Test : Legend of Kay Anniversary sur Nintendo Switch

LEGEND OF KAY ANNIVERSARY

Genre : Action, Aventure
Langues : Français, anglais, allemand, espagnol, italien Sous-titres : Idem
Développé par UNIT 4 GAMES
Édité par THQ NORDIC
Sortie France : 29/05/2018
Prix : 29,99€ sur l’eShop, 29,99€ version boîte sur Amazon
Taille : 3497 MB

Site Web Officiel

Grrrrrrrrrr, miaou, voici Kay, chat de son état et apprenti souhaitant acquérir la maîtrise des arts martiaux. Entre deux cuites, son Maître lui enseigne les techniques qui feront de lui un mega bon kung-fu cat. L’oeil du tigre mec, l’oeil du tigre.

Il aime ça le bougre, faut que ça dépote avec lui. Ca tombe bien, si je puis dire, car des gorilles immondes et des rats mesquins ont envahi les terres de Yenching, son île natale. Toutes griffes dehors et armé jusqu’aux crocs, notre félin va tenter d’exterminer cette vermine.

Mais comment nos amis les bêtes en sont-ils arrivés là ? Ils ont perdu la foi, les préceptes de “la voie”, leur philosophie, n’ayant plus la côte. La source qui produisait l’élixir de vie s’est tarie, sans ce breuvage l’harmonie et l’équilibre se sont rompus. La porte ouverte à toutes les fenêtres je vous le dis.

Legend of Kay gravite dans la sphère du jeu vidéo depuis 2005 avec sa sortie sur Playstation 2, s’ensuivit différents portages et cette édition Anniversary datant de 2015, afin de fêter dignement ces 10 années de bons et loyaux services. La Switch multipliant l’accueil de jeux indépendants, elle bénéficie de cette version remasterisée qui annonce des visuels améliorés et un mode de difficulté supplémentaire.

Quel public peut être intéressé par Legend of Kay sur l’hybride de Nintendo ? C’est ce que nous allons voir.

Si un scénario somme toute assez classique semble annoncer un gameplay qui l’est tout autant, on s’aperçoit rapidement que c’est finalement plutôt fun, pas si ordinaire que ça, voir même élaboré. Il y a bien sûr les commandes de base qu’on retrouve dans tout jeu d’action qui se respecte (saut, coup d’épée, parade pour ne citer que ceux là), mais viennent s’ajouter des combos aux résultats assez sympathiques, notamment la possibilité d’enchaîner les sauts dans les airs pour atteindre des endroits surélevés. Pas facile de visualiser le concept, l’image ci-dessous devrait vous y aider. Peut-être.

En plus de ces coups portés avec l’arme du moment (3 types d’armes seront disponibles au fur et à mesure), vous pourrez effectuer une attaque magique plutôt badass, quand la jauge dédiée aura cumulé le nombre de points de magie requis. Ça vous pulvérise les ennemis à proximité – rire maléfique satisfait -. Si toutefois vous êtes blessé, vous pourrez restaurer votre barre de vie en même temps que vous sauvegarderez votre partie, tout simplement en passant à proximité des lanternes prévues à cet effet, ou en récupérant des cœurs cachés, ou encore grâce à une potion.

Globalement, le joueur est plutôt bien guidé, par le biais d’indications orales, mais aussi avec la mini-carte présente en bas à gauche de l’écran, même si la possibilité de la développer pour avoir un point de vue plus large aurait été apprécié. Les quêtes sont consignées dans une liste disponible avec le bouton moins du joycon gauche/de la manette. Avec tout ça, vous ne devriez pas vous perdre, même avec un sens l’orientation déplorable. En théorie.

Les éternelles boutiques seront présentes, dans lesquelles vous pourrez dépenser la monnaie acquise en cassant les pots disséminés de-ci de-là ou en remportant un combat. Achetez braves gens ! Des points de vie supplémentaires, des fioles contenant des produits vous facilitant les combats (puissance +++, arme enflammée, potion de soin etc), des bombes ou même un essaim de frelons… et oui, rien que ça. Vous recevrez également des récompenses et objets à récupérer dans des coffres, mais vous connaissez déjà le principe.

Durant le jeu vous aurez l’occasion de grimper sur le dos d’un animal et réaliser un véritable parcours du combattant. Sont au programme saut d’obstacle, ramassage de vivres qui donnent de l’énergie ou un coup de turbo à votre monture et bien d’autres choses selon la créature que vous chevauchez. Vous allez voir, c’est sympa.

Vous avez dit remastérisé ? Concrètement, le résultat est bon, il gomme les 10 années et toutes les rides de Legend of Kay, ou presque : même la meilleure crème anti-âge ne peut pas tout effacer, reste quelques ridules indésirables que sont les ralentissements de fps. Cela ne nuit pas foncièrement à l’expérience de jeu, contrairement à cette maudite caméra qui fait bien ce qu’elle veut, avec son effet entre les montagnes russes et la centrifugeuse. Difficile à placer correctement, cela peut même carrément nous boucher la vue avec des éléments du décor. J’ai partiellement rectifié ce problème dans le menu « options du jeu » en activant la « caméra nouvelle » qui apporte plus de confort.

Une des particularité de ce titre réside dans le choix du design des cinématiques, elles sont toutes présentées comme une BD, avec des cases qui défilent et dans lesquelles les scènes sont donc dessinées. Des voix nous délivrent les dialogues, en français s’il vous plaît, comme dans tout le reste du jeu.

Le doublage manque cependant de conviction, on dirait une récitation digne de nos vieilles années d’école (… sic). En plus du fait que les voix ne sont pas franchement agréables, on ne peut pas dire que l’audio soit une réussite.

Quant à elle, l’OST est séduisante avec cette sonorité asiatique incontournable pour un jeu axé sur la Chine ancienne et l’univers des arts martiaux, dont on profitera parfaitement grâce à une amélioration de la qualité du son par rapport à la version d’origine.

Un mode cauchemar vient s’ajouter aux classiques facile, moyen et difficile, qui présente surtout l’intérêt d’obtenir le 100% et les trophées qui vont avec. Si vous n’êtes pas motivé par ce type de défi ou plus axé sur l’aventure, vous pouvez vous contenter d’un ou, soyons fous, des 3 autres niveaux de difficulté, sachant que le mode difficile est un petit challenge à lui tout seul.

La trame principale de Legend of Kay est composé de 25 niveaux, durant lesquels vous affronterez 15 bestioles différentes et sera agrémentée de quêtes secondaires et mini-jeux qui étoffent le tout.

L’expérience ne donne pas dans la linéarité, le gameplay s’enrichit au fil de l’histoire et une alternance de phases de jeu aussi variées dans leur contenu que dans leur rythme agrémente positivement l’expérience. En prenant le temps de fouiller et réaliser les contenus optionnels, il est possible de voir facilement s’afficher 15 heures au compteur, et une bonne cargaison en supplément si vous tentez les autres niveaux de difficulté proposés.

Alors, qui va se laisser tenter par Legend of Kay Anniversary ?

Tout simplement le joueur qui veut se lancer dans une aventure vidéoludique sans prise de tête. Une pointe d’humour, un contenu suffisamment riche et varié pour apporter son lot de surprises, à commencer par ces possibilités de combos plus exigeantes qu’un simple bourrinage de bouton, tout en restant intuitives et accessibles.

Même si le jeu conviendra particulièrement aux plus jeunes, en grattant un peu la couche de banalité et le côté enfantin de l’histoire, il nous emmène finalement sur des thèmes moins superficiels qu’il n’y paraît au premier abord, même si ça reste plus ludique que philosophique. Après tout, on parle d’un kung fu fighter de forme féline qui saute partout en émettant des « tcha » !

En résumé, un bon titre tout public,  de 7 à 77 ans… non ça ne va pas, de 10 à 100 ans, voilà qui est mieux, qu’ils soient des joueurs occasionnels ou des maniaques de la manette, afin de passer un moment de détente ou emprunt de challenge.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI

Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire