Test : Joe Dever’s Lone Wolf sur Nintendo Switch

Joe Dever’s Lone Wolf

Genre : RPG
Développé par Forge Reply
Édité par Forge Reply
Sortie France : 16/02/2018
Prix : 14,99 € sur l’eShop
Taille : 3181,38 MB

Site Web Officiel

“Bon pour commencer, Loup Solitaire, c’est quoi exactement ?” Eh bien, Cher Jipé du passé, sache que Loup Solitaire (à ne pas confondre avec le ver) est, si on en croit ce que dit Doc. Pédia, une saga de romans débutée dans les années 80 et éditée en France par Folio Junior dans sa série des Livres dont vous êtes le héros.

“Ok, d’accord, mais attends, j’ai pas envie de me taper 40 ans de livres pour jouer à un jeu, c’est mort mon gars !” Tais-toi donc moi du passé et écoute, Père Wikastor va nous raconter une histoire : 

“L’histoire prend place dans l’univers d’Aon. Les dieux de la lumière, Kaï (dieu du Soleil) et Ishir (déesse de la Lune), sont opposés au dieu des Ténèbres, Naar. Le monde du Magnamund, divisé en deux grands continents, constitue le point focal de leur affrontement.

Parmi les royaumes du Magnamund, certains sont alignés du côté du Bien, au premier rang desquels le Sommerlund. D’autres sont gouvernés par les serviteurs de Naar, dont les plus puissants sont les Maîtres des Ténèbres, qui lancent de fréquentes attaques sur les royaumes voisins avec leurs armées de Drakkarim (humains maléfiques) et de Gloks (sortes de gobelins). Ces offensives sont contenues grâce aux Sommerlundois et en particulier à l’Ordre Kaï, une organisation de moines-chevaliers ayant développé des pouvoirs psychiques et physiques particuliers.”

“Loup Solitaire est un jeune apprenti au monastère Kaï qui, par chance, est le seul à échapper à la totale destruction de l’ordre Kaï par les armées des Maîtres des Ténèbres. Il s’agit dès lors pour lui de rallier la capitale du Sommerlund, Holmgard, au beau milieu d’un pays en guerre, afin d’alerter le roi de la disparition de ses guerriers d’élite. Le roi charge alors Loup Solitaire de se rendre au pays ami de Durenor pour y récupérer le Glaive de Sommer, une arme magique qui est la seule à pouvoir tuer un Maître des Ténèbres.

Et puis bon Jipé, tu le sais pourtant que l’auteur original de la saga a écrit cette histoire inédite afin de permettre à tout le monde de la comprendre, la preuve, toi qui ne connaissait rien à l’univers tu as tout compris et tu as même pris du plaisir à lire.

Très populaire principalement durant les années 80, les livres dont on est le Héros étaient ce qu’on pourrait décrire comme les parents du jeu de rôle papier et comme les grands-parents des jeux de type Telltale comme The Walking Dead ou Life is Strange. 

Comme dans un jeu de rôle papier donc, il nous est demandé en début de jeu de choisir les caractéristiques de notre personnage, Loup Solitaire. Ces dernières auront alors des incidences lors de vos choix pour avancer dans l’histoire. Ainsi, serez-vous du genre à foncer dans le tas ou à prendre des décisions plus réfléchies ? Et concernant vos pouvoirs Kaï, préférerez-vous communiquer avec les animaux, utiliser des pouvoirs de Guérisseur ou de tout faire valdinguer grâce à votre télékinésie ? Ainsi, en plus d’intervenir dans l’histoire, certaines des caractéristiques choisies pourront être utilisées en combat.

Concernant les combats justement. Si lors de la lecture d’un livre du genre, il est d’usage d’utiliser un dé (ou une table de hasard pour cette saga), les développeurs ont opté pour une approche RPG. Et cette partie donne un regain de dynamisme à cette production, car il est vrai que de tourner sans cesse des pages m’ennuyait…

Bref, lorsqu’au court de l’histoire un combat devient nécessaire, vous vous retrouvez alors dans un combat au tour par tour, où votre temps d’action est indiqué par une jauge sur la gauche de l’écran. Les combats ne commençant pas forcément par votre tour, faites attention à bien vérifier le statut de l’équipement et l’état de votre personnage avant le combat, au risque de vous faire massacrer sans avoir rien pu faire…

Mais lorsque viens votre tour d’agir, différents choix s’offre à vous. Première option, les attaques au corps-à-corps. Offrant techniques et combos qui dépendent de votre arme principale et de ce que vous tenez dans votre main libre (bouclier ou deuxième arme). Seconde option, les attaques à distance. Couteaux ou arbalète selon votre humeur. Troisième option, l’utilisation de vos pouvoirs Kaï, dépendants de ceux que vous avez choisi en début d’aventure. Ultime option, l’utilisation du Glaive de Sommer, afin de relâcher la puissance qui s’est accumulée en lui. Prenez néanmoins en compte que toute ces actions ne peuvent être réalisées en un seul tour, chacune d’elles ayant besoin de ponctionner dans votre jauge d’endurance ou de magie Kaï.

D’autres actions viennent également casser la routine de la lecture, comme les quelques QTE qui peuvent être demandés selon une option choisie, les phases d’énigmes de cube de Majdar ou encore les phases de crochetage qui sont plutôt sympathique.

Finalement quand tout est fini et que vient la fin du chapitre, le jeu prend en compte toutes vos décisions afin d’améliorer une de vos trois jauges, Vie, Endurance ou Pouvoirs Kaï. Une sorte d’alternative au gain d’XP et au level up.

Les  points qui pêchent le plus dans ce jeu et de loin. Alors oui graphiquement, ça a quand même un certain charme, les illustrations et les petites scénettes sont magnifiques et les transitions avec les phases de combat sont plutôt sympathiques. Même les phases de combat, en 3D, sont honnêtes.

Bien retravaillées, elles ne trahissent pas le fait qu’il s’agisse au départ d’une production mobile. 

Mais par contre… Bordel ! Y’a t-il eu une passe de tests avant de sortir le jeu ? La navigation dans les menus est à chier et bugguée à mort, et s’il y avait également un point primordial à vérifier pour un jeu se basant sur la lecture, c’était de vérifier la localisation, je ne compte plus le nombre de mots manquants ou en trop dans le texte.

L’OST n’est pas très fournie mais est agréable à écouter, lors de la lecture les musiques utilisées ne gênent en rien et créent un fond sonore attrayant. Les autres, utilisées durant les phases de combat, se montrent un peu plus dynamiques, et comme leurs consœurs, créent une ambiance auditive sympathique.  

Néanmoins l’ensemble est bien plus confortable quand la Switch est en mode portable. Sur grand écran, la lecture est un peu plus désagréable et plus fatigante pour les yeux. Je ne comprends pas forcément le portage sur PS4, One et PC pour ces raisons, mais bon.

Étant de base vendue sur mobiles et divisée en quatre actes, cette adaptation les comprends toutes. Chacun de ces actes se bouclant entre deux et trois heures, il vous en faudra donc un peu plus d’une dizaine pour en voir la fin. Mais il est tout à fait possible d’en doubler la durée si la curiosité de voir ce que donne l’histoire avec des décisions différentes vous prend.

Un jeu fort sympathique qui nous change un peu de nos jeux AAA habituels et malgré mon scepticisme de départ, je me suis surpris à en faire mon petit moment de lecture du soir.
A découvrir, mais sur Switch en priorité.

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire