Test : Jotun Valhalla Édition sur Nintendo Switch

JOTUN : VALHALLA EDITION

Genre : Action, Aventure
Langues : Islandais – Sous-titres : Français
Développé par TUNDER LOTUS GAMES
Édité par TUNDER LOTUS GAMES
Sortie France : 27/04/2018
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 3981,44 MB

Site Web Officiel

JOTUN nous invite à guider Thora, une guerrière nordique qui a perdu la vie sans la gloire exigée par les dieux pour mériter sa place parmi eux. Elle va devoir les impressionner en menant à bien quêtes et défis, afin de pouvoir entrer dans le Valhalla, lieu qu’ils régissent et dans lequel seuls les guerriers morts au combat peuvent prendre place.

Nous allons parcourir l’univers de la Mythologie Nordique, mis en scène avec brio par le studio Canadien Thunder Lotus Games. Cette mythologie a déjà inspiré bon nombre d’artistes, que ce soit dans le domaine du cinéma, de l’écriture ou encore du jeu vidéo. Un exemple avec la célèbre saga des “Tales Of”, qui contient des références particulièrement présentes dans les opus Symphonia 1 & 2. JOTUN n’est pas un énième jeu vidéo qui s’inspire des mythes et légendes du nord, nous avons affaire à un véritable parcours au cœur de cet univers, par le biais d’une immersion dans son purgatoire.

Nous prenons les rênes de Thora, notre jeune guerrière Viking. Aucun didacticiel ne va nous guider, rien de plus efficace que d’expérimenter par soi même l’action liée à chaque touche, mais vous pouvez tout de même trouver ces infos dans le menu. La simplicité des commandes fait que ça reste intuitif, elles sont au nombre de 3 : roulade, coup de hache rapide et coup chargé. A noter que le temps de chargement de ce dernier vous rend vulnérable et que la roulade présente le même inconvénient en vous figeant une seconde à l’arrivée. Viendront s’ajouter une 4ème et une 5ème commande, nous permettant d’utiliser les quatre pouvoirs que nous acquerrons au fur et à mesure. Chacun d’entre eux peut être utilisé 2 fois et vous pourrez les recharger par le biais des fontaines habitées par Mimir (étrange personnage que je vous laisse le soin de découvrir), qui sont disséminées dans les différentes zones. Cet allié restaurera également votre barre de vie. Vous devrez tout découvrir par vous même, aucune indication ne sera donnée dans le déroulé du jeu.

Les développeurs ont clairement axé le rendu visuel sur le contraste entre la petitesse de notre héroïne, accentuée par une vue isométrique aérienne plus ou moins éloignée, et le gigantisme des autres protagonistes et des décors. Lors des phases de combat, cela peut rendre nos actions imprécises car Thora est peu visible, aussi, pour plus de confort, le jeu sur téléviseur est préférable. Une pensée émue pour ceux d’entre vous qui n’ont pas de TV grand écran.

Rien n’est redondant ou linéaire dans JOTUN, que ce soit la difficulté ou les quêtes, pas de schéma systématique, les mécaniques changent et une fois passée la zone introductive, il n’y a pas d’ordre imposé. Vous devrez combattre, résoudre des énigmes, vous frayer un chemin, toujours d’une manière renouvelée, même si certains aspects peuvent être rébarbatifs ou avoir un goût de déjà-vu. Le tout reste minimaliste : les niveaux sont plus axés sur la découverte d’un univers que sur une multitudes d’actions à réaliser. Il y a cependant un fil rouge avec les traditionnels objets à collecter, que ce soit les indispensables qui permettent d’évoluer dans le jeu, ou les facultatifs qui vont nous faciliter la tâche.

Nous disposons également d’une Map pour chaque zone. Aucun curseur ne nous indique où nous sommes, seules l’observation et la configuration des lieux vont nous permettre de nous repérer. Là encore, une pensée remplie de compassion pour celles (et ceux, il paraît que ça existe) qui ont un sens de l’orientation déplorable et qui savent aussi bien se repérer sur une carte qu’une loutre.

Je n’ai qu’un mot à dire : une merveille. C’est ce qui définit le mieux JOTUN. Un régal pour les yeux avec ses dessins créés à la main, ses décors absolument magnifiques, ses couleurs aux nuances travaillées. A noter que si vous êtes collectionneur de screens, vous ne pourrez pas en réaliser, le jeu n’étant pas compatible avec la capture d’écran.

Que dire de cette OST envoûtante, qui colle à l’univers à la perfection. La musique vous transporte, le soin apporté à la bande son est juste remarquable. Sans parler du choix d’utiliser l’Islandais lors de la narration, pour plus de fidélité à la Mythologie Nordique et une immersion maximale. Nous ne devons pas être bien nombreux à parler cette langue, mais pas d’inquiétude à avoir, les sous-titres en français sont impeccables.

En plus de la vaste zone de départ, nous allons évoluer à travers 5 zones différentes, quatre d’entre elles contiennent deux niveaux, la dernière en contenant un. Toutes sont reliées par un Hub central nommé le Ginnungagap. Il vous faudra également trouver les runes nécessaires afin d’accéder aux 5 zones de combat contre les gigantesques gardiens des lieux, les Jotuns et prétendre aller dégommer Ragnarök, le Boss final particulièrement agressif.

Vous avez la possibilité de réaliser JOTUN en Speed-run : uniquement récupérer les runes afin d’ouvrir la porte qui mène à Ragnarök. Il va sans dire qu’il serait fort dommage de se passer de la découverte du jeu dans son intégralité, d’autant plus qu’il ne faut compter que 5 à 6 heures pour le boucler et jusqu’à 7 ou 8 heures pour les moins rapides d’entre nous. Cette durée peut paraître courte, mais certaines zones étant légèrement vides, on peut raisonnablement penser que plus de longueur amènerait un certain ennui.

Dans cette version Switch, nous bénéficions de l’Édition Valhalla qui nous propose un mode extrême comportant une difficulté exacerbée lors de combats contre les Boss, un ajout par rapport à la version d’origine sortie sur PC en 2015.

Ce voyage initiatique à travers la Mythologie Nordique est absolument magnifique. JOTUN a des défauts, mais ils sont occultés par le plaisir procuré lors de cette expérience de jeu sortant des sentiers battus, à la Direction Artistique intelligente et maîtrisée : la beauté des graphismes, la musique qui vous transporte, le choix de l’Islandais pour l’audio, la physionomie robuste de notre protagoniste à la chevelure flamboyante, un savant mélange dont l’efficacité est redoutable.

A mon sens, un des meilleurs jeux indépendants disponibles sur Nintendo Switch, de part l’aventure hors normes et envoûtante qu’il nous propose, mais aussi par son ambiance visuelle et auditive unique.

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire