Test : Lifeless Planet : Premiere Edition sur Nintendo Switch

LIFELESS PLANET : PREMIERE EDITION

Genre : Aventure, Énigme, Exploration
Langues : Français, Allemand, Italien, Espagnol, Russe, Anglais
Développé par Stage 2 Studio
Édité par Serenity Forge
Sortie France : 06/09/2018
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 955,25 Mo

Site Web Officiel

C’est le crash. Un astronaute débarque sur une terre prometteuse. Riche et développé, le sol devait garantir un nouveau monde merveilleux ; l’Union Soviétique avait déjà occupé la terre avant notre arrivée. Aujourd’hui ruine, désert aride et ville abandonnée, le paysage a changé. Tout a disparu, notre retour sur terre est impossible, nous partons à la découverte du mystère de cette planète.

Nos deux amis sont morts, notre équipement est endommagé, une femme étrange semble nous appeler. La vie n’a pas disparu mais elle a sacrément subit des dégâts. Qui est à l’origine de cette catastrophe ? Pourquoi la nature est devenue hostile ? L’histoire de Lifeless Planet : Premier Edition est à la fois intrigante et intéressante.

Premier point, si vous cherchez de l’action, passez votre chemin. Le jeu se contente d’une exploration assez molle et d’un gameplay inexistant. On doit explorer la terre, chercher à accumuler des histoires laissées par d’anciens habitants soviétiques morts. Le jeu est un roman dont nous sommes le lecteur, notre personnage devient la règle qui guide la lecture.

L’interaction avec les objets est mauvaise, de nombreux bugs nous bloquent et nous forcent à recommencer au dernier point de sauvegarde et les commandes sont rudimentaires (un saut). On débloque très peu de choses (un bras articulé qui sert à deux reprises, un jet-pack amélioré qui fonctionnera une minute…).

Néanmoins le jeu se concentre sur l’exploration, il serait donc injuste de ne pas intégrer l’histoire et le travail artistique des développeurs au gameplay même. En tenant compte de ce critère, le jeu prend tout son sens. Toujours à la manière d’un livre, l’histoire alterne entre moments sinistres voire horrifiques avec des périodes plus poétiques, parfois utopiques. La société soviétique a souhaité créer une véritable utopie, elle a fini par mener à l’apocalypse. Les américains de Stage 2 Studio nous embarquent dans un voyage futuriste à la fois bouleversant et inquiétant, la place du gameplay pur est rapidement relégué au second plan pour laisser la entière part à l’intrigue du jeu, ce qui n’est pas déplaisant mais doit être su avant d’embarquer pour la planète URSS. Le jeu n’offre aucun combat, aucune arme, c’est de l’exploration non-stop avec quelques casses-têtes assez simples.

Le jeu est déjà sorti sur les autres consoles et fonctionne bien en revanche sur Switch, dès le début il y a de nombreux ralentissements, et des lags et le flou cinétique sur la version portable nous aveugle durant nos randonnées dans le désert. Les graphismes en mode salon semblent améliorés, le jeu reste joli sans être beau. Une mise-à-jour serait la bienvenue pour améliorer l’expérience. Quelques animations agréables viennent compléter notre quête, le suspens monte en permanence et nous tient en haleine durant toute notre partie.

La bande-son est là aussi agréable sans être exceptionnelle. De nombreux moments de silence dans le désert avec le seul bruit du vent, les bruitages sont plutôt réussis, quelques passages de frayeurs pour ceux qui joueront avec écouteurs en mode portable, car le jeu à sa part d’horreur. Aucune musique mais une ambiance sonore convaincante et en parfaite harmonie avec l’environnement.

Lifeless Planet s’annonce à 20€ pour une durée de vie de 10-15 heures selon votre façon de jouer. Pour ma part j’ai lu tous les dialogues et je n’ai sauté aucune animation, je suis déjà à 6 heures de jeu et je ne pense pas avoir dépassé la moitié bien qu’il soit impossible de connaitre notre progression en temps réel. D’ailleurs il n’y a aucune carte, aucun objectif. Le joueur est seul et doit avancer, là où il peut en évitant de mourir (ce qui est très fréquent).

Le jeu dispose de nombreux passages, bien qu’il s’agisse d’un monde ouvert très vaste parfois trop. On se perd rapidement, on revient, on repasse, on trébuche et on recommence, beaucoup d’adresse sera requise !

Lifeless Planet : Premier Edition est un bon jeu-roman à découvrir sur le Nintendo eShop. Malgré des commandes très simples et quelques lassitudes quand on se perd dans l’obscurité totale ou qu’on finit dévoré par la flore, le jeu reste bien organisé. L’histoire est chronologique, facile à comprendre mais laborieuse, tout s’enchaîne rapidement, on ne se lève pas de son canapé car nous sommes trop curieux de connaitre l’histoire en entière. Mystérieux, horrifique et inquiétant, Lifeless Planet est un ajout intéressant sur la Switch quand bien même il ne convainc pas au même titre qu’un Syberia 1 ou un poétique Rime d’un point de vue de gameplay, qui eux sont plus complets mais dispose d’une intrigue tout aussi comparable.

Test réalisé par Enenra sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire