupérer tous les œufs disséminés dans les niveaux. Pour mener à bien sa quête, il se verra attribuer par cette même statue le pouvoir atypique d’inverser la gravité.

Le titre propose un gameplay presque classique de platformer. En effet, si vous pouvez vous déplacer latéralement comme dans la plupart des autres jeux du genre, le tout est pimenté par la mécanique de changement de gravité qui vient remplacer la touche de saut.

Cette mécanique centrale vous sera essentielle pour récupérer l’œuf qui symbolise la fin de chaque niveau. Plus concrètement, elle permet par un appui sur la touche habituellement réservée au saut d’inverser la gravité, pour vous projeter sur le mur à l’opposé de celui sur lequel vous vous trouvez. 

Sans se contenter de vous faire visiter le sol et le plafond, vous trouverez au sein des stages des sources de gravité, qui vous permettront en accomplissant un quart de tour de vous retrouver sur les murs latéraux. Il vous sera ainsi nécessaire pour récupérer chaque oeuf de faire bon usage de cette gravité changeante, tout en esquivant les ennemis et autres obstacles se dressant en travers de votre chemin.

Cependant, il est dommage que bien que la difficulté soit accrue au fil des niveaux, le soft se renouvelle assez peu, préférant se concentrer la plupart du temps sur quelques mécaniques centrales: les sources de gravité, les obstacles de terrain et les ennemis.

Gravity Duck s’habille de graphismes pixel-art colorés représentant quatre environnements différents: forêt, sous-sol, montagne et ville. Chacune de ces atmosphères donnera une nouvelle apparence aux ennemis qui s’y trouvent, de manière à diversifier le tout.

La bande-son 8-bit enjouée est quant à elle agréable au début, mais devient malheureusement au fil du jeu plutôt répétitive dû au manque de diversité.

Le jeu propose, en comptant les quatre mondes, 140 niveaux, qui malheureusement ont le défaut de s’enchaîner et se terminer très vite. Si cette rapidité à compléter les levels vient rythmer le titre, elle lui porte préjudice au niveau de sa durée de vie : comptez deux à trois heures pour en venir à bout.

Version bien améliorée du jeu Flash du même nom, Gravity Duck est dans son ensemble assez satisfaisant. Malgré sa faible durée de vie et son scénario minimaliste permettant de se concentrer sur la jouabilité, le titre propose par son gameplay simple à assimiler une expérience de jeu plaisante.

Note : Bon

Test réalisé par Pauline sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire