Test : Let’s Go Nuts sur Nintendo Switch

Let’s Go Nuts

Genre : Plateformes, fête
Langues : Anglais
Développé par BearedBrothersGames
Édité par Devjuice
Sortie France : 17/07/2019
Prix : 8,89€ sur l’eShop
Taille : 242,22Mo
Joueurs : 1-4
Age minimum :

Site Web Officiel

La vie d’un écureuil est remplie de noisettes. Et dans Let’s Go Nuts, il faudra courir, sauter, pousser des caisses pour en collecter le plus possible, sans tomber, ou se faire rattraper par une vague, couleur verte, ne donnant guère envie de s’y baigner.

Un écureuil, sautant pour obtenir ses noisettes

Let’s Go Nuts prend l’apparence d’un jeu de plate-formes très simple, puisque notre écureuil ne peut que courir, sauter et déplacer des caisses. Le but du jeu sera donc de gérer ces dernières pour atteindre les endroits où se trouvent les noisettes convoitées, puis la fin du niveau.

Mais il faudra faire attention aux ennemis, qui tueront notre rongeur au moindre contact si on n’atterrit pas bien sur leur tête, et à la physique du jeu, assez flottante. C’est notamment visible quand on déplace les caisses, qui donnent parfois l’impression de s’être envolées. Ce qui a son intérêt pour atteindre des plates-formes encore plus hautes, ou pour se créer un chemin dans de la lave au loin, voire même pour écraser un ennemi en contrebas.

Un bloc de pierre, chutant vers un poulpe

Si c’est assez bizarre au premier abord, c’est assez vite très drôle d’enchaîner des sauts très longs, surtout que notre amateur de fruits secs a un double saut, et en touchant une plate-forme il peut à nouveau en enchaîner une seconde.

Les graphismes sont dans un style bande-dessinée, très mignon et coloré, notamment au niveau de la tête de notre protagoniste quand il saute. C’est un peu lisse, et d’un niveau à l’autre on aura l’impression de voir la même chose, mais l’ambiance kawaii fait passer outre. En récoltant les collectibles, on peut acheter des vêtements, que ce soit des sweats ou une tenue de ninja, avec différents coloris possibles.

Un environnement assez hostile, avec un écureuil ninja et un en sweat

Les musiques s’en tirent un peu moins bien, puisqu’elles ont le défaut de très vite donner l’impression d’être les mêmes notes, en boucle, et on a rapidement envie de couper le son de la console.

Les aventures de Let’s Go Nuts se divisent en quarante niveaux, répartis dans quatre mondes. Trois objectifs seront à valider pour atteindre les trois étoiles, même si le jeu n’y oblige absolument pas. Il faudra donc récolter un certain nombre de « Nuts », trouver celles en or, plus ou moins facilement accessibles, en hauteur, ou juste à côté d’un sol qu’il ne faut pas toucher, et finir dans un temps imparti. Ce qui se fera assez facilement, on a plus de noisettes que nécessaires dans le niveau, et le chronomètre est assez généreux.

De plus, les niveaux sont parsemés de checkpoints, et même si l’on meurt après avoir collecté des items, que ce soit les normaux ou les dorés, on revient au checkpoint, mais sans perdre tout ce qu’on a engrangé entre-temps. Ce qui se traduit par une durée de vie très courte pour le solo, une à deux heures suffiront à valider les objectifs des stages, même si un mode sans fin est également disponible.

Le mode multijoueur

Le jeu propose heureusement un mode multijoueur, de deux à quatre, en versus ou en coopération, ainsi que le classique et sans fin qui sont jouables, ce qui peut donner des parties assez drôles avec la gestion des caisses.

Let’s Go Nuts avait un bon potentiel, avec ses graphismes mignons et sa physique surréaliste mais dont on pouvait profiter. Mais en solo, l’aventure n’a que très peu d’intérêt, trop courte par rapport aux autres jeux de plate-formes disponibles sur Switch. Quant au multijoueur, le manque de diversité du contenu fait que là aussi, ce n’est pas le meilleur des choix, à moins de le sortir en soirée, occasionnellement, quand plusieurs petits jeux vont s’enchaîner.

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire