Test : Miner Warfare sur Nintendo Switch

Miner Warfare

Genre : Arcade, Fête
Langues : Anglais Sous-titres : Anglais
Développé par Heartbit Interactive S.r.l.
Édité par Heartbit Interactive S.r.l.
Sortie France : 21/06/2019
Prix : 7,99€ sur l’eShop
Taille : 71,30 Mb
Joueurs : 1 – 8
Age minimum : 7+

Site Web Officiel

S’il est un genre souvent recherché par les joueurs, c’est bien le multijoueur en local. En effet, il permet d’allier le plaisir vidéoludique à la proximité de ses amis et les échanges qui vont avec. Nombreux sont donc les jeux qui essaient de proposer une expérience au minimum en duo et sur le même écran. Il est, en revanche, plus rare d’en avoir avec une proposition intéressante avec plus de participants. Miner Warfare s’engouffre donc dans ce créneau en nous promettant des parties endiablées et jusqu’à huit sur la même console !

C’est parti pour 4 minutes

Pas d’histoire si ce n’est un pitch de quelques lignes sur la fiche du jeu… Nous voici donc dans la peau de mineurs dont le but est de creuser des galeries afin de récolter un maximum d’or. Bien évidemment, tous les coups sont permis et rien n’est acquis définitivement jusqu’à la dernière seconde.

Les développeurs sont donc restés concentrés sur un gameplay simple et efficace afin que même les nons habitués puissent tenir tête à des joueurs chevronnés. Chacun commence à un endroit autour de la zone de jeu. Les déplacements se font au stick et les quatre boutons vont permettre de sauter, creuser en donnant des coups de pioche, alterner entre celle-ci et un objet ramassé ou utiliser ce dernier.

Des effets graphiques sommaires

Le rythme des parties est assez frénétique et va aller en s’intensifiant au fur et à mesure que le temps s’écoule. Le but étant de creuser des galeries afin de récolter le métal précieux. Au fur et à mesure, il y aura donc de moins en moins d’endroits où fouiller et il ne restera plus qu’une seule solution ! Aller tout simplement voler une partie du butin des voisins. Et si notre pioche reste une valeur sûre, des coffres font rapidement leur apparition et ils renferment d’autres moyens bien plus efficaces de parvenir à ses fins : mitrailleuses, bâtons de dynamite, mines… Et même parfois une certaine « Sainte Grenade » qui évoquera de doux souvenirs aux habitués de la franchise Worms.

Un décompte final parfois surprenant

Une fois le chrono écoulé, la partie s’arrête et le décompte de l’or amassé peut débuter. Mais là aussi tout n’est pas si simple puisque d’autres critères sont pris en compte et feront la différence entre deux joueurs au coude-à-coude : nombre de tués, quantité de balles tirées, celui qui a fait le moins de morts… Ceux-ci sont donnés au hasard et donc impossible de compter dessus pour se rattraper. 

Ici, le service rendu est minimum et peut se résumer à de la terre marron sur fond noir (si on exclut les variations chromatiques pour simuler l’hiver par exemple). Quelques rochers (en gris tout de même) sont présents et non destructibles. La seule touche de couleur sera représentée par les mineurs et les coffres. Si sur un téléviseur, on pourra enchaîner les parties, sur l’écran de la switch, c’est tout de suite plus compliqué, car tout est trop petit. Les effets graphiques sont eux aussi réduits à leur plus simple appareil avec des explosions représentées par un simple cercle blanc montrant l’aire d’effets ou encore des balles difficiles à apercevoir lors des échanges de feu. Quant à la bande son, elle se résume à quelques effets sonores et à une « musique » qui vous tapera très vite sur les nerfs.

Une des trop rares ambiances proposée

Dans Miner Warfare, n’espérez pas trouver un quelconque mode solo. C’est uniquement du multijoueur, à deux au minimum et jusqu’à huit si vous avez suffisamment de Joy-Con ou de manettes. Du côté des avatars, il est possible de personnaliser leur couleur, mais également leur déguisement avec pas moins de 36 skins en passant de Batman, au bikini ou à une tenue de chef par exemple. 

Il est possible de paramétrer laz fréquence de chaque objet

Les stages ne sont pas générés aléatoirement et il faudra choisir parmi 34 arènes dont 14 théoriquement adaptées pour l’écran de la Switch. Difficile dans les faits de voir une réelle différence. Quant aux armes, les développeurs ont vu grand, avec plus d’une quarantaine à disposition des joueurs. Point intéressant : leur fréquence d’apparition est totalement personnalisable avant chaque affrontement.

 

Un exemple de skins

Si la proposition semblait alléchante, Miner Warfare ne transforme pas l’essai, loin de là. La faute à une charte graphique et sonore bien trop minimaliste et un point de vue un peu trop éloigné qui rend les déplacements et l’utilisation des objets compliqués. C’est d’autant plus dommage que les jeux permettant à 8 joueurs de s’affronter en simultané et sur le même écran se font rare.

Test réalisé par Patbol1 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

Laisser un commentaire